Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dossier : Le Pape François et la nouvelle stratégie médiatique du Vatican

29 avril 2014

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Dossiers | Dossier : Le Pape François et la nouvelle stratégie médiatique du Vatican

Dossier : Le Pape François et la nouvelle stratégie médiatique du Vatican

« Frères et sœurs, bonsoir ! » Lorsque, le 13 Mars 2013, Jorge Mario Bergoglio s’est présenté aux fidèles par cette salutation aussi informelle lancée depuis le balcon de Saint-Pierre, le monde entier s’est rendu compte que quelque chose avait changé au Vatican.

Son tra­vail d’é­vangéli­sa­tion avait amené Karol Wojty­la à davan­tage par­courir le monde que tous les précé­dents papes réu­nis (plus de 170 vis­ites dans 129 pays). Il était le Pape du voy­age. Ancien préfet de la Con­gré­ga­tion pour la Doc­trine de la Foi, Joseph Ratzinger avait la garde de la doc­trine. Il était le Pape théolo­gien. Bergoglio, lui, appa­raît d’ores et déjà comme le Pape de la com­mu­ni­ca­tion.

En quelques mois de pon­tif­i­cat de François Pre­mier, les fidèles ont réal­isé qu’il était désor­mais pos­si­ble de recevoir chez soi un coup de télé­phone du chef de l’Église catholique ou de faire un « self­ie » avec lui et de le poster sur Insta­gram. C’est une révo­lu­tion. Le Pape est soudain devenu plus « acces­si­ble ». Les grandes moments de cette révo­lu­tion sont bien con­nus : coups de télé­phone à des incon­nus, Ford Focus sans escorte, sac noir sous le bras en grim­pant dans l’avion, déci­sion de ne pas démé­nag­er dans le Palais apos­tolique, lavage des pieds de deux jeunes filles musul­manes, let­tre au fon­da­teur du quo­ti­di­en La Repub­bli­ca, Euge­nio Scal­fari, etc. Tels sont les quelques exem­ples d’une toute nou­velle façon de faire et d’abor­der la mis­sion spir­ituelle du Saint Père.

Selon le Père Anto­nio Spadaro, rédac­teur en chef de Civil­i­sa­tion catholique, le mag­a­zine des Jésuites, « le Pape François, en fait, plutôt que de “com­mu­ni­quer”, crée des “événe­ments de com­mu­ni­ca­tion”, dans lesquels ceux qui reçoivent son mes­sage sont active­ment impliqués ».

Si la dynamique uni­di­rec­tion­nelle du mes­sage religieux, lequel passe du clergé aux fidèles selon un rap­port de pou­voir tou­jours clair et bien défi­ni, peut sem­bler remise en cause par cette nou­velle manière de faire, celle-ci sem­ble en tout cas porter ses fruits, au moins du point de vue de la pop­u­lar­ité du sou­verain pon­tife. Des sta­tis­tiques récentes mon­trent en effet que Bergoglio plaît énor­mé­ment, et même aux Améri­cains, le peu­ple pour­tant le moins « papiste » de l’his­toire, qui a tou­jours eu les plus grandes dif­fi­cultés à com­pren­dre le catholi­cisme tra­di­tion­nel, ses rit­uels et son lan­gage. La « Per­e­stroï­ka » de Bergoglio sem­ble donc plutôt bien fonc­tion­ner.

La communication : un défi pour l’Église

Dossier : Le Pape François et la nouvelle stratégie médiatique du Vatican

Dossier : Le Pape François et la nou­velle stratégie médi­a­tique du Vat­i­can

Le rap­port de l’Église actuelle avec les médias a été défi­ni par le décret Inter Mir­i­fi­ca, datant de 1963. Celui-ci stip­ule que la télévi­sion, la radio, les jour­naux, « s’ils sont bien util­isés, peu­vent fournir de grands avan­tages pour l’hu­man­ité, parce qu’ils con­tribuent grande­ment à enrichir l’e­sprit, ain­si qu’à dif­fuser et con­solid­er le roy­aume de Dieu ». Une leçon que le Pape François garde à l’e­sprit, de sorte que, célébrant le 50e anniver­saire du doc­u­ment, il a évo­qué ce décret en par­lant d’un texte mon­trant à quel point l’Église était atten­tive à « la com­mu­ni­ca­tion et à ses instru­ments, dans une optique d’é­vangéli­sa­tion ». Dans le même temps, Bergoglio a déclaré que les hommes et les femmes d’au­jour­d’hui sont « par­fois un peu déçus par un chris­tian­isme qui leur paraît stérile, peinant à com­mu­ni­quer de façon sig­ni­fica­tive ce qui donne le sens pro­fond de la foi ». Tout cela, dit-il, « néces­site une for­ma­tion appro­fondie et qual­i­fiée des prêtres, religieux, religieuses et laïcs dans le domaine de la com­mu­ni­ca­tion ». En bref, la com­mu­ni­ca­tion appa­raît comme un défi cen­tral pour l’avenir de l’Église. Une grande part de l’action du nou­veau Pape peut ain­si s’expliquer à la lumière de cet enjeu.

Humil­ité osten­ta­toire, rejet des pail­lettes, recherche de la sim­plic­ité à tout prix… tout indique chez le Pape une volon­té de don­ner une cer­taine col­oration à l’ac­tu­al­ité, comme si François se voulait en quelque sorte le Pape de l’après-crise économique. Dans une Europe où l’opinion publique se mon­tre de plus en plus méfi­ante vis-à-vis de la « caste » des dirigeants, Bergoglio sem­ble vrai­ment avoir saisi l’e­sprit du temps en se présen­tant paré des ver­tus de la sobriété.

Annoncer le message de Jésus dans les médias

Pour le théolo­gien argentin Jorge Oester­held, cette nou­velle com­mu­ni­ca­tion du Pape n’est cepen­dant pas super­fi­cielle et dés­in­car­née mais se trou­ve au con­traire pro­fondé­ment enrac­inée dans son pro­pre mes­sage religieux et philosophique. Et de citer les paroles du Pape à Rio de Janeiro: « Dieu est réel et se man­i­feste dans “l’aujourd’hui” (…). “L’aujourd’hui” est le plus proche de l’é­ter­nité, plus encore, “l’aujourd’hui” est l’étincelle d’é­ter­nité. Dans “l’aujourd’hui” se joue la vie éter­nelle ». Ain­si, pour Oester­held « lorsque nous sommes atten­tifs à “l’aujourd’hui” de nos vies, de nos sociétés, de nos com­mu­nautés ecclésiales, nous ne sommes pas en train de nous dis­traire dans l’anec­do­tique ou le super­fi­ciel, nous recher­chons pour notre temps et notre réal­ité la présence vive de Dieu. Annon­cer le mes­sage de Jésus dans les médias ne con­siste pas à chercher dans le passé des phras­es ou images qui éclairent le présent, mais se plonger dans le présent pour y ren­con­tr­er Dieu proche qui marche à nos côtés ».

L’image de la spontanéité…

En ce qui con­cerne les réseaux soci­aux, là encore, le Pape frappe fort. Son compte Twit­ter @pontifex en neuf langues a dépassé à l’heure actuelle les 5 mil­lions de « fol­low­ers »… À ce pro­pos, le Père Fed­eri­co Lom­bar­di, porte-parole du Vat­i­can, a notam­ment déclaré : « Avec son style de vie très sim­ple, le Pape n’est pas un grand util­isa­teur de nou­velles tech­nolo­gies et pour­tant sa prédi­ca­tion est par­ti­c­ulière­ment adap­tée pour être relancée par tweets ». Une sit­u­a­tion qui ne manque pas de soulever cer­taines inter­ro­ga­tions : à un moment où plusieurs intel­lectuels, jour­nal­istes et soci­o­logues se penchent sur les effets négat­ifs de Twit­ter sur la cul­ture, celui qui devrait être le por­teur du mes­sage le plus élevé serait ain­si, lui-même, par­faite­ment en phase avec la dic­tature des 140 car­ac­tères ?

