Accueil | Actualités | Médias | Des bruits de machines à écrire dans les locaux du Times
Pub­lié le 1 septembre 2014 | Éti­quettes : ,

Des bruits de machines à écrire dans les locaux du Times

L'initiative a de quoi surprendre et pourtant l’information est des plus sérieuses.

Depuis que le journal britannique Times a emménagé dans ses nouveaux locaux de Baby Shard, dans le sud de Londres, le train-train quotidien des rédacteurs a quelque peu changé. Depuis mardi dernier, des haut-parleurs diffusent en continu, toute la journée, des bruits de machine à écrire.

Selon The Independant, qui rapporte la nouvelle, le dispositif est censé « donner de l’énergie et aider les journalistes à respecter les délais ». Même si, pour l'instant, on en est encore qu'au stade de l'essai, le News UK, éditeur du Times envisage de généraliser cette expérimentation.

« C’est presque comme s’il n’y avait jamais eu de révolution numérique », commente The Independant. Côté journaliste, les bruits de machines à écrire dans les oreilles toute la journée ne sont pas au goût de tout le monde et, selon les premiers échos, un rédacteur se serait déjà essayé à les couper...

Crédit photo : marin-wibaux via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This