Accueil | Actualités | Médias | France Télévisions : pour Filippetti, l’affaire Bygmalion, c’est « l’héritage Sarkozy »
Pub­lié le 12 juillet 2014 | Éti­quettes : , , ,

France Télévisions : pour Filippetti, l’affaire Bygmalion, c’est « l’héritage Sarkozy »

Interrogée sur France Culture à propos des liens entre la société de conseil Bygmalion et France Télévisions, Aurélie Filippetti a appelé à ne pas « stigmatiser » le groupe public.

Selon la ministre de la Culture, il ne faut pas s'en prendre à l'actuelle direction « pour des faits imputables à l'équipe précédente ». Et celle-ci d'assurer que « depuis 2012, on a rétabli des conditions éthiques dans la passation des contrats ».

« Je refuse absolument tout amalgame. L'affaire Bygmalion s'est passée avant l'arrivée de Rémy Pflimlin », déclare-t-elle à propos de l'actuel président du groupe public, entendu la semaine dernière comme témoin assisté dans l'affaire de favoritisme présumé en faveur de Bygmalion. « On parle de la période Patrick de Carolis. Ces contrats ont été passés à cette époque-là. Quand Rémy Pflimlin est arrivé avec son équipe, il a mis fin et éteint progressivement les contrats Bygmalion. C'est ce qu'il a dit au juge », a insisté Mme Filippetti, assimilant l'affaire à « l'héritage de la période Sarkozy ».

Oui mais...

Si, à son arrivée au poste de PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin a bien mis fin à plusieurs contrats avec Bygmalion, deux d’entre eux ont été maintenus, et un troisième a même été signé avec une autre société appartenant à Bastien Millot, BM Consulting... De plus, la ministre a pour directeur de cabinet Martin Ajdari, ancien secrétaire général de France Télévisions (nommé par Pflimlin) qui a également été entendu par le juge Van Ruymbeke dans ce dossier...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This