Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Emmanuel Macron présente ses excuses à Russia Today et Sputnik, la NSA soupçonnée de manipulations

1 avril 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Emmanuel Macron présente ses excuses à Russia Today et Sputnik, la NSA soupçonnée de manipulations

Emmanuel Macron présente ses excuses à Russia Today et Sputnik, la NSA soupçonnée de manipulations

Chacun se souvient des accusations du Président Macron lors de sa conférence de presse, le 29 mai 2017, à la suite de la visite en France de Vladimir Poutine. Le Président avait alors accusé la chaine de télévision RT France et la radio Sputnik (deux médias possédés par l’agence russe Novosty) d’avoir propagé des « fausses nouvelles » (fake news), pendant la campagne électorale.

Il aurait été plus par­ti­c­ulière­ment agacé par de pos­si­bles allu­sions à une liai­son avec le directeur de Radio France de l’époque, mal­gré les protes­ta­tions d’innocence des deux médias russ­es. L’Observatoire s’est procuré en exclu­siv­ité le com­mu­niqué de l’Elysée qui sera envoyé ce dimanche 1er avril à 16h GMT ain­si que le com­men­taire de la respon­s­able de RT Xenia Fedorova.

Le communiqué de l’Élysée

1er avril 2018, com­mu­niqué de Bruno Roger-Petit, porte-parole offi­ciel. « Lors d’une con­férence de presse, le Prési­dent Emmanuel Macron avait man­i­festé claire­ment son manque de con­fi­ance dans deux médias qu’il con­sid­érait comme hos­tiles à sa per­son­ne. Ces deux médias RT et Sput­nik étaient soupçon­nés d’avoir répan­du des rumeurs infondées sur la vie per­son­nelle du can­di­dat Macron. Des rap­ports con­cor­dants des ser­vices de ren­seigne­ments français indiquent que ces rumeurs ont en réal­ité été fomen­tées par la NSA améri­caine qui a intox­iqué habile­ment les médias russ­es, sans doute pour les met­tre en dif­fi­culté vis à vis des autorités français­es. L’ambassadeur des États-Unis en France est con­vo­qué à l’Élysée en fin d’après-midi à fin d’explications ».

La réaction de la direction de RT et celle de Sputnik

Jointe au télé­phone Xenia Fedoro­va, respon­s­able de RT, nous a déclaré : « Nous sommes bien enten­du très heureux de con­stater que notre bonne foi a été enfin recon­nue. Tous ces malen­ten­dus avec le Prési­dent Macron et son entourage ont été très négat­ifs pour notre télévi­sion. Nous espérons que la future loi en pré­pa­ra­tion sur les médias, qui sem­blait par­tielle­ment dirigée con­tre nous, sera amendée dans le bon sens ». De son côté, Édouard Chan­ot de la radio Sput­nik a tweeté « Nous l’avions tou­jours dit et démon­tré à l’envie, Sput­nik n’a jamais rien eu à voir avec une quel­conque cam­pagne anti Macron. Notre radio con­sacr­era mar­di 3 avril une édi­tion spé­ciale de notre émis­sion phare Parade-riposte, pour revenir sur cette affaire, Bruno Roger-Petit sera notre invité, une exclu­siv­ité Sput­nik ».

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.