Accueil | Actualités | Médias | Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?
Pub­lié le 16 septembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?

Dans son édition du mercredi 11 septembre, Le Canard Enchaîné publiait deux dessins satiriques, mettant en parallèle l’attribution des JO de 2020 au Japon avec la catastrophe de Fukushima.

« Ce genre de caricatures blesse les sinistrés de la catastrophe du 11 mars 2011 et véhicule des informations fausses sur le problème de l'eau radioactive à la centrale Fukushima Daiichi. C'est extrêmement regrettable », a jugé le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga. « Nous avons l'intention d'adresser un message de protestation au "Canard Enchaîné" via l'ambassade du Japon à Paris », a-t-il ajouté. Et ce dernier de s’assurer que le Japon va « donner des explications sur la situation à la centrale de sorte que ne soient plus données des informations inexactes sur le Japon ».

De son côté, « Le Canard assume ces dessins sans le moindre état d'âme ». « Ce n'est pas parce qu'on fait de l'humour qu'on outrage les victimes. Ici, on peut traiter une tragédie par l'humour, apparemment, ce n'est pas le cas au Japon », a ironisé Louis-Marie Horeau, le rédacteur en chef du journal, avant d’ajouter : « On est absolument stupéfaits de l'ampleur que ça prend et de l'importance que l'on donne à ces dessins qui nous semblent anodins. S'il y a matière à s'indigner, c'est de la manière dont a été gérée la crise par le gouvernement japonais. »

Il conclut à l’AFP : « Nous n'avons pas été destinataires d'une protestation officielle. Un chargé d'affaires de l'ambassade du Japon à Paris m'a appelé pour m'expliquer combien tout allait bien à Fukushima. »

Une journaliste japonaise note : « Il y a des gens qui ont réellement subi l'impact des radiations et ce genre de dessins les blesse. Cela provoquerait un énorme scandale s'ils étaient publiés dans la presse nippone. » Un journal japonais, Mainichi Shimbun, a même titré : « Encore les médias français ! » Celui-ci fait référence à une autre polémique, lorsque Laurent Ruquier avait montré le gardien de but de l’équipe de football du Japon avec quatre bras, parlant de l’« effet Fukushima ».

Voir aussi : La mafia japonaise a désormais son propre magazine

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux