Accueil | Actualités | Médias | Interview d’Assad : Le Figaro défend sa position
Pub­lié le 5 septembre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Interview d’Assad : Le Figaro défend sa position

Après son entretien en exclusivité mondiale avec Bachar el-Assad, publié lundi 2 septembre, Le Figaro a déclenché une polémique.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup se sont indignés que l’on donne la parole au président syrien. L'entretien a même été qualifié de « publi-reportage », par Bruno Le Roux, chef du groupe PS à l'Assemblée nationale, très remonté sur ce sujet.

Dans un article publié dès mardi, le journal a tenu à défendre sa position. « Donner la parole ne signifie pas approuver ni cautionner », écrit-il avant de poursuivre : « C'est apporter à nos lecteurs, à l'opinion française et internationale, un élément essentiel à la compréhension du drame qui se noue. Dans un monde où l'information disparaît trop souvent sous le commentaire, tel est le rôle - irremplaçable - d'un grand journal comme Le Figaro. Être là où les choses se passent. Raconter. Donner la parole aux acteurs. Informer, tout simplement. »

Le Figaro précise qu’il n’est pas « dupe ». « Ce n'est évidemment pas un hasard si le dictateur syrien a choisi de s'adresser à un grand quotidien français à la veille de ce débat parlementaire qui, chez nous, divise l'opinion autant que la classe politique », concède-t-il tout en arguant qu’il était de son devoir d’informer. Il conclut : « Pour se faire une opinion, il faut avoir en main toutes les pièces du dossier. En voici une. Nos lecteurs jugeront. »

Quoiqu'il en soit, pour le quotidien de Serge Dassault, c'est avant tout une bonne publicité. La diffusion de l'interview a été largement mise en scène : tweet annonçant le scoop, article sur les coulisses de l'entretien, interview du journaliste en direct sur BFMTV, éditorial d'Alexis Brezet sur son opportunité, etc.

Rue89 commente, quant à lui, dans un long papier, « les huit règles de l'interview d'un dictateur au bord du gouffre », rappelant que Le Figaro avait déjà réalisé le même exercice avec Saddam Hussein et Kadhafi.

Dans le fond, la question qui se pose est très simple, et vieille comme le journalisme : faut-il donner la parole aux « méchants » ? Aujourd'hui, Le Figaro répond oui.

Crédit photo : capture d'écran site lefigaro.fr

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux