Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FN en tête aux élections : quand la presse régionale se lâche

10 décembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | FN en tête aux élections : quand la presse régionale se lâche

FN en tête aux élections : quand la presse régionale se lâche

Si la plupart des titres de la presse quotidienne régionale (PQR) se sont contentés d’évoquer de manière plus ou moins neutre les résultats du premier tour des régionales, certains sont néanmoins monté sur leurs grands chevaux et semblent avoir perdu leurs nerfs.

Au lende­main du vote, le mot « choc » était ain­si sans con­teste le plus util­isé, qu’il s’agisse de la cou­ver­ture du Bien Pub­lic comme de Libéra­tion Cham­pagne, par exem­ple. On notera par ailleurs, sur le plan des titres nationaux, que le titre « Le choc » aura été employé à la fois par Le Figaro et… L’Hu­man­ité. Et on notera enfin que c’est ce mot qui revient régulière­ment depuis les élec­tions européennes de 1984 et les 10,95% de Jean-Marie Le Pen…

Aus­si, un vocab­u­laire chargé néga­tive­ment évo­quant par­fois un « trem­ble­ment » ou une « ombre » planant sur la poli­tique était de mise. Autres exem­ples : Nord Lit­toral titre « Marine est là », comme un aver­tisse­ment ; Le Havre Libre explique que « Rien n’est per­du pour la gauche ! » ; Ouest-France titre que, face à la mon­tée du FN, « l’Ouest résiste » ; enfin, La Provence va jusqu’à décréter « l’É­tat d’ur­gence » suite à la pre­mière place de Mar­i­on Maréchal-Le Pen en PACA.

[fancy_images width=“185” height=“200”]
[image title=“Marine est là” alt=“Marine est là” caption=“Marine est là”]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2015/12/Marine_LePen_NordLittoral.jpg[/image]
[image title=“L’État d’ur­gence” alt=“L’État d’ur­gence” caption=“L’État d’urgence”]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2015/12/Marion_LePen_LaProvence.jpg[/image]
[image title=“Tous con­tre elle” alt=“Tous con­tre elle” caption=“Tous con­tre elle”]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2015/12/Marion_LePen_NiceMatin.jpg[/image]
[image title=“Résister !” alt=“Résister !” caption=“Résister !”]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2015/12/Marion_LePen_Marseillaise.jpg[/image]
[/fancy_images]
[clear­both]

Si le jour­nal La Mar­seil­laise appelle car­ré­ment ses lecteurs à « Résis­ter ! », la palme de la cou­ver­ture engagée revient sans con­teste à Nice-Matin, qui titre « Tous con­tre elle » au-dessus d’une pho­to de Mar­i­on Maréchal-Le Pen salu­ant la foule, vieil arti­fice util­isé con­tre le FN pour sug­gér­er fine­ment le salut nazi. De la panz­er-pro­pa­gande…

Le lende­main, mar­di 8 décem­bre, d’autres titres de la PQR se sont illus­trés. La Char­ente Libre mon­tre en une des électeurs lamb­da dans un bar, lesquels n’ont sans doute rien demandé, avec le titre : « Désem­parés face à la vague FN » ; pour La Provence, « la résis­tance s’or­gan­ise » pour con­tr­er le FN ; de son côté, Vau­cluse-Matin enjoint Estrosi à « relever le défi Le Pen ».

La tyrannie des scores FN

La tyran­nie des scores FN

En état de récidive, La Mar­seil­laise appelle ses lecteurs à « éviter le pire » en choi­sis­sant la même pho­to de Mar­i­on Maréchal-Le Pen façon IIIe Reich, pen­dant que Le Parisien se veut ras­sur­ant en rap­pelant que « rien n’est joué ! ». Ouf.

Pour con­clure sur une note de poésie, citons la cou­ver­ture de L’É­cho de Haute-Vienne, « La tyran­nie des scores FN », avec en illus­tra­tion une carte de France recou­verte de crottes, plus ou moins gross­es selon les scores du par­ti fron­tiste… Il fal­lait oser.

Une fois de plus, une par­tie de la PQR s’est donc illus­tré par une neu­tral­ité à toute épreuve et par un sens de la déon­tolo­gie poussé à l’extrême… Plus sérieuse­ment, en cas de vic­toire du FN dimanche prochain dans les régions con­cernées, il ne fait aucun doute que la ques­tion des sub­ven­tions publiques à cer­tains titres sera remise sur la table assez rapi­de­ment…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision