Accueil | Actualités | Médias | Face aux offres web, les chaînes payantes s’effondrent
Pub­lié le 11 février 2016 | Éti­quettes : , , , , , ,

Face aux offres web, les chaînes payantes s’effondrent

Pour faire face à la concurrence des offres TV sur internet, certains groupes de télévision historiques, en grande difficulté, tentent de s'adapter.

Avec l'arrivée de sociétés comme BeIn Sport ou Netflix, qui proposent pour une dizaine d'euros des offres web similaires à celles présentes sur les canaux traditionnels, les chaînes de télévision payantes s'effondrent. Mardi 9 février, le cours de Disney, miné par sa télévision payante ESPN, qui a perdu 7 millions d'abonnés en trois ans, a chuté de 3 %.

Il en va de même pour son concurrent Viacom, propriétaire notamment de MTV et Nickelodeon, qui a vu son cours de bourse dégringoler de 20 % le même jour. Pour les médias américains, ce phénomène est parfaitement clair : les jeunes téléspectateurs se désabonnent des chaînes payantes traditionnelles, ils « coupent le cordon » pour se diriger vers des services numériques tels que Netflix ou encore Amazon Prime.

Face à cette tendance, certains groupes réagissent, comme HBO qui a lancé son service internet pour 10 dollars par mois, ou encore Disney avec son service Sling TV. En Europe, l'histoire se prolonge. Au Royaume-Uni, Sky a entièrement revu son offre numérique.

En France, Canal + est à la peine et ne parvient pas à arrêter l'hémorragie de ses abonnés avec une offre à 40 euros qui n'évolue pas. Concurrencé férocement par Netflix sur le cinéma et BeInSport sur le sport, le groupe Canal va ainsi devoir sérieusement réfléchir à une stratégie pour rebondir.

Les rumeurs sur le rachat de son concurrent BeInSport par le groupe de Vincent Bolloré laissent peut-être entrevoir la riposte en cours.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux