Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Télévisions : les candidats à la présidence rentrent en piste

16 juin 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | France Télévisions : les candidats à la présidence rentrent en piste

France Télévisions : les candidats à la présidence rentrent en piste

Le virus, un climat politique incertain, ont eu raison du grand service des médias publics à la française style BBC qui devait naître en 2023. Le poste de président de France Télévisions en devient plus attractif.

De deux ans, le mandat passe à cinq ans

Ini­tiale­ment le nou­veau prési­dent (à par­tir de juil­let 2020) devait être désigné par le CSA pour deux ans en atten­dant la créa­tion de la hold­ing regroupant France Télévi­sions, Radio France, France Médias Monde et l’INA. Le prési­dent de la nou­velle hold­ing aurait alors choisi les dirigeants des qua­tre entités. Ce pro­jet est remis sine die.

Alors que le prési­dent devait exercer un petit man­dat de deux ans, ce change­ment induit un allonge­ment de man­dat : cinq ans, éventuelle­ment renou­ve­lable. De quoi aigu­is­er des appétits.

Du monde sur la ligne de départ

L’actuelle prési­dente Del­phine Ernotte, celle qui déteste les hommes blancs de plus de 50 ans, est can­di­date à sa pro­pre suc­ces­sion. Le patron du syn­di­cat des jour­nal­istes (SNJ) de la mai­son est offi­cielle­ment sur les rangs comme (offi­cieuse­ment) l’ancien directeur de RTL, Christo­pher Baldel­li. Un cer­tain Mon­sieur Pom­mi­er, con­seiller numérique du groupe LREM à l’Assemblée Nationale a man­i­festé son intérêt mais le con­texte poli­tique lui est peu favor­able. D’autres can­di­dats vont se man­i­fester pour un poste pres­tigieux mais exposé. Le nou­veau prési­dent du CSA, Roch-Olivi­er Maistre, un jup­péiste à l’échine très sou­ple, devra faire preuve de diplo­matie dans son choix.

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.