Accueil | Actualités | Médias | Qui possède vraiment Libé ?
Pub­lié le 11 novembre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Qui possède vraiment Libé ?

Dans Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, aux éditions La Fabrique, Jean Stern note que le quotidien Libération est contrôlé à 100% par la holding financière SAIP (Société anonyme Investissements Presse), elle-même contrôlée à 94,99% par la holding Refondation dont on ignore qui la possède, les seuls actionnaires identifiés étant Édouard de Rothschild via sa holding personnelle, Financière Jean Goujon (26%) et la famille Caracciolo (22%) qui possède en Italie La Repubblica et L'Espresso.

Logée dans une société de domiciliation au 66, avenue des Champs-Élysées, Refondation affiche un capital de 26 millions d'euros et compte « beaucoup de figures éminentes de la banque Rothschild et Cie » dans son conseil d'administration, rien qui puisse aiguiller l'observateur attentif quant à l'identité du ou des propriétaires des 52% restant. La faute à la holding intermédiaire, SAIP, qui « fait écran entre Refondation et la SARL Libération ». « Même les salariés et les élus (du personnel, ndlr) de Libération ignorent la composition exacte de son capital », s'étonne Jean Stern. Tout juste savent-ils que Pathé, Suez et Bernard-Henri Lévy en sont sortis. L'identité des remplaçants est un mystère. L'ancien journaliste de Libération et de La Tribune cite un élu du personnel : « Refondation, c'est le black-out complet » et résume, affligé : « Voilà donc une holding qui contrôle 94,99% d'un des derniers quotidiens parisiens dans une obscurité à peu près totale. »

Voir l’entretien de l’Ojim avec Jean Stern

Voir notre infographie sur Libération

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This