Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Comment La CGT entend faire main basse sur l’imprimerie

6 février 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment La CGT entend faire main basse sur l’imprimerie

Comment La CGT entend faire main basse sur l’imprimerie

6 février 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Calme depuis plusieurs mois, la Filpac CGT pourrait refaire parler d’elle d’ici quelques semaines.

Elle a réu­ni ses délégués du sud de la France le 21 jan­vi­er avec un objec­tif affiché. Ne pas être exclue du redé­coupage futur de la carte des imprimeries de quo­ti­di­ens dans l’Hexa­gone d’i­ci qua­tre ans. Avec des tirages qui bais­sent de plus de 5% chaque année, l’outil indus­triel français atteint désor­mais une sur­ca­pac­ité inquié­tante. En région parisi­enne, cette dernière atteindrait même 40%. Con­séquence : dès 2016, les édi­teurs de presse quo­ti­di­enne régionale et nationale devraient con­tin­uer à men­er de néces­saires restruc­tura­tions. Déjà en 2015, Le Monde imprimerie puis l’u­sine du Parisien à Saint-Ouen, la Sicav­ic, ont fer­mé leurs portes. Le Sud, où coex­is­tent pas moins de huit usines répar­ties entre Nice et Toulouse, est prob­a­ble­ment la prochaine étape de ce proces­sus de réduc­tion du for­mat. Les cégétistes espèrent ren­con­tr­er le prési­dent de La Dépêche du midi, Jean Michel Baylet, courant févri­er, pour lui expos­er leurs vues. Il y a peu de chances qu’ils obti­en­nent gain de cause. Les organ­i­sa­tions pro­fes­sion­nelles des quo­ti­di­ens nationaux et régionaux ont déjà répon­du par la néga­tive. Les groupes veu­lent évide­ment con­tin­uer à maîtris­er leur stratégie industrielle.

La CGT pro­pose notam­ment des regroupe­ments futurs entre les cen­tres qui impri­ment les quo­ti­di­ens et ceux qui tirent les mag­a­zines. Une façon de lim­iter les pertes d’emplois… et d’ad­hérents. En fort recul, le Livre CGT (-de 5000 adhérents) espère de sur­croît faire abon­der les départs par l’État, donc le con­tribuable. L’idée de fusion dans des usines mul­ti-titres n’est pas non plus dénuée d’ar­rière-pen­sées. Peu représen­té dans les imprimeries des mag­a­zines dites de labeur, le syn­di­cat espère ain­si élargir son champ d’ac­tion électorale.

S’il est en baisse, Le Livre CGT démon­tre régulière­ment sa puis­sance en blo­quant la presse d’in­for­ma­tion poli­tique et générale. Pour l’in­stant adressée en guise d’aver­tisse­ment, la déc­la­ra­tion écrite qui a suivi la réu­nion du 21 jan­vi­er pour­rait à moyen terme bel et bien se trans­former en vraie déc­la­ra­tion de guerre.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés