Accueil | Actualités | Médias | Contrôle fiscal : Le Monde visé à son tour
Pub­lié le 3 janvier 2014 | Éti­quettes : , , ,

Contrôle fiscal : Le Monde visé à son tour

Après Médiapart, c’est au tour du Monde de recevoir son avis de l’administration fiscale.

Le pure player en ligne, dirigé par Edwy Plenel, défraie la chronique depuis que le fisc lui réclame 1 millions d’euros – soit environ ses bénéfices. Alors qu'il devrait payer une TVA légale de 19,6%, Mediapart s'applique en effet depuis trois ans une TVA de 2,1%, alignée sur celle de la presse papier. Et ce, tout en dénonçant à longueur d’enquêtes les fraudeurs fiscaux… Il a depuis lancé un appel et une pétition « pour l’égalité fiscale ».

La semaine dernière les principaux patrons de presse français, étaient reçus par François Hollande, en présence du ministre du Budget Bernard Cazeneuve. Les membres du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) étaient quant à eux reçus par Bertrand Cazeneuve et les ministres de la Culture Aurélie Filippetti et de l’Économie Numérique Fleur Pellerin. Lors de cette visite, les autorités ont assuré aux différents patrons de presse leur volonté de faire appliquer à la presse en ligne une TVA à 2,1 %. Une volonté visiblement mise à mal par Bruxelles.

Quoi qu’il en soit, cela n’a pas évité au Monde de recevoir cette semaine son avis de contrôle fiscal, une première depuis 70 ans.

Rappelons que, depuis cet été, de nombreux sites, dont les sites internet des grands quotidiens nationaux, s’appliquent cette TVA à 2,1 % tout en provisionnant la différence dans leurs comptes, ce que Médiapart n’est pas en mesure de faire.

Télécharger notre infographie du groupe Le Monde

Voir aussi notre portrait d’Edwy Plenel

Crédit photo : berdcris2011 via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux