Accueil | Actualités | Médias | Fin d’année difficile pour le Nouvel Obs
Pub­lié le 11 décembre 2012 | Éti­quettes : , , , ,

Fin d’année difficile pour le Nouvel Obs

L'hebdomadaire de gauche connaît une fin d'année difficile et affiche aujourd'hui une perte de 5 millions d'euros. En cause, comme pour beaucoup de ses confrères, une baisse de la publicité, mais également une baisse de 6% des ventes. De même, le rachat, il y a un an, pour 7,5 millions d'euros, du pure player Rue89, n'a pas engendré la dynamique souhaitée.

A ce sujet, Le Monde signale même une « crise d'identité chez Rue89 ». Le pure player, qui n'a toujours pas trouvé son équilibre financier, connaît, lui aussi, une érosion de son lectorat, passant sous la barre des deux millions de visiteurs. Un « ancien du site », cité par Le Monde, estime que « le rachat par Le Nouvel Observateur laisse planer des soupçons sur son indépendance ». A cela, il faut ajouter une rude concurrence, avec notamment l'apparition de la version française du Huffington Post, tout début 2012.

Devant ces résultats, Claude Perdriel, PDG du groupe, a annoncé une réduction de la pagination du Nouvel Obs, ainsi qu'une restructuration de Rue89.

Mais, dans le même temps, Pierre Haski, cofondateur du site, interrogé par BFMTV.com sur d'éventuels licenciements, a démenti « formellement cette information ».

Un nouveau dossier à suivre...

Sources : La Lettre de l'Expansion / Le Monde / BFMTV.com. Crédit photo : montage Ojim

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This