Accueil | Actualités | Médias | Enfin un repreneur pour Sud Radio ?

Enfin un repreneur pour Sud Radio ?

Selon LeMonde.fr, Sud Radio serait sur le point d'être vendue par le groupe du même nom (anciennement Start). Son président, Jean-Eric Valli, serait entré en négociations exclusives avec Marc Laufer, l'ancien directeur général de NextRadio TV soutenu dans son projet par la Financière de l'Echiquier. Leur objectif ? « Transformer la station en une radio à destination des entreprises, notamment des PME », selon une source proche du dossier. Jean-Eric Valli n'a ni confirmé ni souhaité commenter l'information tandis que le CSA expliquait n'avoir pas été saisi, à ce state, d'un éventuel rachat.

Sud Radio avait vu son audience diminuer fortement après une refonte des programmes ratée (et quelques polémiques) en août 2011, malgré une fréquence parisienne et l'ambition de devenir la « quatrième radio généraliste » de France grâce à son format « talk » et l'embauche de personnalités (Robert Ménard, Pascal Bataille, etc.). Le manque de moyens, le mépris de la direction pour les racines régionales de la radio et une certaine fébrilité - Sud Radio Groupe étant davantage habituée à gérer des musicales comme Ado FM ou Voltage - ainsi que des départs tonitruants (Les chevaliers du Fiel) y avaient mis un terme. La Lettre de l'Expansion du 21 mai dernier avait révélé l'intention de Valli de s'en séparer. Le même mois, un mandat de vente avait été donné dans ce but à la banque Messier Maris & Associés.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This