Twitter @pontifex

Quoiqu’il en soit, là encore, le mécan­isme fonc­tionne, grâce à l’im­age d’une cer­taine spon­tanéité remar­qué immé­di­ate­ment par les ini­tiés. « Le corps ne ment pas. Je repense notam­ment au moment où il a pris dans ses bras un nou­veau-né : en une frac­tion de sec­onde, j’ai été con­va­in­cue que cet homme est par­faite­ment authen­tique », déclarait ain­si Lorel­la Zanar­do, auteur du doc­u­men­taire Le corps des femmes. Gior­gio Gori, ancien directeur de la chaîne de télévi­sion berlus­coni­enne et ex « spin doc­tor » de Mat­teo Ren­zi, déclarait de son côté : « Je ne pense pas que Kennedy, Mar­tin Luther King ou Per­ti­ni ont eu des agences de com­mu­ni­ca­tion der­rière eux. Le charisme ne se crée par arti­fi­cielle­ment ».

…ou une communication de pro ?

La com­mu­ni­ca­tion du Saint-Siège, si elle est puis­sante, est aus­si pass­able­ment « baroque ». Le Vat­i­can dis­pose en effet de six départe­ments dif­férents pour gér­er sa com­mu­ni­ca­tion : une agence de presse, un cen­tre de télévi­sion, Radio Vat­i­can, qui dif­fuse dans le monde entier, un jour­nal his­torique, L’Osser­va­tore Romano, un site inter­net et un Con­seil Pon­tif­i­cal pour les Com­mu­ni­ca­tions sociales qui exerce un rôle plus académique que poli­tique. Ces organ­ismes ont un grand degré d’au­tonomie qui les empêche ain­si de coopér­er les uns avec les autres, quand ils ne sont tout sim­ple­ment pas en con­cur­rence directe. La fig­ure de proue de ce labyrinthe com­mu­ni­ca­tion­nel est le père Fed­eri­co Lom­bar­di, un Jésuite qui, en 2006, est devenu le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, et qui est égale­ment le neveu de Ric­car­do Lom­bar­di, lui aus­si Jésuite et pro­pa­gan­diste infati­ga­ble surnom­mé « le micro­phone de Dieu ».

À la fin de l’an­née dernière, le représen­tant de la Com­mis­sion pon­tif­i­cale pour l’é­conomie, mise en place par le pape François, con­fi­ait ain­si que le Vat­i­can avait fait appel au cab­i­net McK­in­sey & Com­pa­ny pour mod­erniser cette com­mu­ni­ca­tion, et directe­ment con­seiller le Pape, le tout en étroite col­lab­o­ra­tion avec les dif­férents départe­ments con­cernés. Avec l’agence McK­in­sey & Com­pa­ny, on est assez loin de l’authenticité par­faite mais plus proche des véri­ta­bles « pros de l’image ». Le jour­nal­iste améri­cain Duff McDon­ald n’hésite pas à qual­i­fi­er cette agence de « pro­tag­o­niste le plus influ­ent des trans­for­ma­tions les plus impor­tantes du cap­i­tal­isme dans les cent dernières années ».

L’évangélisation adaptée à son époque ?

Quoi qu’il en soit, bien sûr, l’évolution actuelle de la com­mu­ni­ca­tion du Vat­i­can laisse plusieurs ques­tions en sus­pens : la solen­nité du rit­uel, la langue sacrée, une cer­taine aura de mys­tère con­sti­tu­ant le socle de l’Église seront-ils préservés ? Adopter de nou­veaux mod­èles de com­mu­ni­ca­tion ne revient-il pas à adopter, en plus du lan­gage, les valeurs du monde con­tem­po­rain ? Un mes­sage religieux peut-il indif­férem­ment utilis­er un out­il de com­mu­ni­ca­tion ou un autre ? La dimen­sion du sacré peut-elle sub­sis­ter sans une cer­taine dis­tance entre le clergé et ses ouailles ? À force de chercher des moyens plus effi­caces de dif­fuser une pen­sée pro­fonde ne risque-t-on pas de la diluer et de céder ain­si au super­fi­ciel ? Twit­ter, Insta­gram – comme dans le passé la télévi­sion ou à la radio – sont-ils util­isés par l’Église ou l’Église est-elle util­isée par eux ?

Ce n’est qu’en répon­dant à ces ques­tions que l’on saura bien­tôt si la nou­velle stratégie médi­a­tique du Pape François n’est qu’une com­mu­ni­ca­tion vide de sens ou une nou­velle évangéli­sa­tion adap­tée à son époque.

Crédit pho­to : catholi­cism via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).