Accueil | Actualités | Médias | France Télévisions : pour Filippetti, l’affaire Bygmalion, c’est « l’héritage Sarkozy »
Pub­lié le 12 juillet 2014 | Éti­quettes : , , ,

France Télévisions : pour Filippetti, l’affaire Bygmalion, c’est « l’héritage Sarkozy »

Interrogée sur France Culture à propos des liens entre la société de conseil Bygmalion et France Télévisions, Aurélie Filippetti a appelé à ne pas « stigmatiser » le groupe public.

Selon la ministre de la Culture, il ne faut pas s'en prendre à l'actuelle direction « pour des faits imputables à l'équipe précédente ». Et celle-ci d'assurer que « depuis 2012, on a rétabli des conditions éthiques dans la passation des contrats ».

« Je refuse absolument tout amalgame. L'affaire Bygmalion s'est passée avant l'arrivée de Rémy Pflimlin », déclare-t-elle à propos de l'actuel président du groupe public, entendu la semaine dernière comme témoin assisté dans l'affaire de favoritisme présumé en faveur de Bygmalion. « On parle de la période Patrick de Carolis. Ces contrats ont été passés à cette époque-là. Quand Rémy Pflimlin est arrivé avec son équipe, il a mis fin et éteint progressivement les contrats Bygmalion. C'est ce qu'il a dit au juge », a insisté Mme Filippetti, assimilant l'affaire à « l'héritage de la période Sarkozy ».

Oui mais...

Si, à son arrivée au poste de PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin a bien mis fin à plusieurs contrats avec Bygmalion, deux d’entre eux ont été maintenus, et un troisième a même été signé avec une autre société appartenant à Bastien Millot, BM Consulting... De plus, la ministre a pour directeur de cabinet Martin Ajdari, ancien secrétaire général de France Télévisions (nommé par Pflimlin) qui a également été entendu par le juge Van Ruymbeke dans ce dossier...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux