Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Censure aux Échos, boycott du Monde : quand les journaux sont prisonniers de leurs annonceurs…

5 juin 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Censure aux Échos, boycott du Monde : quand les journaux sont prisonniers de leurs annonceurs…

Censure aux Échos, boycott du Monde : quand les journaux sont prisonniers de leurs annonceurs…

Le Monde ne badine pas avec la déontologie. Mais c’est à ses risques et périls. En avril dernier, lors du conseil d’administration du journal, un dirigeant annonçait aux actionnaires — dont la société des rédacteurs — un manque à gagner prévisionnel de 7 millions d’euros : 3,2 en 2014 et 4 en 2015.

L’explication de ce manque à gag­n­er ? C’est Vin­cent Bol­loré, pro­prié­taire de Havas, qui a décidé de boy­cotter le quo­ti­di­en après deux enquêtes qui l’ont pris à rebrousse-poil, l’une parue dans le sup­plé­ment M le Mag­a­zine en octo­bre 2013 (« Vin­cent Bol­loré, un pré­da­teur si bien élevé »), l’autre dans le jour­nal en sep­tem­bre 2014 (« le mono­pole de Bol­loré sur le port d’Abid­jan est de plus en plus con­testé »). De quoi rap­pel­er que la pub­lic­ité est aus­si une laisse.

Aux Échos en revanche, on tient absol­u­ment à s’é­pargn­er ce genre de péripéties. C’est cer­taine­ment pour cela que le 28 mai est paru un papi­er très soigné sur les 20 pre­miers spon­sors de la con­férence cli­mat de Paris (COP 21) dont le gou­verne­ment français attend beau­coup, même si elle s’an­nonce d’ores et déjà comme un énième raout des grands de ce monde débouchant sur des engage­ments pom­peuse­ment creux. Le papi­er était si élo­gieux qu’il en était presque com­plaisant : les sociétés en ques­tion — Air France, Renault, EDF, GDF-Suez etc. étaient qual­i­fiées d’« amies du cli­mat » à « haut niveau d’ex­i­gence envi­ron­nemen­tale »…

Petit prob­lème : cer­taines ONG comme Réseau Action Cli­mat ou Attac cri­ti­quaient dans l’article la présence de gros pol­lueurs par­mi ces spon­sors. Mais, selon Le Canard Enchaîné (02/06/2015) qui se rit douce­ment de l’aven­ture (lui qui, rap­pelons-le, a tou­jours vécu sans pub), le pas­sage qui leur don­nait la parole a été effacé par la direc­tion la veille au soir de la paru­tion, sous pré­texte que ces ONG n’é­taient « pas crédi­bles ». Et sans doute pas parce que ce même 28 mai, EDF avait acheté six pages de pub dans Les Échos pour van­ter son spon­sor­ing de la COP 21 !

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision