Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Rififi dans la presse progressiste en Italie

30 septembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Rififi dans la presse progressiste en Italie

Rififi dans la presse progressiste en Italie

En Italie comme en France les grands quotidiens nationaux sont – avec des nuances – dans l’orbite libérale libertaire. La Repubblica ressemble au Monde, Il Corriere della sera est une sorte d’hybride (un peu de Figaro sur le plan économique, un peu de La Croix et de Libération sur le plan sociétal), La Stampa est plus proche des milieux économiques mais plutôt libertaire sur le plan sociétal. Cette relative proximité n’empêche pas les querelles de famille.

Il était une fois La Repubblica

Sim­pli­fions, le jour­nal est pro­priété du groupe GEDI (comme la Stam­pa et l’hebdomadaire Espres­so) financé au départ par Car­lo de Benedet­ti (fon­da­teur d’Olivetti et bien d’autres sociétés). Car­lo cède GEDI à ses trois fils en 2012 avant de se ravis­er quelques années plus tard, les con­sid­érant comme des inca­pables, et leur demande de leur racheter la société. Les fis­tons refusent et en 2020 envoient paître papa, 86 ans mais bon pied bon œil. Entretemps Car­lo et Euge­nio Scal­fari gourou de la Repub­bli­ca échangent des noms d’oiseau.

Demain est aujourd’hui

Car­lo envoyé aux pelotes ne reste pas inac­t­if il lance le 15 sep­tem­bre 2020 Domani (demain en français) édité par une société qu’il con­trôle. Le rédac­teur en chef en est Ste­fano Fel­tri ex Fat­to quo­tid­i­ano (d’abord très favor­able au mou­ve­ment 5 Etoiles, puis ferme sou­tien de l’alliance bizarre 5 Etoiles/Partito Demo­c­ra­ti­co ex com­mu­niste). Plus intéres­sant, le directeur de pub­li­ca­tion sera l’avocat Lui­gi Zan­da. Zan­da est un vieux cheval de retour, élu séna­teur (PD) depuis 2003, tré­sori­er du PD entre mars 2019 et mai 2020, moment où il démis­sionne de sa charge pour rejoin­dre de Benedet­ti. Il s’opposera à son par­ti en votant non au référen­dum de sep­tem­bre 2020 qui réduit le nom­bre de par­lemen­taires

La ligne de Domani ? Sans doute pas très dif­férente de La Repub­bli­ca, peut-être avec un peu plus d’ouverture d’esprit (ce ne sera pas très dif­fi­cile) avec l’arrivée de Fel­tri réputé moins intolérant et plus soucieux d’équilibres cul­turels et idéologiques. Comme on dit en ital­ien, Il tem­po lo dirà !

Voir notre pre­mier arti­cle sur Car­lo de Benedet­ti et Repub­bli­ca.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.