Accueil | Actualités | Médias | Censure à Canal+ : Jean-Baptiste Rivoire balance
Pub­lié le 16 février 2016 | Éti­quettes : , ,

Censure à Canal+ : Jean-Baptiste Rivoire balance

Interrogé par Daniel Schneidermann sur Arrêt sur images à propos de l'indépendance des journalistes, le rédacteur en chef adjoint de « Spécial Investigation » a vidé son sac sur les censures quotidiennes à Canal+.

Revenant sur l'affaire de la censure du reportage sur le Crédit Mutuel, où il avait échappé de peu à un licenciement, Jean-Baptise Rivoire explique : « Quand Vincent Bolloré initie cette censure grave, et il n'y a pas que le Crédit Mutuel, on avait aussi une enquête sur la BNP, autant vous dire qu'il n'y a plus aucun producteur qui nous a envoyé un projet d'enquête sur le monde bancaire. Il n'y aura plus d'enquêtes sur les banques à Canal. »

D'après ce délégué syndical SNJ-CGT, lui et sa rédaction sont « soumis à un comité d'investigation tous les deux mois. On doit aller avec nos petits projets voir la direction et demander l'autorisation de faire des enquêtes. En gros, sous l'ancienne direction, ça passait à 80 ou 90% des cas. Depuis que Vincent Bolloré est sorti des fougères et a manifesté son pouvoir dans l'entreprise, ça se passe beaucoup plus mal. On est retoqué régulièrement ».

Pour preuve : lors de la dernière réunion, 11 sujets ont été proposés et 7 refusés. Et M. Rivoire de lister ces enquêtes rejetées par la direction de Canal : « Volkswagen, entreprise de tous les scandales », « Le monde selon YouTube », « François Homeland » (une enquête sur le président et les guerres), « Attentats : les dysfonctionnements des services de renseignement », « Les placards dorés de la République » (sur les emplois fictifs dans la haute fonction publique), « La répression made in France » (comment la France exporte des outils de répression, à des régimes pas toujours recommandables), et « Nutella, les tartines de la discorde ».

Nul doute que ces aveux publics seront de nature à alimenter d'avantage la crise interne qui sévit au sein de Canal+, avec à la clé de nouvelles tensions.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This