Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Crise des migrants : l’appel d’air en question

22 mai 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Crise des migrants : l’appel d’air en question

Crise des migrants : l’appel d’air en question

La théorie de l’appel d’air dans la crise migratoire actuelle est un sujet récurrent dans les médias. L’accueil et l’aide aux migrants inciteraient des étrangers à venir en France, alors qu’ils en seraient découragés sans moyens mis à leur disposition. Les médias peuvent avoir un double rôle en la matière : celui de dispenser des opinions sur le sujet et aussi celui de contribuer à l’appel d’air.

Les opinions sur l’appel d’air dans quelques médias

Libéra­tion pub­lie en juil­let 2015 une tri­bune d’Éric Pliez du Samu social. Il y indique que « crain­dre un appel d’air n’a pas de sens. Des mil­liers de per­son­nes sont prêtes à ris­quer leur vie en mer et à accepter, une fois par­v­enues en Europe, des con­di­tions de vie par­fois bien moins con­fort­a­bles que celles qu’elles ont quit­tées ».

Le jour­nal reprend cette posi­tion dans un arti­cle du 22 mars 2017 sur les arrêtés anti-repas pris à Calais. Le jour­nal estime en creux que les struc­tures et aides mis­es en place ne favorisent pas l’afflux de migrants, mais leur offrent des con­di­tions de vie digne. Sinon on est dans « la vieille logique de la crainte de l’appel d’air ». Idem pour les instal­la­tions de douch­es à Calais évo­quées dans un arti­cle du 24 févri­er 2017, freinées par la préfète du Pas-de-Calais, car « ne pou­vant que con­tribuer à créer un point de fix­a­tion à Calais, ce que nous voulons éviter ».

Pour L’Obs, la théorie de l’appel d’air « ne fait pas l’unanimité ». Le site de l’hebdo donne la parole le 10 jan­vi­er 2017 à Geneviève Jacques, prési­dente de la Cimade (asso­ci­a­tion d’aide aux migrants) : « ce n’est pas pour vis­iter les mon­u­ments qu’ils (les migrants) vien­nent à Paris ». Le jour­nal­iste est obligé de con­céder : « L’ou­ver­ture en novem­bre d’un cen­tre d’ac­cueil, porte de la Chapelle, devait con­tribuer à résoudre le prob­lème, en hébergeant les migrants avant de les ori­en­ter vers des foy­ers plus pérennes », « mais le dis­posi­tif refuse chaque jour des migrants », dont bon nom­bre sont des déboutés du droit d’asile en Alle­magne.

Un jour­nal­iste de L’Obs donne la parole le 16 sep­tem­bre 2016, au « prési­dent Les Répub­li­cains (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes (qui) assure que ce pro­jet va créer un appel d’air énorme sur l’immigration clan­des­tine ». La con­clu­sion de l’article revient à quelques prési­dents social­istes de Régions pour qui cet argu­ment relève de « réac­tions out­ran­cières et manip­u­la­tri­ces ».

Un jour­nal­iste du Figaro reprend sans réserve la posi­tion du Pre­mier min­istre d’alors sur le sujet. L’article pub­lié le 8 avril 2016 est con­sacré à la ges­tion française et alle­mande de la crise des migrants : « Inter­rogée sur les cri­tiques con­tre sa poli­tique migra­toire – qui avait sus­cité un appel d’air -, for­mulées par Manuel Valls en févri­er depuis Munich, la chancelière a bot­té en touche, déclarant dans un sourire que les “cri­tiques” ou les “mots dif­fi­ciles” avaient ten­dance à la “stim­uler”, plutôt qu’à la “met­tre en colère”». Le quo­ti­di­en pub­lie le 6 juin 2016 une tri­bune d’Alexis Théas. Con­cer­nant le pro­jet d’installation de plusieurs cen­tres d’accueil à Paris, le juriste indique qu’ils con­stituent « un nou­v­el appel d’air dans une sit­u­a­tion déjà chao­tique ». « Ouvrir, dans un grand éta­lage osten­si­ble de bons sen­ti­ments un ou plusieurs cen­tres human­i­taires à Paris n’est qu’un piètre pal­li­atif qui aura pour effet de favoris­er un nou­v­el appel d’air et des arrivées sup­plé­men­taires. »

Après l’annonce de la créa­tion du camp de la Porte de la Chapelle, le jour­nal laisse la parole le 7 sep­tem­bre 2016 à dif­férents point de vue dans un arti­cle inti­t­ulé « Paris ouvri­ra mi-octo­bre son pre­mier cen­tre d’ac­cueil pour réfugiés ». La con­clu­sion de l’article est lais­sée à N. Kosciusko-Morizet (LR) pour qui « c’est un nou­veau San­gat­te à Paris et on a vu ce que cela don­nait. Créer un cen­tre de tran­sit, c’est créer un lieu de fix­a­tion, c’est créer un appel d’air ».

