Accueil | Actualités | Médias | Corse-Matin : ça se complique pour le Président Antony Perrino
Pub­lié le 18 mars 2019 | Éti­quettes : ,

Corse-Matin : ça se complique pour le Président Antony Perrino

Corse-Matin est un État dans l’État dans l’île de beauté. Fort d’un taux de pénétration inégalé frôlant les 90% des foyers, le journal faisait l’objet de nombreuses interrogations depuis qu’un groupe d’industriels locaux avait pris 35% du capital début 2018.

Nouvelle direction au printemps 2018

Comme nous l’écrivions le 26 avril 2018 « …la nouvelle direction a été installée. Avec comme directeur des rédactions Thomas Brunelli, journaliste chevronné débauché de Radio Corse Frequenza Mora, et comme président de Corse-Presse, Anthony (ou Antony) Perrino, 38 ans. Ce dernier est l'héritier de la société de BTP éponyme que son père a fondé, promoteur immobilier et actionnaire de nombreuses sociétés. Roger Antech est rédacteur en chef et Antoine Albertini (ancien de France 3 Via Stella, correspondant du Monde en Corse depuis 2004), rédacteur en chef adjoint ».

Et des ennuis pour Antony Perrino

Antony Perrino a été mis en garde à vue mi mars 2019 puis libéré sur des soupçons de la brigade financière d’Ajaccio. Il est soupçonné d’avoir favorisé économiquement et de diverses manières Pascal Porri, une figure bien connue du milieu criminel corse. Pascal Porri et son épouse sont connus pour être membres de la bande dite du « Petit Bar », ils sont tous deux employés de la Chambre de commerce et d’industrie d’Ajaccio (sic).

Si les accusations contre Antony Perrino n’ont pas encore été étayées et encore moins jugées, elles mettent le journal en difficulté. Comment revendiquer une émancipation de toute ingérence du milieu alors que le Président de la société d’édition revendique des liens d’amitié avec la bande du fameux « Petit Bar » ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This