Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La cagnotte de Pif le chien dérobée ?

6 juillet 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La cagnotte de Pif le chien dérobée ?

La cagnotte de Pif le chien dérobée ?

Vous vous souvenez de l’ami Pif ? Le sympathique chien éponyme de la revue pour enfants du PCF de la grande époque (où Georges Marchais déclarait en 1980 : « Il faut stopper l’immigration officielle et clandestine »), le compagnon d’Arthur le chat, le journal du haricot sauteur. Le parti communiste avait décidé de ressortir le titre à l’été 2018 et lancé une cagnotte à cet effet. Un an plus tard la cagnotte semble s’être évaporée. 

Ma cassette, ma cassette (Molière, tirade de l’Avare)

Ma cagnotte, ma cagnotte ! pour­raient s’exclamer les 1096 con­tribu­teurs retrou­vés par un arti­cle du Parisien du 27 juin 2019, ayant ver­sé la coquette somme de 54.255 euros sous forme de finance­ment participatif.

La règle de ce style de finance­ment est sim­ple : vous versez quelque chose pour un objec­tif pré­cis. Si l’objectif est atteint vous recevez un avan­tage en nature relatif à la lev­ée de fonds : abon­nement, affiche, revue, mug, let­tre per­son­nal­isée etc. Si l’objectif n’est pas atteint le leveur de fonds rem­bourse. Clair et net.

Où sont les sous ?

…gémis­sent les 1096 gogos. Un de ceux-ci témoigne dans Le Parisien :

« J’ai con­tribué parce que j’ai con­nu Pif gamine. Les com­mu­ni­ty man­agers étaient très sym­pas. Je trou­vais ça cool que Pif puisse con­tin­uer. Je suis d’une famille de gauche, j’avais envie qu’il puisse renaître de ses cen­dres. On voulait avoir des rétri­bu­tions sym­pas (NDLR : des good­ies pub­lic­i­taires siglés Pif promis en con­trepar­tie) car je suis col­lec­tion­neuse d’ob­jets de pop-cul­ture ».

L’amateur de pop-cul­ture en sera pour ses frais. Quelques chanceux ont pu récupér­er un numéro zéro à la fête de l’Humanité, pour les autres nib de nib. La plate forme de finance­ment est inter­v­enue auprès du jour­nal com­mu­niste qui avait lancé la souscrip­tion, quelques don­neurs ont bien été rem­boursés quand ils ont réclamé, les autres atten­dent tou­jours. Une hypothèse per­sis­tante court dans les médias parisiens : la cagnotte a été dévorée par les jour­nal­istes affamés du quo­ti­di­en com­mu­niste sub-claquant. Avec le menu favori de Pif : l’os-saucisse !

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.