Accueil | Actualités | Médias | Des bruits de machines à écrire dans les locaux du Times
Pub­lié le 1 septembre 2014 | Éti­quettes : ,

Des bruits de machines à écrire dans les locaux du Times

L'initiative a de quoi surprendre et pourtant l’information est des plus sérieuses.

Depuis que le journal britannique Times a emménagé dans ses nouveaux locaux de Baby Shard, dans le sud de Londres, le train-train quotidien des rédacteurs a quelque peu changé. Depuis mardi dernier, des haut-parleurs diffusent en continu, toute la journée, des bruits de machine à écrire.

Selon The Independant, qui rapporte la nouvelle, le dispositif est censé « donner de l’énergie et aider les journalistes à respecter les délais ». Même si, pour l'instant, on en est encore qu'au stade de l'essai, le News UK, éditeur du Times envisage de généraliser cette expérimentation.

« C’est presque comme s’il n’y avait jamais eu de révolution numérique », commente The Independant. Côté journaliste, les bruits de machines à écrire dans les oreilles toute la journée ne sont pas au goût de tout le monde et, selon les premiers échos, un rédacteur se serait déjà essayé à les couper...

Crédit photo : marin-wibaux via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This