Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Délinquance des mineurs étrangers : un phénomène isolé pour les médias de grand chemin

2 mars 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Délinquance des mineurs étrangers : un phénomène isolé pour les médias de grand chemin

Délinquance des mineurs étrangers : un phénomène isolé pour les médias de grand chemin

Les derniers chiffres du ministère de l’intérieur le montrent : la délinquance est en pleine expansion. Parmi les délinquants, les jeunes étrangers qui se prétendent mineurs sont de plus en plus nombreux. L’analyse des articles des médias consacrés à ce sujet est riche d’enseignements.

Des faits isolés selon de nombreux médias

Les jour­naux et sites d’information régionaux con­sacrent de nom­breux arti­cles à la délin­quance des mineurs étrangers, par­fois appelés « mineurs non accom­pa­g­nés ». On peut par­ler d’un véri­ta­ble phénomène de société, mais qui n’est pas décrit comme tel : en effet, aucun lien n’est don­né entre les dif­férents faits relatés. Ceci bien qu’ils aient les mêmes car­ac­téris­tiques.

Les pharmacies particulièrement visées

Plusieurs titres de presse ou sites d’information en font état : un peu partout en France, des phar­ma­cies sont cam­bri­olées par des mineurs étrangers. Cer­tains ne men­tion­nent pas la nation­al­ité des délin­quants, comme les cam­bri­o­lages com­mis par des « mineurs » en Seine et Marne selon Actu.fr, à Mont­pel­li­er selon France bleu, à Laon selon Le Cour­ri­er picard, etc. Actu.fr relate l’arrestation de mineurs isolés et cam­bri­oleurs à Ram­bouil­let et au Per­ray.

Cer­tains médias, plus rares, ne cachent pas la nation­al­ité des jeunes délin­quants. Le Cour­ri­er picard fait état en jan­vi­er de trois mineurs maro­cains inter­pel­lés lors du cam­bri­o­lage d’une phar­ma­cie à Chan­til­ly. À Orange, en sep­tem­bre 2019, ce sont selon Le Dauphiné des jeunes maro­cains qui sont inter­pel­lés alors qu’ils s’en pren­nent à une phar­ma­cie. À Chalons, en décem­bre 2019, un jeune « d’origine étrangère » est jugé pour avoir cam­bri­olé des phar­ma­cies selon L’Union, etc.

Des vols et agressions en tous genres

Les méfaits de cer­tains jeunes étrangers ne s’arrêtent pas là. Ce sont des vols et des agres­sions en tous gen­res que rela­tent les médias régionaux.

À Nan­cy, des « mineurs non accom­pa­g­nés » (traduire : de jeunes étrangers) com­met­tent selon 20 Min­utes le 27 jan­vi­er des vols de porta­bles avec vio­lence.

À Nantes selon Ouest-France comme ailleurs, les inter­pel­la­tions des jeunes délin­quants ne sont pas suiv­ies d’effet.

À Pont Sainte Max­ence, le maire est obligé d’instaurer un cou­vre-feu pour les mineurs selon Actu.fr L’objectif est de faire cess­er l’arrivée des jeunes étrangers qui vien­nent de région parisi­enne pour com­met­tre leurs méfaits.

En Gironde, la délin­quance est en hausse et les mineurs étrangers ne sont pas en reste selon France 3. À Mont­pel­li­er, les « mineurs » délin­quants sont finale­ment majeurs selon Actu.fr.

Le 21 févri­er selon Le Parisien, « quinze mineurs isolés (ont été) inter­pel­lés pour plusieurs cam­bri­o­lages dans les Yve­lines ». Algériens ou maro­cains, les jeunes étrangers ont fait l’objet d’un …rap­pel à la loi bien qu’ils aient recon­nu les faits.

Des tentatives d’analyse circonscrites géographiquement

Les médias qui essaient d’analyser le phénomène sont rares. Quand les ten­ta­tives d’explications exis­tent, elles ne dépassent pas un cadre géo­graphique restreint : la ville ou le départe­ment.

L’Obs con­sacre un arti­cle à l’explosion des vols et des vio­lences à Paris, « en grand par­tie le fait de mineurs ». Si les ter­mes util­isés ne cachent pas la grav­ité de la sit­u­a­tion, l’hebdomadaire de gauche bon teint s’attarde sur… « le dif­fi­cile tra­vail quo­ti­di­en de la sec­tion des mineurs du par­quet de Paris ». Un peu de com­pas­sion pour les vic­times n’aurait pas nui…

Le Préfet de Police de Paris évoque sur Pub­lic Sénat une « vio­lence inquis­i­tive, de voie publique, par­ti­c­ulière­ment sig­ni­fica­tive ». Il par­le sur la chaine par­lemen­taire d’« une réelle spé­ci­ficité à Paris » et se garde bien d’évoquer un phénomène nation­al.

Dans le départe­ment de l’Héraut, Le Midi libre mène une enquête sur la délin­quance dans le départe­ment. « La prob­lé­ma­tique des mineurs délin­quants est très prég­nante sur la ville (Mont­pel­li­er) ». Ils représen­taient 41% de la pop­u­la­tion délin­quante en 2019 con­tre 34% en 2018, nous informe le quo­ti­di­en région­al.

Selon Sud-Ouest le 22 févri­er, qua­tre frères « écoulaient le butin » dérobé par des jeunes étrangers à Bor­deaux. « Le phénomène Mineurs Non Accom­pa­g­nés empoi­sonne la jus­tice et la police bor­de­laise depuis plus de trois ans ». Arrachages de chaines de cou ou de télé­phones, cam­bri­o­lages, squats : le quo­ti­di­en région­al nous informe qu’il ne s’agit pas de faits isolés mais bien de plusieurs cen­taines d’objets (télé­phones, col­liers, mon­tres, etc.) qui sont volés chaque semaine.

Si cer­tains titres essaient de dépass­er le traite­ment ponctuel de faits de délin­quance, aucun média ne recoupe les infor­ma­tions épars­es sur ces ban­des de jeunes délin­quants étrangers qui sem­blent opér­er leurs méfaits dans une qua­si impunité, au point d’en faire un phénomène de société en pleine expan­sion mais à bas bruit médi­a­tique.

La réforme de la justice pénale des mineurs

Face à la délin­quance de plus en plus pré­coce de jeunes, le gou­verne­ment a entre­pris une réforme de la jus­tice pénale des mineurs. Son objec­tif serait selon l’Union de « juger mieux et plus vite ».

C’en est déjà trop pour la gauche castafiore qui donne de la voix : à Caen, selon Ouest-France, des édu­ca­teurs de la Pro­tec­tion Judi­ci­aire de la Jeunesse man­i­fes­tent con­tre la réforme. La pho­to de la ban­de­role de la man­i­fes­ta­tion mon­tre une franche oppo­si­tion à l’enfermement. France cul­ture par­le d’une « réforme à marche for­cée ». On craint le pire. France bleu cou­vre une grève d’éducateurs à Car­pen­tras tan­dis que L’Humanité évoque une « jus­tice plus expédi­tive pour les mineurs ».

Une fermeté en trompe l’œil pour un pédopsychiatre bien isolé

Alors que la réforme de la jus­tice pénale pour les mineurs est soumise au Par­lement, un pédopsy­chi­a­tre, Mau­rice Berg­er, estime dans une tri­bune parue dans Le Figaro du 23 févri­er 2020 que celle-ci n’apportera pas les répons­es néces­saires à la délin­quance des mineurs. Il rap­pelle qu’un fait de vio­lence gra­tu­ite a été com­mis toutes les 44 sec­on­des en 2018 et que la part des mineurs dans ces vio­lences qui peu­vent causer la mort est impor­tante. Il cite plusieurs dis­po­si­tions qui ne vont pas dans le sens de la fer­meté : « pré­somp­tion de non dis­cerne­ment pour les moins de 13 ans », droit du mineur à l’accompagnement par les par­ents lors de l’enquête judi­ci­aire, fin de la prison ferme pour les peines inférieures à un mois, etc. La liste est longue.

Un remake de la loi Asile et immigration ?

Le jeu des acteurs dans cette réforme relayé par les médias de grand chemin ressem­ble étrange­ment à celui qui a été tenu lors du débat sur la loi Asile et immi­gra­tion en 2018. Un jeu médi­atisé sans grand recul dans les médias.

Cen­sée résoudre un prob­lème – la délin­quance crois­sante des jeunes mineurs – grâce à une accéléra­tion des procé­dures, la réforme fait l’objet d’un tir de bar­rage de la gauche castafiore. Des syn­di­cal­istes et des mil­i­tants de gauche utilisent les médias comme un porte-voix à leur oppo­si­tion à tout dur­cisse­ment de la loi applic­a­bles aux mineurs. Pour faire pass­er sa réforme, le gou­verne­ment donne des gages à la gauche, notam­ment en évi­tant soigneuse­ment de revenir sur une mesure essen­tielle : la dis­pense pour les mineurs d’avoir un titre de séjour, qui rend l’expulsion des mineurs étrangers délin­quants très dif­fi­cile voire impos­si­ble.

Il est plus que prob­a­ble que les médias con­tin­u­ent à l’avenir d’évoquer ponctuelle­ment l’augmentation con­tin­ue de la délin­quance des jeunes étrangers, sans se pos­er out­re mesure des ques­tions dérangeantes. Des jeunes qui plus que jamais con­sid­éreront la France comme un pays de cocagne où un sim­ple rap­pel à la loi est sou­vent le sol­de de tout compte de vols à répétition…Sans que cela provoque out­re mesure une bron­ca médi­a­tique.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision