Accueil | Actualités | Médias | Des « pressions économiques » sur les journalistes de M6
Pub­lié le 2 juin 2015 | Éti­quettes : ,

Des « pressions économiques » sur les journalistes de M6

Pas de « pression politique » mais des « pressions économiques » ! Interrogé par Maïtena Biraben, dans l’émission « Le Supplément », Nicolas de Tavernost, patron de M6, a avoué faire pression sur les journalistes de la chaîne afin qu’ils évitent certains sujets.

« Je ne peux pas supporter qu'on dise du mal de nos clients. Nous vivons de nos clients ». « Absolument, il y a des choses qui sont beaucoup plus compliquées à traiter que d’autres ». Un aveu qui vaut de l’or. Au moins, le patron de M6 a le mérite d’être clair : celui qui paye commande, même dans les médias et même avec les journalistes !

Et de citer un exemple concret : « à un moment donné, il y avait une émission de Capital sur la téléphonie et nous sommes partie prenante puisque nous détenons M6 Mobile de l'opérateur Orange. Je leur [aux journalistes, ndlr] ai expliqué que si on faisait une émission sur la téléphonie et qu'elle était bonne pour Orange, on aurait forcément dit que c'était compréhensible, et si elle était mauvaise pour Orange, on se serait fâché avec notre client ».

Heureusement pour les journalistes, Nicolas de Tavernost leur laisse « une très grande liberté pour traiter beaucoup d’autres choses »… Ouf !

Source : Le Figaro - Crédit photo : cadremploi via Youtube (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This