Accueil | Actualités | Médias | France Inter : Patrick Cohen assailli par des « cerveaux malades »
Pub­lié le 14 janvier 2014 | Éti­quettes : ,

France Inter : Patrick Cohen assailli par des « cerveaux malades »

Franchissant le standard de France Inter par de faux motifs, deux auditeurs sont parvenus, ce vendredi 10 janvier, à interpeller Patrick Cohen au sujet de sa « liste noire ».

Patrick Cohen avait, il y a quelques mois, dressé une « liste noire » de personnalités qu’il était préférable de ne pas inviter car elles avaient selon lui des « cerveaux malades ». Parmi elles : Nabe, Dieudonné, Soral, Ramadan… Ainsi, dans le dernier quart d’heure de sa matinale consacré aux interventions des auditeurs, une première personne interroge le journaliste : « Vous rendez-vous compte qu’en établissant une liste noire de personnalités que vous refusez d’inviter (...) vous trahissez l’essence même de votre métier ? » Ce à quoi ce dernier répondra que cette auditrice est « la preuve vivante et en direct que nous ne censurons personne », en oubliant de préciser que celle-ci avait menti au standard pour passer à l’antenne... Et Cohen d’ajouter que « sur France Inter nous ne limitons pas, et jamais, la liberté d’expression sauf pour les personnes qui ont été condamnés par la loi, c’est la règle ».

Dans la foulée, un deuxième auditeur rebondit sur cette affirmation : « Vous avez des hommes politiques qui ont été condamnés par la justice, vous le savez très bien ! » Et l’homme de s’indigner du qualificatif de « complotiste » et de lancer au journaliste : « Je peux penser différemment de vous monsieur Cohen ! »

La matinale de France Inter sera-t-elle bientôt fermée aux auditeurs qui ont le « cerveau malade » ?

Voir notre portrait de Patrick Cohen, contre la liberté de penser

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux