Accueil | Actualités | Médias | France 2 se divise au sujet de Philippe Verdier
Pub­lié le 20 octobre 2015 | Éti­quettes : ,

France 2 se divise au sujet de Philippe Verdier

Cloué au pilori par de nombreux médias suite à un livre jugé « climatosceptique », le cas Philippe Verdier, chef du service météo de France 2 récemment mis en congé forcé, divise au sein de la rédaction de la chaîne publique.

Ces derniers jours, il a assuré la promotion de son livre, Climat Investigation, sur de nombreux plateaux télé et radio. Jugé « climatosceptique » voire « complotiste » par certains, une polémique a rapidement éclaté au point de conduire à sa mise à l'écart (temporaire ?) sur la 2.

Cependant, cette décision de la chaîne n'a laissé personne indifférent, à commencer par les syndicats. Éric Vial, délégué Force Ouvrière, a ainsi rappelé que M. Verdier n'avait « commis aucune faute professionnelle » et que « sa mise à l’écart de l’antenne résulte d’une décision politique ». La semaine dernière, le syndicat a même diffusé un tract dans lequel il soutient ouvertement le journaliste et estime que la direction agit sous l'influence de l'État, à quelques semaines de la conférence COP 21 sur le climat, à Paris.

Sur l'impulsion d'un autre délégué syndical au Comité central d'entreprise, Verdier avait été mis à l'écart la semaine dernière. « On ne peut pas critiquer ainsi nommément un collègue devant la direction en chef de la chaîne. Ce délégué s’est laissé emporter par des opinions politiques qui n’ont rien à voir avec son devoir syndical », a pour sa part plaidé M. Vial.

Dominique Pradalié, délégué SNJ, a quant à lui estimé que « les gens sont aujourd’hui de plus en plus partagés sur son cas ». « Jusqu’ici, le soutien était plutôt unanime parmi les employés de France Télé, mais ses dernières apparitions médiatiques – notamment celle au "Petit Journal" de Canal+ jeudi soir – commencent à faire dire aux gens qu’il y a peut-être, quand même, quelque chose de trouble », a-t-il ajouté.

L'avenir dira si les pressions politiques, présentes au sein même de la direction, auront raison de la liberté de parole du monsieur météo de France 2, jusqu'ici habitué à la discrétion.

Crédit photo : capture d’écran vidéo Éditions Ring

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This