Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
La mafia japonaise a désormais son propre magazine

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

14 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La mafia japonaise a désormais son propre magazine

La mafia japonaise a désormais son propre magazine

Temps de lecture : 2 minutes

Fait inédit : les yakusa ont désormais leur gazette, qui a été récemment distribuée à ses 28 000 membres. Elle s’intitule Yamaguchi-gumi Shinpo (« La gazette du clan Yamaguchi ») et ne se trouve ni en kiosque, ni sur abonnement, mais circule en interne.

Les valeurs de la pègre japon­aise y sont rap­pelées et les troupes y sont remo­tivées par un édi­to­r­i­al de Kenichi Shin­o­da, le grand patron du clan Yam­aguchi, l’un des plus puis­sants au Japon. Ce dernier explique qu’en péri­ode de crise, les yakusa ne doivent pas se repos­er sur leurs lau­ri­ers et leur « mar­que » s’ils veu­lent con­tin­uer à dévelop­per leurs affaires.

Les mem­bres pour­ront égale­ment y trou­ver des jeux comme le Go ou le Sho­gi, des poèmes tra­di­tion­nels japon­ais, et même une rubrique « peo­ple » évo­quant la vie privée des gros bon­nets de la pègre. La péri­od­ic­ité du jour­nal n’est pas encore connue.

La mafia japon­aise œuvre sur plusieurs théâtres : traf­ic de drogue, jeux d’argent, pros­ti­tu­tion, rack­et, usure, ain­si que des act­ifs dans la finance et l’immobilier. Elle n’est pas offi­cielle­ment hors-la-loi bien que de plus en plus de lois per­me­t­tent aux autorités de lut­ter con­tre ses activités.

Crédit pho­to : sushi­cam via Flickr (cc)