Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France-Soir en grève

2 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | France-Soir en grève

France-Soir en grève

Du 30 août à ce lundi 2 septembre au matin, la rédaction de France-Soir s’est mise en grève afin réagir à “une forte dégradation des conditions de travail et du dialogue social”. Nous reprenons un interview de Putsch avec certains journalistes de France-Soir.

Un mou­ve­ment de grève touche France Soir depuis ce ven­dre­di 30 août. Et le com­mu­niqué de presse indique que les « per­spec­tives d’évolutions par­ti­c­ulière­ment inquié­tantes quant à la préser­va­tions des mis­sions jour­nal­is­tiques des équipes ». Pou­vez-vous nous en dire plus ?

Nous sommes en lutte notam­ment pour la préser­va­tion de notre mis­sion d’information, sans ambiguïté et en toute indépen­dance. Le jour­nal­isme évolue, mais ce ne doit pas se faire en reni­ant ses fonde­ments. Le groupe qui détient France-Soir a des activ­ités commerciales…

France Soir en grève

Est-ce que les pres­sions que vous dénon­cez dans ce même com­mu­niqué sont liées à ces per­spec­tives voulues par la direc­tion ? En somme, la ligne édi­to­ri­ale est-elle men­acée à court et moyen terme ?

Les pres­sions de la direc­tion con­sis­tent en des men­aces de licen­ciement ou pour­suites pour des fautes imag­i­naires, mais aus­si une pres­sion quo­ti­di­enne insi­dieuse. La direc­tion ne souf­fre tout sim­ple­ment aucun dia­logue social alors que des sujets cru­ci­aux sont soulevés: égal­ité salar­i­ale, appli­ca­tion de la lég­is­la­tion (sur la con­ven­tion col­lec­tive par exem­ple), con­di­tions de tra­vail dégradées par les départs…

« Les pres­sions de la direc­tion con­sis­tent en des men­aces de licen­ciement ou pour­suites pour des fautes imag­i­naires, mais aus­si une pres­sion quo­ti­di­enne insidieuse »

Communiqué de presse du groupe France soir du 30 décembre 2018 et du 5 février 2019

Le con­flit provient de la créa­tion au sein de France Soir d’une société de rédac­teurs. Pourquoi dans un pre­mier temps, avoir créée cette société de rédac­teurs ? Et en quoi déplaît-elle à la direction ?

Suite à la créa­tion de la société des rédac­teurs, une asso­ci­a­tion loi 1901 clas­sique chez des jour­nal­istes, la direc­tion a demandé des expli­ca­tions. Nous les avons fournies. Mal­gré cela, la direc­tion a exigé des salariés la fer­me­ture de cette asso­ci­a­tion sous peine de « fer­mer la boîte ».

La suite sur : putsch.media

Voir également un article sur le traitement militant de certaines informations parues dans France-soir

Agres­sion homo­phobe en Vendée : Pierre Plot­tu et le jour­nal­isme militant

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.