Accueil | Actualités | Médias | Des pastilles Vichy pour Yann Barthès
Pub­lié le 24 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Des pastilles Vichy pour Yann Barthès

Yann Barthès pourra se rafraîchir l'haleine avant son prochain « Petit Journal » sur Canal+.

Il a en effet reçu 24 774 « pastilles Vichy » d’un élu de la ville de Vichy. 24 774 comme le nombre d'habitants de la circonscription de Christophe Pommeray, élu sous l'étiquette du Parti Radical de Gauche (PRG), qui ainsi voulu de protester avec humour contre l'amalgame fait par le journaliste entre la ville de Vichy et le régime du Maréchal Pétain.

L'élu local réagissait à un reportage diffusé par l'équipe du « Petit journal », traitant d'une manifestation « contre la christianophobie » organisée notamment par l'Institut Civitas et ponctué du commentaire suivant de Yann Barthès « La manif qui sent bon la pastille Vichy ! »

« Je lui ai fait une petite lettre, sous couvert d'humour. Un petit geste rigolo mais il faut faire attention à l'amalgame entre la ville de Vichy et le régime. C'est pénible pour nous, je ne peux pas être soupçonné d'être d'extrême droite » a expliqué Christophe Pommeray sur d'Europe 1.

Dans son courrier, l'assistant du sénateur Gérard Charasse rappelait notamment que « Vichy, c’est une ville, qui n’a ni appelé, ni soutenu moins ou davantage qu’aucune autre en France, le gouvernement de rencontre qui s’est installé dans ses murs en juin 1940 ».

Voir aussi : Portrait - Yann Barthès,
icône bobo de l'infotainment

Crédit photo : capture d’écran vidéo via Youtube

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This