Accueil | Actualités | Médias | L’Humanité ressort Pif le Chien
Pub­lié le 30 juin 2018 | Éti­quettes :

L’Humanité ressort Pif le Chien

Ah Pif le chien ! Le héros sympathique du parti communiste d’antan, celui de Georges Marchais et de la protection des travailleurs français qui votaient massivement pour le parti. Pif, râleur, débrouillard, bon camarade, obsédé par sa pâtée (os+saucisse) et par un endroit où se coucher (manger et dormir convenablement sont de vrais problèmes quotidiens après-guerre), sans oublier son compagnon le chat Hercule. Et surtout, surtout le gadget contenu dans la livraison hebdomadaire : le haricot sauteur, la graine de sapin, le pifise sorte d’œuf lyophilisé de crustacé qui s’animait quand on le plongeait dans l’eau. Toute une époque qui revient.

Un peu d’histoire

C’est sous le dessin de Claude Arnal (réfugié communiste espagnol) qu’apparaît l’ami Pif, le dimanche 29 mars 1948 dans L’Humanité quotidienne (L’Humanité dimanche paraîtra plus tard). Il succède au feuilleton dessiné américain Félix le chat (distribué par Opera Mundi) mal venu au moment où le PC organise la résistance contre le plan Marshall. Pif déploiera ses talents de 1952 à 1969 dans le journal pour les jeunes Vaillant puis l’hebdomadaire prendra le nom de Pif en 1969.

1969-1993 c’est la période de gloire où Gotlib y publie Gai Luron et Mandryka son Concombre masqué, sans oublier Placid et Muzo, Rahan et bien d’autres. Pif vend alors aux petites têtes, à l’époque encore blondes, deux fois plus d’exemplaires que le Journal de Mickey. La concurrence des Spirou, Tintin et surtout Pilote aura raison de Pif qui disparaît fin 1993. Il s’ébroue sous forme mensuelle de 2004 à 2008 puis sous forme trimestrielle de 2015 à 2017.

Résurrection temporaire mais sans gadget

Sous la direction d’Olivier Chartain, Pif est de nouveau disponible depuis la fin juin 2018 sous la forme d’un numéro unique de 192 pages pour le prix modique de 5,90 €. Outre Pif lui-même vous pourrez y retrouver Corto Maltese dans une aventure de 1970 Le Secret de Tristan Bantam. Si la formule est un succès, Pif aura une autre édition dans le courant de l’année. Allez Pif, on t’embrasse sur le museau et bonne chance.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux