Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Claude Chollet et l’Ojim bientôt à la 17ème chambre correctionnelle

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

14 mars 2023

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Claude Chollet et l’Ojim bientôt à la 17ème chambre correctionnelle

Claude Chollet et l’Ojim bientôt à la 17ème chambre correctionnelle

Temps de lecture : 5 minutes

En avril ne te découvre pas d’un fil, dit le proverbe. Bien que nous soyons encore en mars, nous suivrons cette recommandation en passant le 5 avril devant la 17ème Chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.

AA contre CC et Le Progrès contre la liberté d’expression

AA c’est le plaig­nant alias le jour­nal­iste Amjad Allouchi. CC c’est Claude Chol­let fon­da­teur et prési­dent de l’Observatoire du jour­nal­isme. AA est jour­nal­iste au Pro­grès de Lyon et porte plainte pour « des faits d’injures publiques en rai­son de l’origine, de l’ethnie, la nation, la race ou la reli­gion le 12 mai 2022 ». Voyons l’objet du délit d’un peu plus près, nous repro­duisons ci-dessous un large extrait de notre arti­cle du 12 mai.

Isabelle Sur­ply, la lanceuse d’alerte qui n’a pas la côte auprès du Pro­grès de Lyon

De nom­breux élus locaux sont en prise directe avec la pro­gres­sion de l’islamisme dans la société française. L’immense majorité d’entre eux a pris le par­ti de s’en accom­mod­er. Beau­coup plus rares sont ceux qui la dénon­cent et qui deman­dent à l’État de pren­dre ses respon­s­abil­ités. Dans ce com­bat, Isabelle Sur­ply, une con­seil­lère munic­i­pale de la com­mune de Saint-Cha­mond (Loire), est loin de pou­voir compter sur le sou­tien du quo­ti­di­en région­al Le Pro­grès

Des médias alter­nat­ifs ont récem­ment relaté le com­bat d’Isabelle Sur­ply con­tre l’islamisme dans la ville dont elle est con­seil­lère munic­i­pale, en plus de son man­dat élec­tif à la région Rhône-Alpes-Auvergne.

Pour ne citer que l’un de ses faits mar­quants, en juil­let 2021, elle dif­fu­sait une vidéo d’un prêche de l’imam de Saint-Cha­mond, Mma­di Ahamada.

Lors de celui-ci, l’imam haranguait ses fidèles : « Vous, femmes musul­manes, tâchez d’obéir au doigt de vos maris, restez dans vos foy­ers et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l’islam ».

Isabelle Sur­ply n’a pas ménagé ses efforts pour que l’affaire n’en reste pas là. De guerre lasse, le min­istre de l’Intérieur a dans un pre­mier temps sus­pendu l’imam pour ses pro­pos. Puis, en octo­bre 2021, il n’a pas renou­velé son titre de séjour. Celui-ci est retourné le 2 mai dans son pays d’origine, Les Comores, avec prob­a­ble­ment le pécule de départ généreuse­ment offert par l’État français (enfin, le contribuable).

C’était sans compter sur les nom­breux sup­port­ers de l’imam qui se sont déchainés sur les réseaux soci­aux et ont men­acé l’élue locale. Le cen­tre cul­turel musul­man qui gère la mosquée Attak­wa de Saint-Cha­mond a par ailleurs déposé plainte con­tre Isabelle Sur­ply pour « diffama­tion en rai­son de l’ethnie, de la reli­gion ou de la race ».

Les lecteurs du quo­ti­di­en région­al Le Pro­grès qui s’en tien­nent à une seule source d’information ont une ver­sion des faits très différente.

Dans un arti­cle du 5 avril, le jour­nal­iste Amjad Allouchi (sans com­men­taires) nous aide à com­pren­dre « en deux min­utes » (car nous sommes pressés et voulons aller droit au but) l’affaire de Saint-Cha­mond. Le prêche du 20 juil­let 2021 de l’imam assig­nant les femmes dans leur cui­sine et à l’obéissance de leur mari ? Les pro­pos auraient été tron­qués par Isabelle Sur­ply. Mma­di Ahama­da n’aurait eu que des pro­pos con­formes au Coran : « O femme musul­mane, entre au par­adis par n’importe quelle porte, tâche de veiller aux droits d’Amah et de ton époux ».Pour­tant, pour qui se donne la peine d’écouter la vidéo mise en ligne par Isabelle Sur­ply, on peut dis­tincte­ment enten­dre les pro­pos qu’elle a dénon­cés. Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Non, ras­surez-vous Le Pro­grès n’est pas allé enquêter sur la pro­gres­sion de l’islamisme en région Rhône-Alpes. Non, un des jour­nal­istes de la rédac­tion du jour­nal est allé véri­fi­er la vérac­ité des pro­pos d’Isabelle Sur­ply affir­mant qu’elle a été mise en exa­m­en, suite à la plainte déposée par le cen­tre cul­turel musul­man qui gère la mosquée Attak­wa de Saint-Chamond.

Dans un arti­cle du 4 mai, nous apprenons que : « véri­fi­ca­tion faite par la rédac­tion du Pro­grès auprès du par­quet, cette mise en exa­m­en n’existe pas. (…) l’élue demeure, à ce stade de l’instruction, à un statut sim­ple de per­son­ne mise en cause ». Comme elle l’indique dans un tweet, Isabelle Sur­ply demande un droit de réponse pour rétablir sa ver­sion des faits. Pen­dant ce temps-là, on ne dis­cute plus de l’essentiel. Cha­cun en tir­era les con­clu­sions qu’il veut…

Le ridicule ne tue plus Le Progrès

Et tant mieux, nous ne voulons la mort de per­son­ne ! Pour l’anecdote, nous avons retrou­vé un arti­cle qui nous avait échap­pé du Pro­grès du 15 juin 2022 signé de son rédac­teur en chef, sous le titre bouf­fon « Un com­men­taire raciste inac­cept­able ». Un par­fait exem­ple de fausse émo­tion sur­jouée et de vraie volon­té de cen­sure. Dans la société du spec­ta­cle, le vrai devient un moment du faux dis­ait Guy Debord. Le Pro­grès (qui n’a jamais exer­cé son droit de réponse) ne nous fera pas taire. Nous con­tin­uerons à « vous informer sur ceux qui vous infor­ment » mal­gré les intim­i­da­tions et les menaces.

Pour nous aider à con­tin­uer à regarder l’envers du décor médi­a­tique et répon­dre aux men­aces du Pro­grès vous pou­vez faire un don, d’avance mer­ci ! À bientôt.

Claude Chol­let
Prési­dent de l’Ob­ser­va­toire du jour­nal­isme (Ojim)