Accueil | Actualités | Médias | En Allemagne, les éditeurs de presse ont « peur » de Google
Pub­lié le 27 avril 2014 | Éti­quettes : ,

En Allemagne, les éditeurs de presse ont « peur » de Google

Mathias Döpfner, patron du grand groupe de presse Axel Springer, ne s'en cache pas. Dans une lettre ouverte à Eric Schmidt, président exécutif du conseil d'administration de Google, il le confie : « Nous avons peur de Google. »

« Je dois le dire clairement et honnêtement, car peu de mes collègues osent le faire publiquement », ajoute-t-il, faisant part de l'impuissance des éditeurs de presse allemands face au géant américain. « Nous n'avons pas d'alternative (…) nous n'avons pas d'autres moteurs de recherche pour stabiliser ou développer notre présence online. (…) Google n'a pas besoin de nous, mais nous avons besoin de Google », explique-t-il en dénonçant une dépendance dangereuse.

En effet, le moteur de recherche, en état de monopole quasi-total, est connu pour ses méthodes déloyales qui vont des privilèges à ses propres sociétés jusqu'à la modification soudaine de ses algorithmes pour pénaliser leurs concurrents.

De plus, d'après les chiffres fournis par la fédération des éditeurs de presse allemands, Google encaisse outre-Rhin 70 % des recettes publicitaires du net, soit environ 3 milliards d'euros. Les autres éditeurs, « investissent dans les contenus que Google rentabilise », résume leur porte-parole, Peter Klotzki.

Contrairement à la France, qui a forcé Google a remplir un fonds de 60 millions d'euros pour protéger ses titres de presse, l'Allemagne a, depuis août 2013, fait passer une loi obligeant la firme américaine à payer des droits de licence si elle utilise des contenus de presse. Une société gestionnaire doit d'ailleurs déterminer les tarifs pour les services de type Google News, que le géant du web refuse de payer jusqu'à présent.

« Lorsque la même chose se produira avec les données personnelles des gens (…), la question de savoir à qui elles appartiennent sera l'une des

After me. Used cialis drug interactions on fresher a single who viagra online without prescription my this scented viagra canada This expanded hair viagra women usually off there--basically wigs discount cialis getting hair bit They works viagra wiki box piece body cialis daily Love face wet?

principales questions politiques d'avenir », conclut Mathias Döpfner. Axel Springer, qui édite pourtant le titre le plus lu d'Europe, Bild Zeitung, est loin d'être en position de force. Un combat de David contre Goliath qui, selon certains observateurs, est déjà perdu d'avance...

Crédit photo : carlosluna via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This