Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?
Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?

16 septembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?

Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?

Fukushima : Le Japon est-il susceptible ?

Dans son édition du mercredi 11 septembre, Le Canard Enchaîné publiait deux dessins satiriques, mettant en parallèle l’attribution des JO de 2020 au Japon avec la catastrophe de Fukushima.

« Ce genre de car­i­ca­tures blesse les sin­istrés de la cat­a­stro­phe du 11 mars 2011 et véhicule des infor­ma­tions fauss­es sur le prob­lème de l’eau radioac­tive à la cen­trale Fukushi­ma Dai­ichi. C’est extrême­ment regret­table », a jugé le porte-parole du gou­verne­ment Yoshi­hide Suga. « Nous avons l’in­ten­tion d’adress­er un mes­sage de protes­ta­tion au “Canard Enchaîné” via l’am­bas­sade du Japon à Paris », a‑t-il ajouté. Et ce dernier de s’assurer que le Japon va « don­ner des expli­ca­tions sur la sit­u­a­tion à la cen­trale de sorte que ne soient plus don­nées des infor­ma­tions inex­actes sur le Japon ».

De son côté, « Le Canard assume ces dessins sans le moin­dre état d’âme ». « Ce n’est pas parce qu’on fait de l’hu­mour qu’on out­rage les vic­times. Ici, on peut traiter une tragédie par l’hu­mour, apparem­ment, ce n’est pas le cas au Japon », a iro­nisé Louis-Marie Hore­au, le rédac­teur en chef du jour­nal, avant d’ajouter : « On est absol­u­ment stupé­faits de l’am­pleur que ça prend et de l’im­por­tance que l’on donne à ces dessins qui nous sem­blent anodins. S’il y a matière à s’indign­er, c’est de la manière dont a été gérée la crise par le gou­verne­ment japonais. »

Il con­clut à l’AFP : « Nous n’avons pas été des­ti­nataires d’une protes­ta­tion offi­cielle. Un chargé d’af­faires de l’am­bas­sade du Japon à Paris m’a appelé pour m’ex­pli­quer com­bi­en tout allait bien à Fukushima. »

Voir aussi  L’Armée et les médias, histoire d’un rapport de force

Une jour­nal­iste japon­aise note : « Il y a des gens qui ont réelle­ment subi l’im­pact des radi­a­tions et ce genre de dessins les blesse. Cela provo­querait un énorme scan­dale s’ils étaient pub­liés dans la presse nip­pone. » Un jour­nal japon­ais, Mainichi Shim­bun, a même titré : « Encore les médias français ! » Celui-ci fait référence à une autre polémique, lorsque Lau­rent Ruquier avait mon­tré le gar­di­en de but de l’équipe de foot­ball du Japon avec qua­tre bras, par­lant de l’« effet Fukushima ».

Voir aussi : La mafia japonaise a désormais son propre magazine

Crédit pho­to : DR

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.