L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Haine du blanc au cinéma, l’académie des Oscars va imposer des critères de « diversité »

11 septembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Haine du blanc au cinéma, l’académie des Oscars va imposer des critères de « diversité »

Haine du blanc au cinéma, l’académie des Oscars va imposer des critères de « diversité »

11 septembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Le New York Times met une majuscule à Black (mais pas à White), les statues de l’histoire européenne sont déboulonnées, une députée gabono-française fait figure de martyr. N’en jetez plus ? Le cinéma ne sera pas en reste puisque l’Oscar du meilleur film ne pourra être accordé en 2024 que sur critères de « minorités » autrement dit de chasse aux blancs. Petite visite guidée.

L’AMPAS n’aime plus les blancs

L’AMPAS n’est pas une nou­velle mar­que de lessive, c’est l’Acad­e­my of Motion Pic­ture Arts and Sci­ence qui gère la céré­monie dite des Oscars. Si vous voulez être éli­gi­ble à la récom­pense du meilleur film, en théorie à par­tir de 2024, mais sans doute bien plus tôt, vous devrez répon­dre à cer­tains critères, leu­co­der­mes accrochez-vous :

Pour l’équipe de réal­i­sa­tion du film : au moins deux postes de direc­tion ou de chefs de ser­vice, au moins 30% de l’équipe glob­ale, au moins six postes réservés à des mem­bres d’un groupe racial ou eth­nique sous-représenté.
Pour le film lui-même : l’intrigue prin­ci­pale, le rôle prin­ci­pal ou un rôle sec­ondaire, 30% des rôles sec­ondaires, réservés à des per­son­nes provenant d’un groupe  racial  ou eth­nique sous-représen­té, les femmes, les per­son­nes s’identifiant comme LGBTQ + ou les per­son­nes handicapées.

Panachage de critères autorisé

Bon prince, l’Académie peut admet­tre que la total­ité de ces quo­tas ne puisse être tou­jours atteinte et admet une sorte de panachage. Prenons un exem­ple ou deux ; un film sur les Vikings (intrigue prin­ci­pale classée leu­co­derme), avec un acteur blanc dans le rôle prin­ci­pal pour­rait con­courir si son sec­ond est LGBTQ+, si sa femme viking est éthiopi­enne et si au moins 30% des fig­u­rants vikings sont africains. Mais il serait dif­fi­cile de lui attribuer le pre­mier prix.

On doit pou­voir faire bien mieux avec un film sur Marie-Antoinette avec Danièle Obono dans le rôle de la reine, Djamel Deb­bouze dans celui de Louis XVI, Roschdy Zem pour­rait incar­n­er Saint-Just, le nar­ra­teur serait le Duc de Saint-Simon (nous sommes dans la fic­tion) quant à lui avan­tageuse­ment représen­té par un tran­sex­uel cen­trafricain, réfugié récem­ment nat­u­ral­isé. Il faudrait hélas laiss­er au moins un rôle sec­ondaire à un européen, Gérard Depar­dieu serait par­fait en Dan­ton. On peut envis­ager la récom­pense suprême.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

No Content Available

Derniers portraits ajoutés