Accueil | Actualités | Médias | Fin de grève et repreneur en vue chez Lagardère
Pub­lié le 25 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Fin de grève et repreneur en vue chez Lagardère

Après avoir mis en vente 10 de ses titres, Lagardère a vu ses salariés se mettre en grève. Lancée le lundi 21 octobre, la grève vient d’être levée après 48h de mouvement.

Concernant la vente de ses titres, un repreneur s’est manifesté pour les magazines Première et Pariscope. Il s’agit d’Alain Kruger, producteur de l’émission « Le Cercle » sur Canal +, et de « On ne parle pas la bouche pleine » sur France Culture – qui a déjà dirigé Première entre 1994 et 2001 –, ainsi que du banquier d’affaires de Rothschild, Grégoire Chertok. Ces derniers sont entrés en négociations exclusives avec Lagardère.

« À compter de ce jour, les deux parties disposent d'un mois pour finaliser les termes et conditions d'un accord », précise Lagardère Active. Un accord incluant « les effectifs de la version imprimée, les contrats afférents à l'activité, les actifs corporels et incorporels ». Rappelons que les versions internet de ces deux titres resteront propriété de Lagardère.

Ce contrat devrait prendre la forme d’une licence, c’est-à-dire que les titres devront toujours respecter l’image du groupe. Par contre, il semble peu probable que les nouveaux repreneurs aient à reverser un pourcentage du chiffre d’affaires vu la situation précaire des deux titres : les ventes de Première ont reculé de 20 % en cinq ans quand celles de Pariscope ont chuté de 35,7 % sur la même période.

Enfin, rappelons que les titres de Lagardère qui ne trouveront pas de repreneurs seront tout bonnement fermés.

Voir aussi : Infographie - Le groupe Lagardère

Dessin : © Milady de Winter pour l'Ojim

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux