Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Inter : Baptiste Beaulieu contre les hommes

3 avril 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | France Inter : Baptiste Beaulieu contre les hommes

France Inter : Baptiste Beaulieu contre les hommes

Baptiste Beaulieu est un médecin généraliste né au milieu des années 80. Jusque-là, tout va bien, rien que d’anodin. Mais Baptiste Beaulieu se prend aussi pour un écrivain et une grande conscience publique, sans doute ferait-il mieux de s’occuper de ses malades. Spécialisé en addictologie et en violences conjugales, il en a tiré une vision noire de la société et particulièrement des relations entre les hommes et les femmes. Il faut toujours se méfier des médecins qui veulent écrire : Rabelais, Léon Daudet ou Céline avaient au moins un grand style et une immense culture, même s’ils étaient humainement plus ou moins supportables.

Inculture et dictature

Bap­tiste Beaulieu, lui, n’a pas de style et n’a lu aucun livre. Hélas, il en a com­mis qui se sont bien ven­dus. Depuis, il est invité sur France Inter et fait pro­fes­sion d’insulter les hommes, tous les hommes, tous menteurs, vio­lents, haineux envers les femmes.

Que nous racon­tait-il le 9 mars 2020, pour chang­er ? « J’en ai marre des mecs, mais marre, marre, marre… ». Le pub­lic aus­si en a marre, surtout des col­la­bos d’une sorte d’utérisation du monde d’un côté (on devrait dire hys­téri­sa­tion, mais c’est plus clair ain­si) et des racailles sans édu­ca­tion de l’autre, qui, elles, mar­tyrisent les femmes et les insul­tent – sauf leur mère évidem­ment. Mais ce n’est pas de ces « mecs » là que nous par­le Bap­tiste Beaulieu. Lui nous par­le du macho blanc européen du quo­ti­di­en, du misog­y­ne ordi­naire, de Dupont-la-joie qui men­ace l’harmonie du monde par son unique présence qui infecte la terre.

France Inter, radio haine ?

Sur France Inter, dev­enue ce matin-là la radio de la haine du Français, sub­ven­tion­née par les Français, M. Beaulieu enta­mait ain­si sa dia­tribe au mois de mars de l’an de grâce 2020 :

« Si vous saviez comme j’en ai marre de nous, de nos petites lâchetés, de nos petites trahisons, de nos petits égos de coq, tou­jours mal placés, de nos angles morts per­ma­nents, et de nos orgueils démesurés… »

Ça aurait pu com­mencer autrement : sci­en­tifique, argu­men­té, mesuré, dialec­tisé. Ah non, par­don, on est sur Radio France : il n’y a jamais rien à prou­ver, seule­ment à assén­er, puisque les chroniqueurs ont préal­able­ment été sélec­tion­nés sur leur bon­té naturelle, qui les sépare du reste du monde, qu’ils doivent d’ailleurs con­ver­tir et élever jusqu’à eux, pour nous réé­du­quer en quelque sorte.

Le médecin-romanci­er-chroniqueur Beaulieu pour­suit en dis­ant qu’il n’a pas du tout envie de par­ler des hommes – ces raclures – puisqu’on est au lende­main de la journée de la femme, mais tout de même il ne peut résis­ter au plaisir de leur foutre un plomb en pas­sant – les abrutis. Il nous entre­tient donc durant cinq min­utes de prob­lèmes d’infertilité mas­cu­line et des injus­tices qui en découlent. Car, non con­tents d’être inca­pables de se repro­duire, Dieu mer­ci, les­dits hommes – ces jean-foutre – se ven­gent sur leur chère com­pagne, for­cé­ment. C’est un médecin qui le dit depuis son petit cab­i­net de Toulouse, voilà la vérité sur radio haine.

Caricatures

Et d’enchaîner les exem­ples : Mon­sieur G. qui a mal durant les rap­ports accuse sa femme, l’envoie con­sul­ter, alors que c’est lui – le pau­vre type – qui « urine du pus ». Mon­sieur R. insulte sa femme qui n’arrive pas à enfan­ter alors qu’elle a déjà eu des enfants aupar­a­vant d’un autre homme – le crétin. Mon­sieur L. expédie sa femme avorter pen­dant que lui joue à la Playsta­tion. Après avoir aligné les cas gênants, voire à vom­ir, de cet acabit, dont rien ne nous prou­ve qu’ils ne soient pas nés dans son esprit fer­tile d’idéologue, le gen­til Beaulieu con­clut :

« Être une femme hétéro­sex­uelle, c’est quand même devoir choisir par­mi un cageot rem­pli de fruits pour­ris celui qui vous pèsera le moins sur l’estomac. Alors oui, je sais on va me dire “pas tous les hommes”, eh bien je m’en fous : tant qu’il en restera un seul de pour­ri, il en sera de la respon­s­abil­ité des autres de l’écarter le temps qu’on lui inculque ce qu’il faut de respect et de dig­nité ».

Tant que l’homme hétéro­sex­uel, européen s’entend, n’est pas entière­ment réé­duqué selon les critères qu’il a seul choi­sis Bap­tiste ne déposera pas les armes. Notons que ces crimes et dél­its ne le con­cer­nent pas lui-même, sans doute un cas à part. M. Beaulieu illus­tre à mer­veille l’art con­tem­po­rain européen de bat­tre sa coulpe sur le cœur des autres. Et parce que des hommes défail­lent, pêchent, il faut tous les abat­tre. Les khmers nou­veaux de France Inter ont réha­bil­ité les procès col­lec­tifs, sans autre preuve que leurs témoignages. Ils croient se débar­rass­er de la vio­lence avec les hommes blancs hétéro­sex­uels. Ils récolteront pis, mais avec bonne con­science. Joli temps en France pour les Fouquier-Tinville radio­phoniques, et pour France Inter alias radio haine.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision