Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Rediffusion] Les médias allemands face à l’AfD

24 décembre 2016

Temps de lecture : 11 minutes
Accueil | Pascal Houzelot | [Rediffusion] Les médias allemands face à l’AfD

[Rediffusion] Les médias allemands face à l’AfD

Dossier. Les médias allemands face au succès du parti Alternative für Deutschland (AfD) aux élections régionales en Mecklembourg-Poméranie Occidentale.

L’État fédéral de Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale est sans doute l’une des régions les plus mécon­nues de la République Fédérale d’Allemagne. Peu­plée ini­tiale­ment par des tribus slaves elle a été pro­gres­sive­ment ger­man­isée dans le sil­lage du fameux Drang nach Osten (« Poussée vers l’est ») du XIème siè­cle jusqu’à la défaite des Cheva­liers Teu­toniques à Tan­nen­berg (1410). Elle a égale­ment subi une forte influ­ence scan­di­nave : les Vikings sué­dois tout proches ont sou­vent rav­agé ses côtes du VIIIème au XIème siè­cle; Gus­tave-Adolphe Vasa en a con­quis une bonne par­tie pour le compte de la Suède pen­dant la Guerre de Trente ans (Traité de West­phalie, 1648) jusqu’à ce que le « Grand Électeur » de Bran­de­bourg, Frédéric-Guil­laume von Hohen­zollern la leur reprenne en infligeant aux Sué­dois la mémorable défaite de Fehrbellin (1675). Mais cette région se dis­tingue égale­ment par une côte sableuse aux con­tours tour­men­tés d’estuaires d’un roman­tisme à couper le souf­fle, des îles touris­tiques (Rügen, Use­dom) et un arrière-pays bosselé (relief post­glaciaire) pit­toresque où alter­nent prairies, lacs et forêts d’une nature sou­vent intacte. Excep­tion faite de quelques grandes villes anci­ennes, c’est une région large­ment rurale qui n’a pas été défig­urée par la révo­lu­tion indus­trielle, par ailleurs très ouverte sur l’est de l’Europe en l’absence d’obstacles topographiques dans cette direc­tion jusqu’à l’Oural.

Cette belle endormie vient d’être le théâtre d’un événe­ment his­torique : la spec­tac­u­laire per­cée du par­ti AfD avec 20% de suf­frages lors des élec­tions régionales.

Le par­ti Alter­na­tive für Deutsch­land (AfD) est un par­ti de droite con­ser­va­teur, démoc­rate et libéral anti-islam. La presse et les médias français n’ont cessé, dans leurs com­men­taires, de par­ler de « per­cée de l’extrême-droite » lors des élec­tions bran­de­bour­geois­es et pomérani­ennes. L’article en français dans Wikipé­dia est infin­i­ment plus nuancé dans sa descrip­tion :

« Con­sid­éré comme un par­ti “anti-estab­lish­ment et classé plutôt du côté de la droite con­ser­va­trice, son appar­te­nance à la ten­dance pop­uliste est dis­cutée — l’AfD rejette cette clas­si­fi­ca­tion, tout en déclarant n’être “ni de gauche ni de droite”. Il adhère en juin 2014 au groupe des Con­ser­va­teurs et réformistes européens, qu’il quitte en avril 2016 après la scis­sion de l’Alliance pour le pro­grès et le renou­veau l’an­née précé­dente. »

Aucun jour­nal alle­mand ne désigne l’AfD comme un par­ti d’extrême-droite. Les ter­mes util­isés sont générale­ment « recht­spop­ulis­tisch » et « kon­ser­v­a­tiv », soit « pop­uliste de droite » et « con­ser­va­teur » — un terme qui ferait plutôt référence à une par­tie du néo-con­ser­vatisme améri­cain, qui défend la démoc­ra­tie et le libéral­isme.

« Cer­tains sci­en­tifiques voient dans son pro­gramme poli­tique des ten­dances pop­ulistes de droite, mais ce par­ti est majori­taire­ment con­sid­éré comme con­ser­va­teur. (Die Zeit, 05/09/2016). Les autres médias main stream (Süd­deutsche Zeitung, die Welt, Die Zeit) utilisent ce même qual­i­fi­catif dans leurs arti­cles, idem pour les médias audio­vi­suels. Le qual­i­fi­catif d’extrême-droite devrait néces­saire­ment désign­er une ten­dance poli­tique visant à instau­r­er un État fort et autori­taire, cen­tral­isé, avec abo­li­tion de la démoc­ra­tie, du plu­ral­isme poli­tique et de la lib­erté d’expression.

Alter­na­tive für Deutsch­land (AfD) défend farouche­ment la Grundge­setz, la loi fon­da­men­tale démoc­ra­tique alle­mande, net­te­ment plus démoc­ra­tique que les insti­tu­tions de la Vème République française. Le par­ti souhaite même la com­pléter en y intro­duisant des élé­ments de démoc­ra­tie directe afin de prévenir toute con­fis­ca­tion du pou­voir à l’avenir.

La même chose vaut d’ailleurs du FPÖ autrichien, de l’UDC suisse, du PVV néer­landais, du SD sué­dois, tous par­tis démoc­rates sou­verain­istes, libéraux, favor­ables au con­trôle migra­toire, hos­tiles à l’islam et pro-israéliens que les médias français évo­quent tous en per­ma­nence comme étant « d’extrême-droite ».

Les grands traits « conservateurs » et « populistes » du programme d’Alternative für Deutschland (AfD)

Le néo-conservatisme de l’AfD

Le pro­gramme économique de l’AfD présente des traits large­ment inspirés du libéral­isme :
— moin­dre pro­gres­siv­ité de l’im­pôt (point 11.1),
— lim­i­ta­tion des dépens­es publiques et de la fis­cal­ité (point 11.2),
— abo­li­tion de tous les impôts sur les sociétés, la for­tune et la suc­ces­sion (point 11.3),
— restau­ra­tion du secret ban­caire (point 11.7).

« Ceci con­vient au pro­gramme économique de l’AfD, qui s’inspire de principes néolibéraux et affiche un fort scep­ti­cisme par rap­port aux inter­ven­tions de l’État dans l’économie, veut soulager les entre­pris­es, accorder davan­tage de respon­s­abil­ité aux citoyens. Süd­deutsche Zeitung, 05/09/2016. Le Süd­deutsche Zeitung est de ten­dance sociale-démoc­rate.

À not­er que l’AfD souhaite met­tre un terme à une poli­tique de libre-échange indif­féren­cié pour lui sub­stituer un libre-échange dif­féren­cié en fonc­tion des sit­u­a­tions et des con­di­tions struc­turelles. Le par­ti s’est par exem­ple déclaré hos­tile au TTIP/Tafta.

Le « populisme » d’AfD

Le « pop­ulisme » de l’AfD peut se déclin­er en deux volets : l’euroscep­ti­cisme et la volon­té d’instaurer une poli­tique d’immigration restric­tive, notam­ment de l’immigration musul­mane.

Le pro­gramme de l’AfD prévoit :

  • Le renon­ce­ment à l’euro ; l’AfD con­sid­ère en effet que cette mon­naie ne saurait fonc­tion­ner en l’absence d’homogénéité des struc­tures économiques et des tra­di­tions de poli­tique économique des dif­férents pays européens ; l’AfD croit à la résilience à long terme de ces phénomènes et ne croit pas à la pos­si­bil­ité d’une con­ver­gence; l’AfD prône le retour au DM et aux autres devis­es nationales ;
  • L’AfD souhaite la totale restau­ra­tion de la sou­veraineté lég­isla­tive des par­lements nationaux européens, c’est-à-dire la sub­sti­tu­tion du cen­tral­isme par un fédéral­isme inté­gral au sein de l’UE (le terme de « fédéral­isme » étant pris ici au sens pro­pre et non au sens de « cen­tral­isme » qu’il a sou­vent en France quand on par­le d’Europe). Mais cette demande est bel et bien une demande de restau­ra­tion de la démoc­ra­tie con­fisquée par Brux­elles.

« L’AfD prône la dis­so­lu­tion de la zone Euro et le retour aux mon­naies nationales comme le DM. » Die Welt 05/09/2016

L’AfD est en out­re hos­tile aux décon­struc­tions socié­tales, comme le mariage pour tous.

« Les points forts du pro­gramme de ce par­ti sont : l’exigence d’une sor­tie de l’Euro, le plaidoy­er en faveur de la famille tra­di­tion­nelle et de l’énergie nucléaire, l’exigence de davan­tage de démoc­ra­tie directe. Die Zeit, 05/09/2016

Ce pre­mier sujet sen­si­ble dans une Europe de l’ouest où les « avancées (= décon­struc­tions) socié­tales » sont cen­sées ne pou­voir être remis­es en cause, même démoc­ra­tique­ment (total­i­tarisme). Mais le véri­ta­ble tor­chon rouge est la volon­té de met­tre en place une poli­tique de lim­i­ta­tion de l’immigration, et surtout l’hostilité à l’islam.

L’AfD pense en effet que la poli­tique d’immigration alle­mande – ou plutôt son absence – est dev­enue folle. Elle exige le renon­ce­ment à la pen­sée mag­ique et religieuse, et l’adoption d’une poli­tique restric­tive et surtout rationnelle dans ce domaine.

La ques­tion de l’immigration n’a en effet jamais été une ques­tion morale, religieuse ou raciale. Toute immi­gra­tion a des con­séquences économiques et sociales qui peu­vent, selon les con­di­tions dans lesquelles elle survient, être pos­i­tives ou néga­tives, comme le démon­trent les études réal­isées par l’État alle­mand lui-même. L’AfD a tou­jours rejeté l’idéologie « antiraciste » comme étant une impos­ture et pro­pose la mise en place d’une poli­tique rationnelle de l’immigration et d’asile.

« C’est parce que nous tenons à l’État de droit que nous esti­mons que la poli­tique d’immigration doit être régle­men­tée par la loi selon des critères clairs, s’inspirant par exem­ple de ceux qui exis­tent en Aus­tralie ou au Cana­da. Ce qui est décisif, ce sont les con­nais­sances lin­guis­tiques, la for­ma­tion, les con­nais­sances pro­fes­sion­nelles et les exi­gences du marché alle­mand du tra­vail. L’AfD rejette totale­ment toute immi­gra­tion à la seule charge du sys­tème social alle­mand – y com­pris en prove­nance des pays de l’Union Européenne. » (Por­tail AfD).

Cette poli­tique ne con­siste donc pas à fer­mer les fron­tières, mais à les réguler. La dernière phrase de ce pro­gramme implique en out­re claire­ment que l’AfD veut met­tre fin aux accords de Schen­gen : la restau­ra­tion de l’État de droit sig­ni­fie celle des fron­tières…

Ce dis­cours touche des pans entiers de la société alle­mande :

« (Leif-Erik) Holm (can­di­dat de l’AfD à la prési­dence en Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale, NDLR) l’a dit et répété : “Nous ne lais­serons pas plus longtemps les anciens par­tis con­duire notre pays à la cat­a­stro­phe” et encore “La police fédérale doit con­trôler nos fron­tières” ». Frank­furter All­ge­meine Zeitung (FAZ), 05/09/2016

On se rap­pellera ici oppor­tuné­ment de l’extraordinaire suc­cès de l’essai « Deutsch­land schafft sich ab (L’Allemagne se détru­it) » de Thi­lo Sar­razin, ven­du à des mil­lions d’exemplaires…

Et Frauke Petry – porte-parole de l’AfD depuis le 4 juil­let 2015 — marte­lant : « Plus de 90% des deman­deurs d’asile vien­nent alour­dir la charge de l’État-Prov­i­dence .

Fortes restrictions imposées à l’islam

« Un élé­ment cen­tral (de la poli­tique de l’AfD, NDLR) est con­sti­tué par le rejet général de l’islam. Cette reli­gion doit être refoulée en Alle­magne. Die Zeit, 05/09/2016

« L’AfD mène un com­bat cul­turel – pas une guerre des class­es » Süd­deutsche Zeitung (SZ), 05/09/2016

L’islam est con­sid­éré comme une reli­gion anti-démoc­ra­tique, total­i­taire, supré­ma­tiste, raciste et anti­sémite, phal­locrate et ségré­ga­tion­niste. Le fait que des indi­vidus nés musul­mans ne suiv­ent pas à la let­tre ses pré­ceptes ne change rien à son con­tenu.

L’AfD marche sur des œufs dans ce domaine, tant l’interdiction de la cri­tique de cette reli­gion a pro­gressé en détru­isant des pans entiers de la lib­erté d’expression et par­tant de la démoc­ra­tie. Le pro­gramme de l’AfD énonce que l’islam ne fait pas par­tie de l’Allemagne. Il affirme même que ce dernier est ver­fas­sungswidrig (con­traire à la con­sti­tu­tion), ce qui ouvre théorique­ment la porte à son inter­dic­tion. Mais comme l’AfD veut cepen­dant main­tenir la lib­erté de culte, ce par­ti se pro­pose seule­ment d’interdire entre autres les minarets, l’appel du muezzin et le voile inté­gral, veut accepter tous les musul­mans qui recon­nais­sent la con­sti­tu­tion et renon­cent à tout ce qui, dans l’islam, y est con­traire. Le par­ti ne veut donc pas inter­dire l’islam, mais se con­tenter de dis­soudre les asso­ci­a­tions reje­tant la con­sti­tu­tion et la con­struc­tion et la ges­tion de mosquées inté­gristes, tout comme les finance­ments étrangers par des pays ou des indi­vidus islamistes. Les imams doivent être for­més en Alle­magne et en alle­mand.

Leif-Erik Holm : « Les citoyens ne veu­lent pas que notre pays et toute l’Europe devi­en­nent petit à petit un cal­i­fat » Die Welt, 05/09/2016

Cette atti­tude vis-à-vis de l’islam con­stitue le motif de cri­tique le plus vio­lent d’un estab­lish­ment qui a renon­cé à la démoc­ra­tie et à la lib­erté d’expression dans ce domaine en con­damnant, voire en pour­suiv­ant judi­ci­aire­ment toute cri­tique du total­i­tarisme islamique.

C’est surtout l’extrême-gauche qui enfonce le clou :

« Toute com­para­i­son directe du NSDAP et de l’AfD serait certes impro­pre et anachronique. Il y a cepen­dant des par­al­lèles éton­nants : ce ne sont plus “les juifs”, mais “l’islam” qui est devenu l’ennemi fan­tas­mé des pop­ulistes de droite. 75% des par­ti­sans de l’AfD voient dans l’islam un dan­ger pour l’Allemagne, selon une analyse de (l’institut de sondage) infrat­est-dimap sur le résul­tat des élec­tions. 86% ont répon­du oui à l’affirmation “le nom­bre des migrants me fait peur . Pas moins de 100% sont d’avis que le nom­bre des migrants doit être lim­ité. Le sujet des migrants a con­sti­tué pour 54% le motif de vote en faveur de l’AfD, suivi de la jus­tice sociale avec 48% (notons que ces électeurs con­sid­èrent que ce sont des mesures libérales, et non l’intervention tous azimuts de l’État, qui sont le meilleur garant de cette dernière, NDLR). » Tageszeitung (TAZ) 05/09/2016

L’électorat de l’AfD : clivages sociaux

Cer­tains jour­naux alle­mands ont don­né de l’électorat de l’AfD une image plutôt déval­orisante : « Mas­culin, diplôme de fin d’études sec­ondaires, au chô­mage » Die Welt 05/09/2016. « 28% des électeurs de l’AfD ont un faible niveau de for­ma­tion ». TAZ 05/09/2016.

Mais une étude de l’Insti­tut der deutschen Wirtschaft (Insti­tut de l’économie alle­mande) vient quelque peu tem­pér­er ces affir­ma­tions péremp­toires : selon elle, un tiers des sym­pa­thisants de l’AfD ferait par­tie des revenus de la tranche supérieure. Seul le très libéral FDP peut s’enorgueillir de scores com­pa­ra­bles. (Süd­deutsche Zeitung (SZ) 05/09/2016). Or le FDP est le seul par­ti à affich­er une pro­gres­sion aux élec­tions régionales de Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale à part l’AfD. Ces deux par­tis séduisent claire­ment un élec­torat de petits entre­pre­neurs, de patrons de PME, d’artisans et de pro­fes­sions libérales, qui n’ont jamais demandé une immi­gra­tion de peu­ple­ment, con­traire aux très grandes entre­pris­es qui le font pour des raisons de col­lu­sion avec le monde poli­tique – un phénomène que nous avons déjà précédem­ment évo­qué.

Un sondage des électeurs de l’AfD com­mandé par le Frank­furter All­ge­meine Zeitung (FAZ) le 05/09/2016 a mon­tré que ce par­ti obte­nait les meilleurs résul­tats chez les groupes suiv­ants :

  • hommes (26%, con­tre 17% de femmes) âgés de 30 à 44 ans,
  • issus de la société civile et de l’économie privée (indépen­dants, arti­sans, com­merçants, petits entre­pre­neurs mais aus­si tra­vailleurs du privé en général),
  • ayant une for­ma­tion faible à moyenne,
  • issus des périphéries urbaines plutôt que citadins, voire ruraux. C’est ain­si que les cir­con­scrip­tions de Vor­pom­mern-Greif­swald II, III et V – rurales et à la fron­tière polon­aise – sont majori­taire­ment tombées aux mains de l’AfD. C’est de là que provient une bonne par­tie des députés AfD. Sur la par­a­disi­aque île touris­tique d’Usedom, 9 com­munes sur 16 ont voté à plus de 40% pour l’AfD ou le NPD (extrême-droite).

