Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Histoires d’une nation ou France 2 au pays des Soviets. Quatrième partie

29 octobre 2018

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Dossiers | Histoires d’une nation ou France 2 au pays des Soviets. Quatrième partie

Histoires d’une nation ou France 2 au pays des Soviets. Quatrième partie

Qua­trième volet de notre série de décryptage du doc­u­men­taire « His­toires d’une nation ». Par­tie 4 : His­toires d’une nation, analyse de l’épisode 3/4, La gloire de nos pères (1954–1974).

Le quatrième volet de la série documentaire de France 2, « Histoires d’une nation » est consacré à « la gloire de nos pères », autrement dit les immigrés qui ont travaillé « sans cesse », sauf à dormir « vingt minutes » entre trois métiers affirme un témoin, durant les Trente Glorieuses, « pour faire la France » (décidément une rengaine de cette série) et permettre à leurs enfants de gravir les marches de l’ascenseur social du pays, à l’image de Zinedine Zidane, figure en filigrane permanent de cet épisode.

Après avoir analysé le pourquoi de ce doc­u­men­taire, puis décryp­té les deux pre­miers épisodes, l’OJIM se penche sur l’épisode trois sur qua­tre, épisode qui évoque plus sou­vent l’immigration maghrébine, tout en insis­tant sur l’assimilation pro­gres­sive des immi­grés polon­ais, por­tu­gais ou ital­iens. Notons que la série doc­u­men­taire (copro­duite par France Inter/L’Obs, et dif­fusée mas­sive­ment dans l’Éducation Nationale par l’intermédiaire de Francetvé­d­u­ca­tion), n’interroge tou­jours pas le pourquoi d’une assim­i­la­tion plus aisée en France d’un Européen que d’un Africain, sinon en exposant une sorte d’atavisme raciste du Français (Français qui pour­tant n’existe pas, puisque d’après les épisodes précé­dents il serait un immi­gré comme les autres). La machine à penser cor­recte­ment est en marche. Une série dont on se demande si elle ne mérit­erait pas un Bobard d’or ? Voire de pla­tine.

Et si on larmoyait un peu pour commencer ?

Images col­orisées, musique dra­ma­tique, le téléspec­ta­teur peut avoir le sen­ti­ment de regarder un épisode de cette autre série doc­u­men­taire qu’est Apoc­a­lypse, sur les guer­res mon­di­ales ; ce n’est pas le cas, ce sont les his­toires pro­pa­gan­distes d’une nation, cette France qui serait née du ven­tre fécond de l’immigration. La ficelle est à ce point grosse que, une fois n’est pas cou­tume, dans le con­cert de louanges venu de tous les côtés de la presse, même Le Monde s’est inter­rogé sur la per­ti­nence de la vision du monde propagée par la série, indi­quant que cette dernière offre « un regard incom­plet, sinon éloigné du réel » (déf­i­ni­tion pos­si­ble d’un doc­u­men­taire de pro­pa­gande).

Dès l’entame, le troisième épisode ne fait pas dans la den­telle : « Il fait froid, nous avons chaud », cha­cun aura recon­nu les pre­miers mots de l’appel de l’abbé Pierre de 1954. Pourquoi repren­dre le fil de ces his­toires « plurielles » d’une France « sans cesse réin­ven­tée par ses immi­grés » en 1954 ? Sim­ple comme une obses­sion : sur les 1677 sans logis de Paris, en 1954, les deux tiers sont, d’après les auteurs, des algériens. Et par­mi eux ? Le papa de Zine­dine Zidane. On pleure dans les chau­mières, par­don dans les cités. « Ils dor­ment dehors, dont le père de Zine­dine Zidane, quar­ante-qua­tre ans avant que son fils gagne la coupe du monde de foot­ball ». Pour un peu, le foot­ball n’aurait pas eu son Mozart. Et la France n’aurait pas con­nu son énième renais­sance.

La France des Trente Glorieuses ?

D’un côté, des Français « bour­geois » habi­tant beaux quartiers et beaux immeubles (nulle trace d’un ouvri­er blanc Français ni d’un paysan dans cet épisode), employ­ant une « bonne espag­nole et une concierge por­tu­gaise » (c’est l’ascenseur social), tan­dis que les immi­grés d’Afrique du Nord vivent dans la boue des bidonvilles. Un sim­ple regard des auteurs portés sur le qua­torz­ième arrondisse­ment du Paris de l’époque aurait mon­tré que les con­di­tions de vie n’étaient guère meilleures dans les vieux immeubles délabrés, sou­vent insalu­bres, où logeaient les ouvri­ers de souche.

Qu’à cela ne tienne, ce qui importe c’est que dans les bidonvilles, « la moitié de ceux qui vivent là sont des Français pas comme les autres, ils sont appelés les Français musul­mans d’Algérie ». L’époque est à la recon­struc­tion et « les immi­grés arrivent pour redress­er le pays ». Après l’avoir inven­tée, puis sauvée, les immi­grés redressent main­tenant la France. Ce redresse­ment nation­al, du coup accept­able quand il serait l’œuvre d’étrangers, se fait dans un con­texte ter­ri­ble pour les immi­grés, vic­times d’être en France tan­dis que leurs peu­ples com­bat­tent cette même (méchante) France pour leur indépen­dance. Cela tombe mal : on tra­vaille en France, mais au « bled » on ne veut plus dépen­dre de la France. Pire, cer­tains immi­grés algériens (au moins un en tout cas, cela s’appelle la « micro his­toire »), se sont engagés pour com­bat­tre en Indo­chine, avant d’ensuite rejoin­dre le FLN, tuer des sol­dats Français, puis revenir tra­vailler dans ce même pays dont ils ne voulaient plus. On ne com­prend goutte, et le doc­u­men­taire ne nous éclaire guère sur la logique à l’œuvre ; l’objectif n’est pas là, il est sim­ple­ment de nous rap­pel­er l’injustice de la décoloni­sa­tion. Une décoloni­sa­tion ou « L’État est en guerre avec ses immi­grés sur le sol Français ». C’est cela, la Guerre d’Algérie : une guerre menée par la France con­tre les immi­grés algériens vivant sur le ter­ri­toire nation­al. Ce qui évidem­ment ne saurait rap­pel­er que les « heures som­bres de notre his­toire », puisque « le Vel d’Hiv’ sert de nou­veau pour les intern­er » (les Algériens, le Vel d’Hiv’ ?). La parole est don­née à un témoin dont le père a com­bat­tu la France et a été interné : c’était « un résis­tant, comme Jean Moulin » (sic). Autre témoignage, au sujet de la Guerre d’Algérie, celui de Ramzy Bédia : « J’en sais plus sur Clo­vis et le vase de Sois­sons [il doit être âgé, du coup] que sur la Guerre d’Algérie ». Per­son­ne n’a une adresse de librairie à indi­quer à ce quidam ?

L’indépendance, une bonne nouvelle ? Plus ou moins.

L’indépendance et la défaite de la France dans la Guerre d’Algérie, c’est évidem­ment bien, d’après cet épisode. Enfin… sauf pour les immi­grés vivant en France, lesquels per­dent la nation­al­ité française. Ce qui serait un scan­dale : il est vrai que des indi­vidus accueil­lis en France, aidés sociale­ment (les aides représen­taient le dou­ble du salaire de son père, indique un témoin), par­tic­i­pant de l’intérieur à la guerre con­tre ce pays qui les a accueil­lis (les fameux « résis­tants »), fêtant l’indépendance de l’Algérie, obtenant donc le statut de nation entre les nations, et qui n’ont plus la nation­al­ité du pays qu’ils ont voulu quit­ter, mais gag­nent celle du pays qu’ils ont voulu ren­dre indépen­dant, il y a de quoi être choqué. Du moins, pour les auteurs de ce doc­u­men­taire. Pour­tant, ils avaient bien mérité, comme cet immi­gré dont l’histoire nous est con­tée qui, après avoir com­bat­tu en Algérie dans les rangs du FLN, se pré­cip­ite en France car la RATP embauche. Le pire ? Comme il est Algérien et que la guerre se ter­mine juste, bien que ne se déclarant évidem­ment pas en tant que tueur de sol­dats Français, il est vic­time d’une « injus­tice » : lui et ses com­pa­tri­otes (300 000 algériens arrivent en France juste après la guerre pour tra­vailler) « sont con­sid­érés comme des enne­mis de l’intérieur ». On se demande bien pourquoi ? Les auteurs de la série ne se deman­dent rien.

