Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Décès de Claude Cabanes, grande plume de L’Humanité
Décès de Claude Cabanes, grande plume de L’Humanité

27 août 2015

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Décès de Claude Cabanes, grande plume de L’Humanité

Décès de Claude Cabanes, grande plume de L’Humanité

Décès de Claude Cabanes, grande plume de L’Humanité

Ancien rédacteur en chef de L’Humanité et journaliste communiste militant, Claude Cabanes est décédé mardi 25 août 2015 à l’âge de 79 ans des suites d’un cancer.

Né en 1936, il adhère au Par­ti Com­mu­niste en 1962, à la fin de la guerre d’Al­gérie. Dès 1968, il devient per­ma­nent du par­ti. C’est en 1971 qu’il entre à L’Hu­man­ité Dimanche, où il occu­pera les postes de chef du ser­vice cul­turel à par­tir de 1973, puis adjoint au chef du ser­vice poli­tique en 1975 et enfin rédac­teur en chef adjoint.

En 1981, il est nom­mé chef du ser­vice cul­turel du quo­ti­di­en L’Hu­man­ité en plus de L’Hu­man­ité Dimanche. Trois ans plus tard, il devient, en rem­place­ment de René Andrieu, le rédac­teur en chef dudit quo­ti­di­en, un poste qu’il occu­pera pen­dant 16 ans, jusqu’en 2000. À cette date, il est écarté de la direc­tion suite à une restruc­tura­tion et devient alors sim­ple édi­to­ri­al­iste, statut qu’il occu­pera jusqu’à sa mort. Il était égale­ment chroniqueur sur RTL dans « On refait le monde » depuis 2003.

« Pour nous, c’est une des grandes fig­ures de L’Hu­man­ité qui part. C’é­tait une voix et un style par­ti­c­uli­er. Il cise­lait les mots et les util­i­sait comme des armes, au bon sens du terme », a déclaré Patrick Le Hyaric, actuel directeur de L’Hu­ma, jour­nal aujour­d’hui main­tenu en vie à grands coups de sub­ven­tions publiques et de rabais fis­caux.

Sur son blog du Figaro, Yves Thréard écrit : « Qu’on partageât ses opin­ions ou pas – cette sec­onde option était presque tou­jours le cas au “Figaro” -, Cabanes forçait le respect pour la qual­ité de sa rhé­torique. Un maître en la matière. » Et le jour­nal­iste d’es­timer que « ses écrits res­teront par­mi les meilleurs dans l’histoire de son jour­nal, aux côtés de ceux d’Aragon, de Paul Vail­lant-Cou­turi­er ou de René Andrieu ».

« Claude Cabanes, com­mu­niste ? Il l’était, jusqu’au bout des ongles. Mais un com­mu­niste aux rêves déçus qui, peu à peu, ren­dit le tabli­er du dog­ma­tisme de la Place du Colonel-Fabi­en pour les échap­pées belles d’un lib­er­taire. Il avait la dent dure pour ses “amis” dévoyés d’un post­com­mu­nisme dont il ne partageait pas les reniements ou pour les trublions d’une gauche de la gauche dont il détes­tait les pos­tures médi­a­tiques », ajoute-t-il.

Le prési­dent de la République a quant a lui ren­du hom­mage à ce « fils d’un chef d’ État-major des FTP (francs-tireurs par­ti­sans, ndlr) dans le Sud-Ouest (…) resté fidèle à la mémoire des résis­tants communistes ».

Voir notre infographie de L’Humanité et notre portrait d’Yves Thréard

Crédit pho­to : DR

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.