Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coronavirus en Italie : une presse de gauche discrète sur les erreurs commises

11 avril 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Coronavirus en Italie : une presse de gauche discrète sur les erreurs commises

Coronavirus en Italie : une presse de gauche discrète sur les erreurs commises

Depuis septembre 2019, l’Italie a un gouvernement de gauche, celui de Giuseppe Conte, formé par le Parti démocrate (PD), de centre-gauche, et le Mouvement 5 étoiles (M5S), qui se disait anti-système, mais qui est aussi partiellement de gauche au sens social et sociétal.

Cela se ressent dans la cri­tique des fautes graves com­mis­es par ce gou­verne­ment dans la ges­tion de l’épidémie de coro­n­avirus qui lui vaut d’être le plus touché d’Europe, désor­mais à égal­ité avec l’Espagne, même si ces deux pays sont talon­nés par la France dont le gou­verne­ment a lui aus­si tardé à réa­gir.

Propagation Nord/Sud

En Ital­ie, après la fer­me­ture des écoles au niveau nation­al à par­tir du 4 mars et avant le con­fine­ment de la pop­u­la­tion dans tout le pays à par­tir du 10 mars, les régions du nord affec­tées avaient été déclarées zone rouge, mais rien n’a été fait pour empêch­er la fuite de la pop­u­la­tion depuis ces zones rouges vers le reste de l’Italie, ce qui a grande­ment favorisé la prop­a­ga­tion du virus SARS-CoV­‑2 dans tout le pays.

« Ils fer­ment toute la Lom­bardie. Assaut à la sta­tion de Milan », titrait le jour­nal ital­ien de droite Il Gior­nale dès le 8 mars : « Guichets pris d’assaut », « C’est l’image d’un pays pris de panique, cédant à la psy­chose générée autant par l’explosion d’une éventuelle pandémie que par le sus­pens d’une com­mu­ni­ca­tion tar­dive du gou­verne­ment sur les nou­velles mesures con­cer­nant les déplace­ments des per­son­nes sur les ter­ri­toires attaqués par le virus. »

Il Gior­nale décrivait encore le 8 mars « l’effet boomerang pro­duit par le pro­jet de décret » qui a fuité dans les médias mais a ensuite tardé à être signé par le pre­mier min­istre et pub­lié au jour­nal offi­ciel :

« C’est seule­ment après des heures d’attente dés­espérée, en effet, que dans la nuit du dimanche 8 mars Con­te a annon­cé l’approbation des mesures ».

Mais c’est trop tard, écrivait le jour­nal, « des cen­taines de per­son­nes sont déjà par­ties de Milan vers le sud du pays, avec le risque de dif­fu­sion de l’épidémie que cela entraîne. » Tout ce qui comp­tait, c’était « fuir les ter­res du virus avant l’arrivée d’une inter­dic­tion offi­cielle de la libre cir­cu­la­tion des per­son­nes dans les provinces hors des fron­tières de la Vénétie, du Pié­mont, de la Lom­bardie et d’Émilie-Romagne. » Ceci dans un con­texte de « vaste chaos de mesures non con­fir­mées et de silences min­istériels ». Un chroniqueur du jour­nal a même racon­té sa pro­pre fuite de Milan en train dans un arti­cle pub­lié le 9 mars sur le site du jour­nal.

Contrôles tardifs

Il Gior­nale a depuis pub­lié d’autres arti­cles pour revenir sur les réac­tions trop tar­dives du gou­verne­ment de Giuseppe Con­te à l’origine de la cat­a­stro­phe san­i­taire, comme celui inti­t­ulé « Virus, les 20 jours de retards : voici com­ment le gou­verne­ment est resté immo­bile », pub­lié le 24 mars. Un arti­cle qui décrit com­ment le gou­verne­ment ital­ien n’a pas fait grand-chose pour se pré­par­er entre l’intervention du pre­mier min­istre le 27 jan­vi­er à la télévi­sion pour assur­er que l’Italie était prête pour affron­ter le virus, avec des mesures préven­tives et la sus­pen­sion des vols depuis la Chine (mais sans con­trôles aux fron­tières ter­restres, ce qui fait qu’il était tou­jours pos­si­ble de venir de Chine en atter­ris­sant dans un autre pays européen) et la déc­la­ra­tion de l’état d’urgence pour six mois dès le 31 jan­vi­er, jusqu’au 25 févri­er, soit six jours après l’admission du « patient 1 » à l’hôpital de Codog­no, dans la province de Lodi, en Lom­bardie. « Coro­n­avirus, du calme à l’alarmisme : com­ment Con­te s’est trompé », titrait déjà Il Gior­nale le 10 mars, décrivant le pas­sage « De ‘sit­u­a­tion sous con­trôle’ à ‘toute l’Italie zone pro­tégée, parce qu’il n’y a plus une minute à per­dre’ », quand « en quelques jours Giuseppe Con­te, et le gou­verne­ment avec lui, est passé d’un extrême à l’autre ».

La Repubblica bien discrète

L’on pour­rait citer d’autres arti­cles d’Il Gior­nale décrivant les erreurs com­mis­es par le gou­verne­ment Con­te dans la ges­tion de la pandémie, tan­dis qu’une recherche du même type sur le site du jour­nal de gauche de référence, La Repub­bli­ca, ne donne qua­si­ment aucun résul­tat.

À vrai dire, pour trou­ver une cri­tique des retards pris, et encore de manière indi­recte, il faut remon­ter au 10 mars, avec la reprise des pro­pos d’un épidémi­ol­o­giste appelant à con­fin­er la pop­u­la­tion « à quelques heures de l’extension à toute l’Italie des mesures déjà adop­tées dans le nord ». Ain­si, si comme le dit l’épidémiologiste en ques­tion, « cela n’a aucun sens de fer­mer les écoles et de laiss­er tout le reste ouvert », la pub­li­ca­tion de cet arti­cle de La Repub­bli­ca arrivait six jours en retard : les écoles avaient été fer­mées le 4 mars et le décret sur le con­fine­ment à par­tir du 10 mars avait été adop­té le 8 mars au soir. Il s’agit donc finale­ment pas tant d’une cri­tique des erreurs passées du gou­verne­ment Con­te que d’un sou­tien aux déci­sions venant d’être adop­tées. Dans cet arti­cle pub­lié sous le titre : « Ital­ie zone pro­tégée, les experts favor­ables à un resser­re­ment : les fer­me­tures à moitié sont inutiles », le jour­nal pré­cise tout de même, tou­jours en citant l’épidémiologiste, que « ces derniers jours, nom­bre de sci­en­tifiques ont sig­nalé les risques que l’on cour­rait dans l’Italie hors de la zone orange, entre apéri­tifs bondés, man­i­fes­ta­tions pleines de gens, déplace­ments noc­turnes en train vers les régions du cen­tre et du sud (…). Cela n’a aucun sens de pren­dre le risque de se retrou­ver ailleurs dans une sit­u­a­tion sim­i­laire à celle de la Lom­bardie ». Dans le même arti­cle, pub­lié, rap­pelons-le, le 10 mars, alors qu’en France le prési­dent Macron don­nait l’exemple de la con­duite à suiv­re en se ren­dant au théâtre avec son épouse (le 7 mars) et le gou­verne­ment Philippe refu­sait de fer­mer les fron­tières au pré­texte, avancé par le min­istre de la san­té Olivi­er Véran sur BFMTV (le 9 mars), qu’« un virus ne s’arrête pas aux fron­tières », Wal­ter Ric­cia­r­di, représen­tant de l’Italie à l’OMS, préve­nait que « l’Italie se trou­vait hier dans une sit­u­a­tion ana­logue à celle de Wuhan avant la fer­me­ture de la ville ».

Sauf que le gou­verne­ment chi­nois ne s’est pas con­tenté d’isoler Wuhan pour arrêter l’épidémie, il a aus­si instau­ré une fron­tière her­mé­tique tout autour de la province du Hubei, qui abrite 59 mil­lions d’habitants (soit presque autant que l’Italie), ce qui lui a per­mis de lim­iter forte­ment l’étendue de l’épidémie dans les autres régions de Chine.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision