Accueil | Actualités | Médias | Fin d’année difficile pour le Nouvel Obs
Pub­lié le 11 décembre 2012 | Éti­quettes : , , , ,

Fin d’année difficile pour le Nouvel Obs

L'hebdomadaire de gauche connaît une fin d'année difficile et affiche aujourd'hui une perte de 5 millions d'euros. En cause, comme pour beaucoup de ses confrères, une baisse de la publicité, mais également une baisse de 6% des ventes. De même, le rachat, il y a un an, pour 7,5 millions d'euros, du pure player Rue89, n'a pas engendré la dynamique souhaitée.

A ce sujet, Le Monde signale même une « crise d'identité chez Rue89 ». Le pure player, qui n'a toujours pas trouvé son équilibre financier, connaît, lui aussi, une érosion de son lectorat, passant sous la barre des deux millions de visiteurs. Un « ancien du site », cité par Le Monde, estime que « le rachat par Le Nouvel Observateur laisse planer des soupçons sur son indépendance ». A cela, il faut ajouter une rude concurrence, avec notamment l'apparition de la version française du Huffington Post, tout début 2012.

Devant ces résultats, Claude Perdriel, PDG du groupe, a annoncé une réduction de la pagination du Nouvel Obs, ainsi qu'une restructuration de Rue89.

Mais, dans le même temps, Pierre Haski, cofondateur du site, interrogé par BFMTV.com sur d'éventuels licenciements, a démenti « formellement cette information ».

Un nouveau dossier à suivre...

Sources : La Lettre de l'Expansion / Le Monde / BFMTV.com. Crédit photo : montage Ojim

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This