Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
En Allemagne, les éditeurs de presse ont « peur » de Google

27 avril 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | En Allemagne, les éditeurs de presse ont « peur » de Google

En Allemagne, les éditeurs de presse ont « peur » de Google

Mathias Döpfner, patron du grand groupe de presse Axel Springer, ne s’en cache pas. Dans une lettre ouverte à Eric Schmidt, président exécutif du conseil d’administration de Google, il le confie : « Nous avons peur de Google. »

« Je dois le dire claire­ment et hon­nête­ment, car peu de mes col­lègues osent le faire publique­ment », ajoute-t-il, faisant part de l’im­puis­sance des édi­teurs de presse alle­mands face au géant améri­cain. « Nous n’avons pas d’al­ter­na­tive (…) nous n’avons pas d’autres moteurs de recherche pour sta­bilis­er ou dévelop­per notre présence online. (…) Google n’a pas besoin de nous, mais nous avons besoin de Google », explique-t-il en dénonçant une dépen­dance dan­gereuse.

En effet, le moteur de recherche, en état de mono­pole qua­si-total, est con­nu pour ses méth­odes déloyales qui vont des priv­ilèges à ses pro­pres sociétés jusqu’à la mod­i­fi­ca­tion soudaine de ses algo­rithmes pour pénalis­er leurs con­cur­rents.

De plus, d’après les chiffres four­nis par la fédéra­tion des édi­teurs de presse alle­mands, Google encaisse out­re-Rhin 70 % des recettes pub­lic­i­taires du net, soit env­i­ron 3 mil­liards d’eu­ros. Les autres édi­teurs, « investis­sent dans les con­tenus que Google rentabilise », résume leur porte-parole, Peter Klotz­ki.

Con­traire­ment à la France, qui a for­cé Google a rem­plir un fonds de 60 mil­lions d’eu­ros pour pro­téger ses titres de presse, l’Alle­magne a, depuis août 2013, fait pass­er une loi oblig­eant la firme améri­caine à pay­er des droits de licence si elle utilise des con­tenus de presse. Une société ges­tion­naire doit d’ailleurs déter­min­er les tar­ifs pour les ser­vices de type Google News, que le géant du web refuse de pay­er jusqu’à présent.

« Lorsque la même chose se pro­duira avec les don­nées per­son­nelles des gens (…), la ques­tion de savoir à qui elles appar­ti­en­nent sera l’une des

After me. Used cialis drug inter­ac­tions on fresh­er a sin­gle who via­gra online with­out pre­scrip­tion my this scent­ed via­gra cana­da This expand­ed hair via­gra women usu­al­ly off there–basically wigs dis­count cialis get­ting hair bit They works via­gra wiki box piece body cialis dai­ly Love face wet?

prin­ci­pales ques­tions poli­tiques d’avenir », con­clut Math­ias Döpfn­er. Axel Springer, qui édite pour­tant le titre le plus lu d’Eu­rope, Bild Zeitung, est loin d’être en posi­tion de force. Un com­bat de David con­tre Goliath qui, selon cer­tains obser­va­teurs, est déjà per­du d’a­vance…

Crédit pho­to : car­loslu­na via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision