Accueil | Actualités | Médias | Presse en Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation ?
Pub­lié le 13 novembre 2012 | Éti­quettes : , , , ,

Presse en Grande-Bretagne : fin de l’auto-régulation ?

Lancée le 13 juillet 2011, à la suite du scandale des écoutes téléphoniques illégales pratiquées par le tabloid News of the World, l’enquête Leveson (Brian Levenson est Lord Justice of Appeal, la plus haute charge de justice britannique) doit rendre ses conclusions fin novembre. On sait déjà que celles-ci ne seront pas tendres pour la presse et sa déontologie.

Le Premier Ministre britannique David Cameron va devoir trancher : faut-il laisser la presse s’auto-réguler ou faut-il qu’une instance extérieure le fasse ?

La règle jusqu’à présent : ne peuvent être publiées que les informations présentant un réel intérêt pour le public. Intérêt dont les journaux eux-mêmes sont seuls juges et qu’ils définissent en interne. Dernier exemple en date : la publication en août, par le Sun, des photos du Prince Harry, nu, dans une suite à Las Vegas. Beaucoup ont jugé que cette publication n’avait aucun intérêt pour le public, mais Rupert Murdoch et la direction du Sun en ont jugé autrement, peut-être par défiance envers l’enquête Leveson, ou peut-être par vengeance pour la fermeture de News of the World, fleuron de l’empire Murdoch comme le Sun (ou le très sérieux Times). On le voit, la définition de ce qui présente un intérêt pour le public est à géométrie variable.

Cela pourrait bien changer car un consensus semble pouvoir se dessiner. Hier, 42 députés conservateurs influents ont publié une lettre ouverte dans le Guardian, appelant à la création d’une instance de régulation indépendante à la fois du gouvernement et des journaux.

Une idée qui devrait rejoindre les propositions de l’enquête Leveson et rencontrer le soutien des travaillistes et des libéraux-démocrates, traditionnellement plus interventionnistes que les conservateurs. Rappelons qu’en France il n’existe aucune instance de déontologie en-dehors de quelques trop rares médiateurs souvent marginalisés. Une instance prônée par le nouvel Observatoire de la Déontologie de l’Information (ODI). À suivre.

Source : BBC
Crédit photo : capture d'écran www.levesoninquiry.org.uk

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.