Accueil | Actualités | Médias | Critiqué, le patron de LCP pousse un coup de gueule
Pub­lié le 14 février 2013 | Éti­quettes : ,

Critiqué, le patron de LCP pousse un coup de gueule

La Chaîne parlementaire a été la cible de différentes critiques à propos de sa couverture des débats sur le « mariage pour tous ». Gérard Leclerc, son patron, a défendu, très agacé, son dispositif et les efforts qui ont été faits.

Interrogé par puremedias.com, le patron de LCP s’est montré très agacé par ces critiques. À deux reprises, il a assuré avoir fait « le maximum » et a mis en avant le travail qui a été fait malgré la petite équipe et le petit budget alloué à la chaîne. À la question de savoir pourquoi il n’avait pas accordé plus de place au débat, Leclerc a répondu : « Parce que nous n'avons pas les moyens, tout simplement ! Sur la TNT, il ne suffit pas de diffuser le flux de l'Assemblée comme on l'a fait sur internet. Sinon comment vous faites pendant les nombreuses interruptions de séance ? Vous diffusez un écran bleu pendant 5 minutes ? Il faut accompagner le flux comme le font tous les médias. Il faut l'éditorialiser en le faisant commenter par des journalistes quand c'est nécessaire. Il faut des techniciens pour faire des synthés. »

Et ce dernier de poursuivre, toujours très remonté : « Tout ça, ça coûte de l'argent. Je n'ai pas les moyens de faire du direct la nuit. LCP a 16,5 millions d'euros de budget annuel, dont 4,5M sont consacrés aux frais de diffusion. C'est cinq fois moins que BFMTV ! »

Après avoir fait part des difficultés que constituait le partage de l’antenne avec Public-Sénat, le patron de LCP a conclu : « On nous demande des choses qu'on ne peut pas faire. Nous avons de nombreuses contraintes, une toute petite équipe et, très honnêtement, je le redis, je trouve qu'on a fait le maximum. Retransmettre 2h30 de débats tous les jours sur notre canal TNT ce n'est pas rien ! Ce sont de gros efforts pour nous. Nous ne pouvions pas vraiment faire plus. Ou alors il faut augmenter notre budget. »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux