Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Humanité ressort Pif le Chien

30 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Humanité ressort Pif le Chien

L’Humanité ressort Pif le Chien

Ah Pif le chien ! Le héros sympathique du parti communiste d’antan, celui de Georges Marchais et de la protection des travailleurs français qui votaient massivement pour le parti. Pif, râleur, débrouillard, bon camarade, obsédé par sa pâtée (os+saucisse) et par un endroit où se coucher (manger et dormir convenablement sont de vrais problèmes quotidiens après-guerre), sans oublier son compagnon le chat Hercule. Et surtout, surtout le gadget contenu dans la livraison hebdomadaire : le haricot sauteur, la graine de sapin, le pifise sorte d’œuf lyophilisé de crustacé qui s’animait quand on le plongeait dans l’eau. Toute une époque qui revient.

Un peu d’histoire

C’est sous le dessin de Claude Arnal (réfugié com­mu­niste espag­nol) qu’apparaît l’ami Pif, le dimanche 29 mars 1948 dans L’Humanité quo­ti­di­enne (L’Humanité dimanche paraî­tra plus tard). Il suc­cède au feuil­leton dess­iné améri­cain Félix le chat (dis­tribué par Opera Mun­di) mal venu au moment où le PC organ­ise la résis­tance con­tre le plan Mar­shall. Pif déploiera ses tal­ents de 1952 à 1969 dans le jour­nal pour les jeunes Vail­lant puis l’hebdomadaire pren­dra le nom de Pif en 1969.

1969–1993 c’est la péri­ode de gloire où Gotlib y pub­lie Gai Luron et Mandry­ka son Con­com­bre masqué, sans oubli­er Placid et Muzo, Rahan et bien d’autres. Pif vend alors aux petites têtes, à l’époque encore blondes, deux fois plus d’exemplaires que le Jour­nal de Mick­ey. La con­cur­rence des Spirou, Tintin et surtout Pilote aura rai­son de Pif qui dis­paraît fin 1993. Il s’ébroue sous forme men­su­elle de 2004 à 2008 puis sous forme trimestrielle de 2015 à 2017.

Résurrection temporaire mais sans gadget

Sous la direc­tion d’Olivier Char­tain, Pif est de nou­veau disponible depuis la fin juin 2018 sous la forme d’un numéro unique de 192 pages pour le prix mod­ique de 5,90 €. Out­re Pif lui-même vous pour­rez y retrou­ver Cor­to Mal­tese dans une aven­ture de 1970 Le Secret de Tris­tan Ban­tam. Si la for­mule est un suc­cès, Pif aura une autre édi­tion dans le courant de l’année. Allez Pif, on t’embrasse sur le muse­au et bonne chance.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.