La chaine de télévi­sion Arte con­sacre l’émission 28 min­utes du 10 jan­vi­er à un débat sur la ques­tion : « L’ac­cueil des réfugiés encour­age-t-il l’ar­rivée de nou­veaux migrants ? ». Face à un uni­ver­si­taire pro immi­gra­tion et la respon­s­able du pro­gramme migrants de Médecins Sans Fron­tières, le temps impar­ti au fon­da­teur du site Atlanti­co pour dévelop­per des argu­ments accrédi­tant la théorie de l’appel d’air parait bien lim­ité. La séquence con­sacrée aux passeurs de la val­lée de la Roya (Alpes Mar­itimes) illus­tre le par­ti pris des jour­nal­istes : le sujet est présen­té comme illus­trant la sit­u­a­tion dans « la généreuse val­lée de la Roya ». « Tan­dis que plusieurs mem­bres de l’association Rio­ja citoyenne vien­nent en aide aux migrants, un député leur déclare la guerre : Éric Ciot­ti. Alors faut- il évac­uer Éric Ciot­ti ? ».

Les médias peuvent participer à l’appel d’air

Une spé­cial­iste libanaise des migra­tions, Najla Chah­da, indi­quait dans un débat organ­isé en novem­bre 2015, relayé par le quo­ti­di­en libanais l’Orient-Le jour, sur le thème « Les médias face à la crise des flux migra­toires » : « La ques­tion des réfugiés n’avait pas sus­cité d’in­térêt par­ti­c­uli­er jusqu’à cette pho­to de l’en­fant mort sur la plage qui a provo­qué la révolte ». Et d’a­jouter que cet intérêt coïn­cide avec « l’am­pleur » qu’a atteinte la crise human­i­taire. « En fil­mant les réfugiés dans leur par­cours, les médias ont encour­agé les réfugiés à pren­dre le chemin de l’Eu­rope ».

Cette affir­ma­tion est réfutée par Ben­jamin Barthes, Directeur du bureau du quo­ti­di­en Le Monde au Moyen-Ori­ent qui estime que « l’im­pact le plus fort était imman­quable­ment celui des réseaux soci­aux ».

Le rôle des réseaux soci­aux comme out­il d’information dans les migra­tions actuelles a fait l’objet de nom­breuses études. Des travaux uni­ver­si­taires ont mis en avant le fait que les migrants sont hyper con­nec­tés et que « les con­tacts per­ma­nents entre eux jouent un rôle crois­sant dans leur vie ». Une chercheuse inter­rogée sur le sujet en mars 2017 par le men­su­el Sci­ences Humaines indique que « les migrants peu­vent recevoir des infor­ma­tions de per­son­nes déjà par­ties. Ils effectuent des recherch­es sur le chemin à emprunter, les obsta­cles à éviter et sol­lici­tent via les réseaux soci­aux des amis et rela­tions pour les aider. Ils sont donc mieux pré­parés et plus effi­caces dans leur pro­jet migra­toire. Cette com­mu­ni­ca­tion peut aus­si ren­forcer leur déci­sion de par­tir ».

Cas pratique

En août 2015, France Info informe que l’Allemagne se dit prête à accueil­lir 800 000 deman­deurs d’asile pour l’an­née 2015. L’annonce des autorités alle­man­des est large­ment relayée dans les médias.

Celle-ci entraine un afflux de migrants sans précé­dent : Europe 1 annonce le chiffre de 280 000 arrivées rien que durant le mois de sep­tem­bre. Des pre­mières mesures visant à faciliter les expul­sions et accélér­er l’ex­a­m­en des dossiers de deman­deurs d’asile sont pris­es. Le 13 sep­tem­bre, dépassée par le flux migra­toire qu’elle a sus­cité, l’Alle­magne décide de sus­pendre tem­po­raire­ment sa fron­tière avec l’Autriche, relaie notam­ment Le Midi Libre.

Les dif­férentes annonces du gou­verne­ment alle­mand auront été faites lors de con­férences de presse ou via des com­mu­niqués relayés dans les médias. Il importe alors pour les autorités alle­man­des non seule­ment de pren­dre des déci­sions mais surtout de les faire con­naitre à tous les can­di­dats au départ, qui ont été plus qu’attentifs au mes­sage ini­tial d’ouverture de la chancelière alle­mande.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.