Les femmes, les fonc­tion­naires, les plus jeunes et les plus vieux sont donc moins ent­hou­si­astes, mais l’AfD dépasse les 10% dans tous les groupes et n’est donc rejetée nulle part.

Il est le pre­mier par­ti des tra­vailleurs, sans toute­fois rebuter com­plète­ment les fonc­tion­naires, les diplômés d’études supérieures ni les retraités. Les chômeurs votent égale­ment pour lui, sans pour autant rejeter le libéral­isme : ce sont les obsta­cles sys­témiques à l’emploi qui doivent être élim­inés, tout doit être fait pour que les béné­fi­ci­aires du Hartz IV (sorte de « RSA » à l’Allemagne) retour­nent à l’emploi coûte que coûte.

À not­er que plus de 15% des électeurs de l’AfD sont des transfuges de l’extrême-gauche, de l’alter-mondialisme et de l’antifascisme, séduits par la volon­té de l’AfD de met­tre fin à un libre-échange indif­féren­cié pour lui sub­stituer un libre-échange dif­féren­cié en fonc­tion des sit­u­a­tions et des con­di­tions struc­turelles. Ce sont en fait les class­es moyennes qui four­nissent les gros batail­lons des électeurs de l’AfD, sans toute­fois qu’aucun autre groupe ne soit totale­ment rebuté par ce par­ti.

L’électorat de l’AfD : clivages géographiques

Le prin­ci­pal cli­vage poli­tique struc­turel observ­able est géo­graphique : l’AfD engrange deux fois plus de voix (autour de 20% en moyenne) dans les régions de l’est issues de l’ex-RDA qu’à l’ouest (autour de 10% en moyenne). Mais elle n’est pas sans séduire les régions du sud (Bade-Wurtem­berg, Bav­ière, autour de 15% aux dernières élec­tions).

Les états fédérés de l’est issus de l’ex-RDA rejet­tent le poli­tique­ment cor­rect et le gauchisme idéologique, qui leur rap­pel­lent de mau­vais sou­venirs pires que ceux de l’époque nazie. Le sud alé­manique et bavarois a une forte iden­tité his­torique extrême­ment anci­enne. Les états fédérés de l’ouest sont des régions arti­fi­cielle­ment créés après la guerre, sans iden­tité forte, rav­agées dès le XIXème siè­cle par la révo­lu­tion indus­trielle, et com­prenant de fortes com­mu­nautés turques ou afro-musul­manes cour­tisées élec­torale­ment.

Le consensus politique allemand déstabilisé

La per­cée de l’AfD désta­bilise le sys­tème poli­tique alle­mand, car il ne ren­tre pas dans le con­sen­sus qui s’est instal­lé après-guerre. Cette désta­bil­i­sa­tion est durable : l’analyse des résul­tats au Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale mon­tre en effet deux phénomènes struc­turels essen­tiels :

  • la spec­tac­u­laire pro­gres­sion de l’AfD s’est faite au détri­ment de tous les autres par­tis,
  • l’AfD est par­v­enue à mobilis­er de nom­breux absten­tion­nistes ce qui a per­mis à ce par­ti de par­ler de “grand jour pour la démoc­ra­tie” suite aux dernières élec­tions : plus de la moitié des électeurs ont voté AfD par con­vic­tion, mais tout de même 42% par rejet des par­tis tra­di­tion­nels.

« L’AfD a empiété sur les plates-ban­des de tous les par­tis. C’est ce que mon­trent les don­nées col­lec­tées par le groupe de recherche sur les élec­tions man­daté par la ZDF (2nde chaîne publique alle­mande). 17% des électeurs avaient coché SPD il y a cinq ans, 16% NPD (extrême-droite), 15% CDU (chré­tiens-démoc­rates), 3% Verts et FDP. Süd­deutsche Zeitung (SZ), 05/09/2016.

L’AfD est par­venu à se met­tre en phase avec le mécon­tente­ment gran­dis­sant au sein de la société alle­mande, et ce dans un pays économique­ment dynamique, avec un taux de chô­mage mod­éré, un excé­dent com­mer­cial appré­cia­ble et un endet­te­ment pub­lic et social accept­able… c’est bel et bien le Kul­turkampf (la « guerre des civil­i­sa­tions ») qui est au cœur de la crise en Alle­magne.

Leif-Erik Holm a qual­i­fié Angela Merkel de « chancelière-dic­ta­teur », et la RFA d’« auto­cratie dom­inée par des tyrans ». Des mots qui touchent les lais­sés-pour-compte et les dégoûtés de la poli­tique…

« Il y a sûre­ment beau­coup de vacanciers à Use­dom pen­dant l’été, mais les étrangers (extra-européens) ou les deman­deurs d’asile sont raris­simes dans tout le Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale. Pourquoi donc la ques­tion des réfugiés domine-t-elle à un tel point le débat là où ils sont absents ? […] La xéno­pho­bie fonc­tionne en effet sans étrangers, déclar­ent des experts tels que le pro­fesseur de poli­tique de Mainz Jür­gen Fal­ter : “Ces électeurs n’ont pas besoin de con­fronta­tion pour fan­tas­mer un enne­mi imag­i­naire. Il leur suf­fit de croire que celle-ci pour­rait se pro­duire”. » TAZ, 05/09/2016

Comme dans les pays d’Europe cen­trale, les län­der de l’est ne veu­lent en aucun cas subir les hor­reurs qu’ils con­sta­tent à l’ouest. Ils les prévi­en­nent donc en freinant des qua­tre fers. C’est un phénomène de sépa­ra­tion des pop­u­la­tions non-mis­ci­bles et de con­sti­tu­tion de réserves. À l’ouest, le clien­télisme oblige les poli­tiques à faire le grand écart en ménageant les électeurs musul­mans. Mais les com­mu­nautés se sépar­ent sur le ter­rain et rêvent cha­cune de deux pays diamé­trale­ment opposés.

Tout se passe par ailleurs comme si, et ce à l’instar des ten­dances con­stat­a­bles dans les pays d’Europe cen­trale, les Alle­mands de l’est regar­daient de plus en plus l’ancienne puis­sance colo­niale russe avec les yeux de Chimène : « De nom­breux par­ti­sans de l’AfD et le Front de gauche (alle­mand) font davan­tage con­fi­ance à Pou­tine qu’à Merkel » (Die Zeit, 05/09/2016) ; « La con­fi­ance en Pou­tine est supérieure de presque un tiers (30%) par­mi les sou­tiens de l’AfD à la moyenne nationale. C’est égale­ment le cas chez les électeurs de gauche (rad­i­cale) (31%). C’est ce qui ressort d’une enquête menée par l’institut de sondage For­sa com­mandé par le Zeit. » Die Zeit, 05/09/2016.

La montée de la crise politique en Allemagne

Les par­tis de l’establish­ment ont réa­gi par des mesures d’urgence à la crise à l’est. Il existe ain­si depuis 2015 des grandes coali­tions (rouge-noir, soit SPD-CDU) dans cinq états fédérés dont 4 dans l’ex-RDA : Berlin, Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale, Saxe-Anhalt, Saxe et Sarre (Ouest). Ce type de coali­tion appa­raît dans un pays en crise, mais épris de con­sen­sus. Il con­siste néan­moins à abolir le sys­tème par­ti­san dans les faits et l’histoire mon­tre qu’elles ne sont jamais que des sit­u­a­tions tran­si­toires. Ce fut par exem­ple le cas de la célèbre Grande Coali­tion du chance­li­er Kurt-Georg Kiesinger (1966 – 1969), qui ne fit guère que mar­quer la tran­si­tion en douceur d’une dom­i­na­tion de la démoc­ra­tie chré­ti­enne (1949 – 1966) vers celle de la social-démoc­ra­tie (1969 – 1981) dans le cadre des boule­verse­ments qui ont abouti à la crise de 1968–69, en atten­dant le retour de bâton néo-con­ser­va­teur de 1981.

L’avenir reste incer­tain. L’AfD pour­rait tri­om­pher à l’est mais pas ou net­te­ment moins à l’ouest, la ques­tion du sud restant un dilemme. Une alliance de la Bav­ière et du Bade-Wurtem­berg avec les états fédérés de l’est pour­rait entraîn­er un blocage poli­tique au niveau de l’assemblée haute, le Bun­desrat (Con­seil fédéral), con­sti­tué des représen­tants des 16 régions. Un désac­cord irré­c­on­cil­i­able entre les par­tis de l’establish­ment et l’AfD entraîn­erait une crise poli­tique majeure en Alle­magne dans l’impossibilité de réalis­er le sacro-saint con­sen­sus, sachant que nul ne peut prédire l’évolution d’un CDU men­acé d’implosion interne, sans compter que nom­bre de mem­bres de la CSU bavaroise ne sont pas hos­tiles à l’AfD.

Sources

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.