Accueil | Actualités | Médias | Hollande chez Lucette : mensonges sur toute la ligne
Pub­lié le 6 novembre 2015 | Éti­quettes :

Hollande chez Lucette : mensonges sur toute la ligne

Choisie pour recevoir François Hollande devant les caméras la semaine dernière, Lucette, aide-soignante à la retraite, a été obligée de se retirer chez sa fille pour fuir les journalistes qui la harcelaient.

Jeudi 29 octobre, le président de la République s'était invité chez elle dans une volonté d'aller « au contact des citoyens » ordinaires. La rencontre, qui était suivie par quelques journalistes, avait tourné autour des questions liées au logement et de la situation des seniors. A priori, une jolie opération popularité donc pour le chef de l'État, reçu chaleureusement avec café et bouquet de fleurs dans une ambiance détendue.

Sauf que dès lundi, la retraitée se confiait à BFMTV et révélait les coulisses de ce qui s'est avéré être une formidable mise en scène. Annoncée au dernier moment à la presse, cette rencontre chez l'habitant a en réalité été méticuleusement préparée jusqu'aux moindres détails.

Au micro de Salhia Brakhlia, ancienne du « Petit Journal », Lucette Brochet rapportait en effet qu'« une dame de la mairie est venue avant pour faire (s)on ménage ». Dès mardi, « des gens de l'Elysée sont venus pour me poser des questions, pour savoir ce que je devais dire et ne pas dire », poursuivait la retraitée.

Candidate en 2008 sur la liste du maire socialiste Stéphane Hablot, Lucette n’en avait pas moins l’idée de dire au président « qu'il s'occupait beaucoup des immigrés, mais pas des clochards qui crèvent dans la rue ». Mais les conseillers du président ont eu vite fait de l'en dissuader… et c'est finalement une discussion on ne peut plus policée à laquelle les téléspectateurs ont finalement assistée.

Outre les thèmes abordés par Lucette, il était également question de tout mettre en place visuellement. Pour cette tâche, c'est la municipalité qui est entrée en jeu : joli bouquet de fleurs en premier plan, chaises apportées pour permettre à tout le monde de s'asseoir, ménage, café préparé le matin même et conservé dans une thermos, service à thé... Tout a été minutieusement préparé, ce qui a déclenché les foudres de l'opposition et des réseaux sociaux, qui ont copieusement commenté cette mise en scène.

Lucette n'en est pas moins sortie ravie et « charmée » de cette rencontre privilégiée avec le président, mais c'est par la suite que les ennuis ont commencé. En effet, après ses révélations sur BFMTV, les journalistes ont pris d'assaut le logement de la retraitée.

Beaucoup ont tenté de la joindre, d'autres sont allés jusqu'à « épier ses moindres faits et gestes », comme l'a rapporté L'Est Républicain. Face à cette situation invivable, l'ancienne infirmière s'est réfugiée chez sa fille à Nancy. « Elle est très fatiguée et a besoin de tranquillité », a commenté cette dernière.

Lundi, la retraitée est même tombée dans les escaliers et a été hospitalisée. « C'est à la fois dû à sa fragilité car elle a été opérée de la hanche il y a un mois et à l'émotion provoquée par la polémique autour de la visite du président », a expliqué sa fille. Enfin, concernant les suspicions d'une éventuelle connivence avec le Parti Socialiste, un agent de sécurité de la ville a déclaré : « Il faut lui foutre la paix. C'est une dame super-gentille. Elle n'a pas spécialement d'opinion politique et n'a pas été manipulée par le maire. »

Une semaine bien chargée pour cette dame modeste, sans doute peu habituée aux tumultes du torrent politico-médiatique.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This