SOS Racisme attaque Le Progrès pour une publication « nauséabonde »

Télécharger en PDF

La polémique enfle depuis la publication par le journal Le Progrès d’un classement des actes de délinquance par nationalité.

Ce mardi, le quotidien régional titrait son infographie « Délinquance: à chacun sa spécialité dans le Rhône » et dressait la liste des méfaits (cambriolages, braquages, stupéfiants, etc.) accompagnée des nationalités les plus concernées. Un classement qui a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux et parmi la presse et la classe politique de gauche.

« Une infographie indigne », a ainsi dénoncé Marie-Pierre de la Gontrie, secrétaire nationale au Parti socialiste en charge des questions de justice. Pour les Jeunes Socialistes, il s’agit d’un « journalisme de caniveau » qui vise « des ‘minorités’, que l’on se permet de stigmatiser impunément ». SOS Racisme, de son côté, a déposé plainte contre X et a déclaré qu’elle « ne saurait rester muette face à de telles dérives », jugeant l’article du quotidien par un terme bien connu : « nauséabond. » L’association a indiqué également qu’elle allait saisir la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) et le Défenseur des Droits « pour faire la lumière sur cette affaire ».

« Dire la vérité, c’est “polémique” », a cependant souligné le blog Le Salon Beige. Quant à Lionel Cailles, rédacteur en chef adjoint du Progrès, il a réagi en déplorant une infographie « maladroite » qui a échappé à la vigilance de la direction. Il a malgré tout dénoncé la « malhonnêteté intellectuelle » des internautes d’extrême-gauche ou d’extrême-droite qui n’ont pas tardé à récupérer la polémique.