Accueil | Actualités | Médias | Face aux offres web, les chaînes payantes s’effondrent
Pub­lié le 11 février 2016 | Éti­quettes : , , , , , ,

Face aux offres web, les chaînes payantes s’effondrent

Pour faire face à la concurrence des offres TV sur internet, certains groupes de télévision historiques, en grande difficulté, tentent de s'adapter.

Avec l'arrivée de sociétés comme BeIn Sport ou Netflix, qui proposent pour une dizaine d'euros des offres web similaires à celles présentes sur les canaux traditionnels, les chaînes de télévision payantes s'effondrent. Mardi 9 février, le cours de Disney, miné par sa télévision payante ESPN, qui a perdu 7 millions d'abonnés en trois ans, a chuté de 3 %.

Il en va de même pour son concurrent Viacom, propriétaire notamment de MTV et Nickelodeon, qui a vu son cours de bourse dégringoler de 20 % le même jour. Pour les médias américains, ce phénomène est parfaitement clair : les jeunes téléspectateurs se désabonnent des chaînes payantes traditionnelles, ils « coupent le cordon » pour se diriger vers des services numériques tels que Netflix ou encore Amazon Prime.

Face à cette tendance, certains groupes réagissent, comme HBO qui a lancé son service internet pour 10 dollars par mois, ou encore Disney avec son service Sling TV. En Europe, l'histoire se prolonge. Au Royaume-Uni, Sky a entièrement revu son offre numérique.

En France, Canal + est à la peine et ne parvient pas à arrêter l'hémorragie de ses abonnés avec une offre à 40 euros qui n'évolue pas. Concurrencé férocement par Netflix sur le cinéma et BeInSport sur le sport, le groupe Canal va ainsi devoir sérieusement réfléchir à une stratégie pour rebondir.

Les rumeurs sur le rachat de son concurrent BeInSport par le groupe de Vincent Bolloré laissent peut-être entrevoir la riposte en cours.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This