L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La Conférence Nationale des Métiers du Journalisme 2019 se pose la question de l’innovation. Mais pas celle de l’autocritique

27 janvier 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | La Conférence Nationale des Métiers du Journalisme 2019 se pose la question de l’innovation. Mais pas celle de l’autocritique

La Conférence Nationale des Métiers du Journalisme 2019 se pose la question de l’innovation. Mais pas celle de l’autocritique

27 janvier 2019

Temps de lecture : 3 minutes

Le 24 janvier 2019 se tenait la Conférence Nationale des Métiers du Journalisme (CNMJ) à la Sorbonne. « Instance de dialogue et de propositions » regroupant les 14 écoles de journalisme reconnues par la profession, le CNMJ se réunit une fois par an. Le thème de cette 9ème édition : « Les journalistes doivent-ils innover ? ». L’envoyé spécial de l’Ojim était présent.

Baisse de la confiance dans les médias

Hasard du cal­en­dri­er, la con­férence se tient le jour de la pub­li­ca­tion par La Croix du baromètre annuel de la con­fi­ance des Français dans les médias Sans sur­prise, la con­fi­ance dans les médias est au plus bas (nous y revien­drons dans un prochain arti­cle). La réponse est donc évi­dente : oui, les jour­nal­istes doivent innover. L’objectif de la journée, à tra­vers des tables ron­des, est de faire un panora­ma des dernières inno­va­tions et de la manière de les insuf­fler dans les rédac­tions et écoles de jour­nal­isme. Au pro­gramme de la journée est joint un livret « Femmes, hommes, modes d’emploi dans les médias » où respon­s­ables de rédac­tions (TF1, L’Équipe, Ouest-France), pro­fesseurs d’universités et d’écoles de jour­nal­isme s’engagent vers un « mou­ve­ment de libéra­tion » (sic) des femmes.

Robots rédacteurs

La table ronde « Les jour­nal­istes face au robot » est l’occasion pour les inter­venants de se pos­er la ques­tion de l’impact des robots et algo­rithmes sur le méti­er de jour­nal­iste. De l’algorithme générant une sélec­tion d’articles en fonc­tion de critères pré­cis au robot rédi­geant des arti­cles, les usages sont mul­ti­ples. Claude de Loupy, co-fon­da­teur de Syl­labs, per­suade la cinquan­taine de per­son­nes présentes dans la salle que ses « moteurs de rédac­tion » recen­trent les jour­nal­istes sur la valeur ajoutée de leur méti­er. Le Monde avait fait appel lors des élec­tions départe­men­tales de 2015 à ces « robots rédac­teurs qui trans­for­ment vos don­nées en texte » pour génér­er des arti­cles sur le résul­tat des élec­tions pour les 36 000 com­munes français­es. Les robots se lim­it­eraient donc à assur­er une exhaus­tiv­ité de l’information qu’une armée de jour­nal­istes ne pour­rait per­me­t­tre et ain­si aug­menter l’audience des médias en ligne.

Un inter­venant fait remar­quer que les jour­nal­istes n’ont pas fait cinq ans d’étude pour faire du « bâton­nage de dépêch­es ». Il ne faudrait donc pas avoir peur des robots. « Comme tous les grands rem­place­ments, celui par les robots est un fan­tasme (sic bis). » dit un des par­tic­i­pants. Une autre util­i­sa­tion ingénieuse des robots est mise en avant : un bot du Finan­cial Times envoy­ant une noti­fi­ca­tion aux jour­nal­istes lorsqu’un arti­cle en cours d’édition cite trop d’experts mas­culins (sic ter). Mais « ce bot n’a aucune valeur con­traig­nante ». Nous voilà ras­surés. Avec ces inno­va­tions, le jour­nal­iste pour­rait devenir un fact-check­er (vérifi­ca­teur d’information) des arti­cles écrits pas les robots ain­si qu’un acteur cen­tral de la lutte con­tre les fake news/infox. Tout un programme.

L’innovation peut elle s’enseigner ?

Une autre table ronde se pose la ques­tion de l’enseignement de l’innovation dans les for­ma­tions au jour­nal­isme. Les respon­s­ables de rédac­tions ou d’écoles présents détail­lent les mesures pris­es pour insuf­fler l’innovation dans leurs équipes. Le jour­nal­iste de demain se doit d’avoir « l’esprit entre­pre­neur­ial et la capac­ité à pilot­er des pro­jets ». La présence de dirigeants du groupe Télé­gramme et Cen­tre France, groupes de presse régionaux, per­met d’appréhender le jour­nal­isme avec un regard moins parisien. Un mem­bre de l’association Pro­fes­sion Pigiste, au détour d’une réponse à une ques­tion du pub­lic, esquisse une piste d’innovation : « Quand on quitte Paris, on se rend compte à quel point la presse nationale évolue dans un monde très parisien. Un change­ment, ça serait aus­si une inno­va­tion. ».

Numérique mon amour

Une table ronde sur les nou­velles façons d’innover dans les médias est l’occasion de décou­vrir en com­pag­nie d’un représen­tant du Con­sor­tium Inter­na­tion­al des Jour­nal­istes d‘Investigation (ICIJ, ayant coor­don­né entre autres l’enquête des Pana­ma Papers) et de respon­s­ables de « lab­o­ra­toire média » des acteurs qui innovent dans leur manière de faire du jour­nal­isme en s’appuyant sur des out­ils numériques (traite­ment de don­nées, info­gra­phie, réal­ité aug­men­tée, etc). Un inter­venant con­clu­ra en rap­pelant que «l’objectif est seule­ment d’apporter de l’information aux lecteurs. Il ne sert à rien de croire qu’on fait de l’Intelligence Arti­fi­cielle parce qu’on a dit le mot Data. » Un adver­saire du progrès ?

Et l’autocritique de la profession ?

Lors de cette con­férence, les pro­pos sont restés cen­trés sur l’innovation tech­nologique. Si le sujet des fake news/infox n’a pour une fois pas été au cœur d’une con­férence sur le jour­nal­isme, la référence incon­tourn­able au Brex­it et à l’élection de Trump liés aux fake news n’a pas été oubliée. Celle du rôle des jour­nal­istes dans le divorce entre le peu­ple et les élites dans le résul­tat de ces élec­tions, quant à elle a été passée sous silence. Le thème a été un peu effleuré par quelques inter­venants et lors de la con­clu­sion de la journée par Bernard Stiegler, philosophe influ­encé par Jacques Der­ri­da : « Les gilets jaunes ont rai­son de cri­ti­quer les jour­nal­istes. […] Nous devons analyser nos erreurs ». Si l’on en croit les résul­tats épou­vanta­bles de l’enquête annuelle de La Croix, il y a plus qu’urgence…

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés