Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Presse en Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation ?
Publié le 

13 novembre 2012

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Presse en Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation ?

Presse en Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation ?

Lancée le 13 juillet 2011, à la suite du scandale des écoutes téléphoniques illégales pratiquées par le tabloid News of the World, l’enquête Leveson (Brian Levenson est Lord Justice of Appeal, la plus haute charge de justice britannique) doit rendre ses conclusions fin novembre. On sait déjà que celles-ci ne seront pas tendres pour la presse et sa déontologie.

Le Pre­mier Min­istre bri­tan­nique David Cameron va devoir tranch­er : faut-il laiss­er la presse s’auto-réguler ou faut-il qu’une instance extérieure le fasse ?

La règle jusqu’à présent : ne peu­vent être pub­liées que les infor­ma­tions présen­tant un réel intérêt pour le pub­lic. Intérêt dont les jour­naux eux-mêmes sont seuls juges et qu’ils définis­sent en interne. Dernier exem­ple en date : la pub­li­ca­tion en août, par le Sun, des pho­tos du Prince Har­ry, nu, dans une suite à Las Vegas. Beau­coup ont jugé que cette pub­li­ca­tion n’avait aucun intérêt pour le pub­lic, mais Rupert Mur­doch et la direc­tion du Sun en ont jugé autrement, peut-être par défi­ance envers l’enquête Leve­son, ou peut-être par vengeance pour la fer­me­ture de News of the World, fleu­ron de l’empire Mur­doch comme le Sun (ou le très sérieux Times). On le voit, la déf­i­ni­tion de ce qui présente un intérêt pour le pub­lic est à géométrie vari­able.

Cela pour­rait bien chang­er car un con­sen­sus sem­ble pou­voir se dessin­er. Hier, 42 députés con­ser­va­teurs influ­ents ont pub­lié une let­tre ouverte dans le Guardian, appelant à la créa­tion d’une instance de régu­la­tion indépen­dante à la fois du gou­verne­ment et des jour­naux.

Une idée qui devrait rejoin­dre les propo­si­tions de l’enquête Leve­son et ren­con­tr­er le sou­tien des tra­vail­listes et des libéraux-démoc­rates, tra­di­tion­nelle­ment plus inter­ven­tion­nistes que les con­ser­va­teurs. Rap­pelons qu’en France il n’existe aucune instance de déon­tolo­gie en-dehors de quelques trop rares médi­a­teurs sou­vent mar­gin­al­isés. Une instance prônée par le nou­v­el Obser­va­toire de la Déon­tolo­gie de l’Information (ODI). À suiv­re.

Source : BBC
Crédit pho­to : cap­ture d’écran www.levesoninquiry.org.uk

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision