Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Fronde des employés de France Bleu : Céline Pigalle capitule

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

24 juin 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Fronde des employés de France Bleu : Céline Pigalle capitule

Fronde des employés de France Bleu : Céline Pigalle capitule

Temps de lecture : 3 minutes

C’est pour soutenir les personnes responsables de la mise en image des émissions de radio que certains journalistes de France Bleu avaient décidé de retirer leur droit à l’image. Une action concertée qui servait à dénoncer la précarité du statut de ces personnels.

Des emplois précaires

Les édi­teurs visuels des émis­sions de radio, employés par le sous-trai­tant Eden Press, béné­fi­cient d’un con­trat en CDD d’usage. Or, cet acteur privé souhaitait ne pas renou­vel­er les con­trat des per­son­nels qui auraient tra­vail­lé plus de trois ans pour la ren­trée prochaine. Le cose­cré­taire du SNJ-CGT Radio France, Math­ieu Dar­ri­et, a alerté sur une dis­po­si­tion qui cacherait, selon le syn­di­cat, un licen­ciement tacite. À l’inverse, Eden Press y voit un con­trat qui « con­vient en général assez bien à la nature de nos activ­ités, à leur saison­nal­ité et aux jour­nal­istes eux-mêmes ». Jusqu’alors, la direc­tion de Radio France avait ren­voyé la belle à ce prestataire, en indi­quant ne pas vouloir « inter­venir ou com­menter les déci­sions d’un prestataire extérieur ».

La direction capitule face à la fronde sociale

À France Bleu Nord, le retrait de deux des trois inter­venants de la mati­nale avait empêché la dif­fu­sion de l’émission. D’autres inter­venants locaux ont procédé au même retrait à Paris, Bor­deaux, le Mans, Limo­ges, Rouen ou Aix-en-Provence. Pen­dant près de trois semaines, les jour­nal­istes main­tien­dront la fronde sociale, avec des salariés de 17 sta­tions de France Bleu qui ont retiré leur droit à l’image dans l’objectif de soutenir leur con­frère. Face à une telle fronde sociale, la direc­trice du réseau France Bleu Céline Pigalle a renon­cé. La Let­tre A a ain­si révélé le mail qu’elle avait envoyé à ses jour­nal­istes, annonçant que ces CDDU pour­raient être pro­longés jusqu’en 2025. Un pre­mier feu éteint pour celle qui a accédé à la direc­tion de France Bleu depuis avril 2023.

Emploi précaire et journalisme

Cet énième épisode est révéla­teur de la pré­car­ité à laque­lle sont can­ton­nés bon nom­bre de jour­nal­istes ; le cas du CDDU, qui s’adresse aux cachetiers, réal­isa­teurs, les attachés de pro­duc­tion… peut être con­sid­éré, en dépit de la lib­erté d’entreprise qu’il offre, comme un véri­ta­ble emploi pré­caire. Dans cette per­spec­tive, l’emploi d’un prestataire con­stitue de la part de Radio France une solu­tion facile pour ne pas employ­er ces dif­férents inter­venants en CDI. Cette fragilité du statut n’est pas sans dan­ger : comme nous l’évoquions ici, elle est la cause de la mul­ti­plic­ité des cas­quettes que déci­dent d’accumuler les jour­nal­istes les moins aisés pour arrondir leur fin de mois et peut dans cer­tains cas men­er à des ménages incestueux…

Voir aus­si : Céline Pigalle, portrait

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés