Accueil | Actualités | Médias | GB : création d’un organisme indépendant de régulation
Pub­lié le 10 décembre 2012 | Éti­quettes : ,

GB : création d’un organisme indépendant de régulation

Le scandale News of the World, la mise en place de la commission Leveson (juillet 2011) et la publication du rapport du même nom (29 novembre 2012) n’en finissent pas de produire leurs effets.

Mardi 4 décembre, les rédacteurs en chef des principaux journaux britanniques sont convoqués à Downing Street par le Premier ministre, qui leur met la pression : comme le préconise le rapport Leveson, un nouvel organisme de régulation de la presse doit être crée, plus indépendant que celui qui existe actuellement. Le statu quo souhaité par les médias n’est « pas une option », insiste David Cameron. A la différence de ses partenaires de coalition libéraux-démocrates, du juge Leveson, et de l’opposition travailliste, le Premier ministre n’est pas favorable à la loi pour encadrer cet organisme, mais menace pourtant de passer par elle si la presse n’arrive pas à trouver une solution « en interne ».

Mercredi 5 décembre : les rédacteurs en chef de tous les journaux tombent d’accord sur 40 propositions du rapport Leveson (sur 47). Points les plus notables : le nouvel organisme ne sera pas composé de rédacteurs en chef comme l’est l’actuelle et discréditée Press Complaints Commission ; il pourra mener ses propres enquêtes et imposer aux indélicats des amendes pouvant aller jusqu’à un million de livres.

Cet accord, auquel les journaux étaient d’une certaine manière contraints et forcés, est cependant loin de satisfaire tout le monde. Une pétition appelant à une loi de réglementation de la presse à réuni plus de 143 000 signatures, dont celle de l’écrivain Salman Rushdie, à qui l’on reconnaît généralement une certaine légitimité en matière de liberté d’expression et de protection de la vie privée.

Lundi 10 décembre au matin : le Parti travailliste publie ses propositions. La principale d’entre elle stipule que le nouvel organisme, qui s’appellerait « Press Standards Trust », soit certifié tous les trois ans par une commission de contrôle composée de trois juges, dont Leveson lui-même. À suivre…

Crédit photo : cactusbones via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux