Accueil | Actualités | Médias | Dilcrah : sur les plates formes numériques, nouvelle loi contre le racisme et l’antisémitisme
Pub­lié le 28 mars 2018 | Éti­quettes :

Dilcrah : sur les plates formes numériques, nouvelle loi contre le racisme et l’antisémitisme

Alain Finkielkraut en son temps avait pu définir l’antiracisme contemporain comme le communisme du XXIème siècle. À voir les nouveaux projets du macronisme sur le sujet, un esprit badin pourrait estimer que cette forme moderne du totalitarisme est encore dans sa prime jeunesse et fera florès.

La Dilcrah en première ligne

Vous ne connaissez pas la Dilcrah ? La délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti LGBT. Créée en février 2012 sous Nicolas Sarkozy, rattachée au Premier Ministre en 2014 sous François Hollande, elle a vu ses missions élargies en 2016. Avec de nombreux partenaires (Ligue de l’enseignement, ATD Quart Monde, la LICRA, le MRAP, des mairies, des théâtres, des collèges, etc.) la délégation parraine par exemple les Gay Games de Paris en août 2018 (on attend les jeux pour les sexuellement neutres qui ont aussi droit à leur statut à eux), organise la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme fin mars 2018, etc. Elle est dirigée depuis mai 2017 par le préfet Frédéric Potier, énarque, ancien membre des cabinets de Claude Bartolone et Manuel Valls. Elle dispose d’un budget annuel d’un peu plus de 6 millions d’euros.

La répression actuelle

La délégation encourage la délation sur son site internet via le portail Pharos du Ministère de l’Intérieur :

SIGNALEZ UN CONTENU RACISTE OU ANTISÉMITE SUR INTERNET ? Vous avez été confronté(e) sur Internet à un contenu à caractère raciste, antisémite ou anti-LGBT et vous souhaitez lutter contre la propagation des discours de haine sur les réseaux sociaux ?

Outre cette sympathique activité à caractère social et culturel, la délégation, via son directeur, se préoccupe des inquiétudes majeures des Français. Dans un entretien au Monde du 20 mars 2018, Frédéric Potier voit « un océan de haine sur internet » et constate que « la violence y est extrêmement aiguë ». Il se félicite de l’efficacité de son action en cours qui fait « fermer des pages Facebook, supprimer des Tweets, bloquer des chaines Youtube ». Mais c’est encore insuffisant.

La répression future

Outre un projet à l’échelle européenne, une mission d’exploration de renforcement de la répression a été confiée à trois personnalités : Karim Amellal (écrivain), Laetitia Avia (député LRM) et Gil Taïeb (CRIF). Déjà on peut prévoir – avec des aménagements – une application française de la loi allemande sur les réseaux sociaux. Mais la délégation envisage surtout un « big bang juridique et culturel » pour adopter les normes du nord de l’Europe (Royaume-Uni et Scandinavie) où « les enquêtes judiciaires partent du qualificatif posé par la victime ». Autrement dit votre voisin à la perception que vous êtres « raciste ou homophobe », c’est son ressenti qui sera pris en compte par les enquêteurs. Le directeur de la délégation voit là des « marges de progrès ».

Pas de répression sans son volet éducatif. Interventions dans les commissariats, dans les gendarmeries, dans la magistrature. Sans oublier  la création d’une « équipe nationale de réaction rapide », sorte de GIGN ou de RAID de l’antiracisme, capable d’intervenir en force sur les lieux du crime, en particulier à l’école. Les sportifs, les milieux de la culture et les élus locaux ne seront pas oubliés.

Les amateurs de littérature pourront relire 1984 de George Orwell (Folio, p 276/281) :

« Le problème est donc un problème d’éducation. Il porte sur la façon de modeler continuellement, et la conscience du groupe directeur, et celle du groupe exécutant qui vient après lui. La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif… On exige d’un membre du Parti, non seulement qu’il ait des opinions convenables, mais des instincts convenables… Larrêtducrime, c’est la faculté de s’arrêter net, comme par instinct, au seuil d’une pensée dangereuse »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux