Accueil | Actualités | Médias | France 2 se divise au sujet de Philippe Verdier
Pub­lié le 20 octobre 2015 | Éti­quettes : ,

France 2 se divise au sujet de Philippe Verdier

Cloué au pilori par de nombreux médias suite à un livre jugé « climatosceptique », le cas Philippe Verdier, chef du service météo de France 2 récemment mis en congé forcé, divise au sein de la rédaction de la chaîne publique.

Ces derniers jours, il a assuré la promotion de son livre, Climat Investigation, sur de nombreux plateaux télé et radio. Jugé « climatosceptique » voire « complotiste » par certains, une polémique a rapidement éclaté au point de conduire à sa mise à l'écart (temporaire ?) sur la 2.

Cependant, cette décision de la chaîne n'a laissé personne indifférent, à commencer par les syndicats. Éric Vial, délégué Force Ouvrière, a ainsi rappelé que M. Verdier n'avait « commis aucune faute professionnelle » et que « sa mise à l’écart de l’antenne résulte d’une décision politique ». La semaine dernière, le syndicat a même diffusé un tract dans lequel il soutient ouvertement le journaliste et estime que la direction agit sous l'influence de l'État, à quelques semaines de la conférence COP 21 sur le climat, à Paris.

Sur l'impulsion d'un autre délégué syndical au Comité central d'entreprise, Verdier avait été mis à l'écart la semaine dernière. « On ne peut pas critiquer ainsi nommément un collègue devant la direction en chef de la chaîne. Ce délégué s’est laissé emporter par des opinions politiques qui n’ont rien à voir avec son devoir syndical », a pour sa part plaidé M. Vial.

Dominique Pradalié, délégué SNJ, a quant à lui estimé que « les gens sont aujourd’hui de plus en plus partagés sur son cas ». « Jusqu’ici, le soutien était plutôt unanime parmi les employés de France Télé, mais ses dernières apparitions médiatiques – notamment celle au "Petit Journal" de Canal+ jeudi soir – commencent à faire dire aux gens qu’il y a peut-être, quand même, quelque chose de trouble », a-t-il ajouté.

L'avenir dira si les pressions politiques, présentes au sein même de la direction, auront raison de la liberté de parole du monsieur météo de France 2, jusqu'ici habitué à la discrétion.

Crédit photo : capture d’écran vidéo Éditions Ring

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This