C’est le boom économique

Les images mon­trent d’autres immi­grés, pas­sant les fron­tières, fuyant les « dic­tatures du sud de l’Europe », le Por­tu­gal et l’Espagne ; ce seraient des « réfugiés » devant d’ailleurs pay­er des « passeurs », une sit­u­a­tion somme toute nor­male sem­ble-t-il. Ils rejoignent les bidonvilles mon­trés aupar­a­vant, dans une France qui mal­traite plus qu’elle n’accueille, et c’est ce qui est le plus éton­nant dans cette série : la France n’y est jamais généreuse. On peut se deman­der à bon droit ce qui attire, du coup, tant les pop­u­la­tions exogènes ?

Par con­tre, cer­tains Français se sont mon­trés accueil­lants, ain­si Miche­lin et sa poli­tique de regroupe­ment famil­ial avant la let­tre, pas­sage qui donne à voir un étrange éloge du pater­nal­isme patronal, jusque-là plutôt cri­tiqué dans les officines cul­turelles de gauche. La con­fu­sion règne ain­si à tous les étages d’His­toires d’une nation, mal­gré l’adoubement de France Inter et de France 2.

Dans la mémoire de leurs enfants, les Trente Glo­rieuses des immi­grés, c’est « la gloire de nos pères ». Les his­toires famil­iales se suc­cè­dent, valant his­toire générale de la France, dans une con­cep­tion ultra indi­vid­u­al­iste des sociétés. Ain­si, ce témoin qui racon­te : « À par­tir du moment où je suis allé au lycée, j’étais vénéré dans la famille. J’avais une sœur qui m’enlevait les chaus­sures et les chaus­settes en ren­trant, une autre sœur m’apportait une bas­sine avec de l’eau chaude et du gros sel, et ma mère qui me lavait les pieds ». Comme dans les épisodes précé­dents, pas une remar­que quant au sex­isme tran­quille de ces pro­pos. Ce n’est cer­taine­ment pas un hasard : lais­sons le temps au temps, comme autre­fois, sem­blent dire les auteurs, l’œil rivé sur le sex­isme des immi­grés musul­mans vivant actuelle­ment en France, et faisant autant d’enfants que ceux d’hier, à en croire les images. Peut-être moins que les « 25 enfants » de la même famille que le prési­dent Gis­card d’Estaing voulut voir lors d’une vis­ite ren­due à un bidonville. Reste qu’alors « La France change de vis­age. Qu’ils soient immi­grés ou Français, les jeunes ont les mêmes loisirs, écoutent la même musique », et « les enfants d’immigrés mon­tent en haut de l’affiche [images d’Aznavour, Mon­tand, Lino Ven­tu­ra, Gains­bourg, Kopa, sans que soit remar­qué qu’aucun n’est africain et que la majorité sont de reli­gion chré­ti­enne], la France ray­onne et ils en assurent le pres­tige nation­al » (c’est la ren­gaine, le refrain de la série).

Il n’est pas plus remar­qué, le Français impec­ca­ble par­lé par ces enfants d’immigrés, éduqués par leurs familles et l’école, poussés à s’intégrer dans la nation plutôt qu’à occu­per leur temps à la dés­in­té­gr­er, sous cou­vert de la pro­tec­tion des « valeurs répub­li­caines » (cet aspect a été sig­nalé à l’OJIM par un lecteur, indi­quant que der­rière la néga­tion de la nation se pro­file, dans ce doc­u­men­taire, un éloge de ces « valeurs », lesquelles sont il est vrai un dogme dont les immi­grés sont le Graal). La preuve que l’immigration est le Graal de la France ? Astérix, œuvre de Goscin­ny et Uder­zo, fils d’immigrés, por­teurs avec le vil­lage irré­ductible des Gaulois de la mytholo­gie de la nation, laque­lle du coup n’est rien de plus qu’une bande dess­inée, un imag­i­naire.

1968, l’année de sortie de l’ombre  

Devin­er en quelle année les immi­grés auraient enfin pu quit­ter l’ombre pour la lumière, et avoir la parole, n’est pas si dif­fi­cile : c’est 1968. For­cé­ment. L’année de la grande libéra­tion. Dans le courant des événe­ments étu­di­ants puis ouvri­ers, orchestré par divers grou­pus­cules sou­tiens de divers total­i­tarismes de l’époque, les immi­grés se tien­nent à l’écart mais, instru­its par les événe­ments et aidés par la gauche, ils pren­nent la parole en 1970, por­tant des reven­di­ca­tions spé­ci­fiques pour leur caté­gorie.

L’historien mil­i­tant Ben­jamin Sto­ra appa­raît alors à l’écran pour affirmer que cette prise de parole met fin à la « dis­sim­u­la­tion-assim­i­la­tion ». Cette dernière, l’assimilation, c’est le mal car elle con­traig­nait l’immigré, hier, la minorité, aujourd’hui, à cacher son iden­tité, laque­lle serait le bien le plus impor­tant de ce vivre ensem­ble, lui-même le Bien absolu. Ils récla­ment le droit de « vivre nor­male­ment en France », et même « l’Église monte au créneau » ; elle qui pour­tant sem­blait n’être qu’une fic­tion, est appelée à la rescousse quand elle va dans le bon sens de l’Histoire ou plutôt des his­toires d’une nation qu’elle n’aurait, la coquine, en rien con­tribué à créer.

En tout cas, dans la foulée de 1968, l’heure étant à la lib­erté, dit-on, est votée la loi de 1972 con­tre le racisme, mon­trant par là même le racisme dont serait vic­time les immi­grés. Du coup : « La nou­velle extrême droite veut raviv­er en France les iné­gal­ités raciales des colonies ». Le Mal approche sans aucun doute, et cer­taine­ment le dernier épisode nous don­nera-t-il son nom.

Déconstruction tous azimuts

Ce troisième épisode d’histoires d’une nation ne décevra pas les ama­teurs de pro­pa­gande con­tem­po­raine. Il a la qual­ité d’être fidèle à lui-même, autrement dit à l’esprit d’une série dont l’objet est de décon­stru­ire la nation France, au nom effec­tive­ment des « valeurs de la république », mais aus­si au-delà : la véri­ta­ble com­mu­nauté nationale serait celle du « vivre ensem­ble », con­stru­it patiem­ment, et con­tre les autochtones « racistes », par les généra­tions de migrants qui sont venus sur le ter­ri­toire afin, juste­ment, d’inventer et de réin­ven­ter sans cesse une France qui n’existait pas aupar­a­vant. L’immigration, c’est la Parole du nou­veau prophète, Zidane. Après 68 et par la grâce de Dieu, par­don de Zidane, par­don de l’immigration, « une nou­velle vie com­mence pour toute une généra­tion de jeunes Français ». Le nou­veau réc­it nation­al, celui que nos enfants vont main­tenant appren­dre à l’école.

Sans doute vise-t-on ain­si à sup­primer les jeux de revolver en class­es de lycée pro­fes­sion­nels où, on le con­state, la France n’a plus aucune exis­tence eth­nique. Ceci expli­quant peut-être cela ? Mais alors, ce serait une autre his­toire que ces his­toires d’une nation, car jamais un immi­gré n’oserait men­ac­er une enseignante avec une arme, le bien ne pou­vant pas faire le mal, c’est bien con­nu. On frétille d’impatience à l’idée de voir le qua­trième et dernier épisode de ce doc­u­ment de pro­pa­gande.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.