Accueil | Actualités | Médias | Censure à Canal+ : Jean-Baptiste Rivoire balance
Pub­lié le 16 février 2016 | Éti­quettes : , ,

Censure à Canal+ : Jean-Baptiste Rivoire balance

Interrogé par Daniel Schneidermann sur Arrêt sur images à propos de l'indépendance des journalistes, le rédacteur en chef adjoint de « Spécial Investigation » a vidé son sac sur les censures quotidiennes à Canal+.

Revenant sur l'affaire de la censure du reportage sur le Crédit Mutuel, où il avait échappé de peu à un licenciement, Jean-Baptise Rivoire explique : « Quand Vincent Bolloré initie cette censure grave, et il n'y a pas que le Crédit Mutuel, on avait aussi une enquête sur la BNP, autant vous dire qu'il n'y a plus aucun producteur qui nous a envoyé un projet d'enquête sur le monde bancaire. Il n'y aura plus d'enquêtes sur les banques à Canal. »

D'après ce délégué syndical SNJ-CGT, lui et sa rédaction sont « soumis à un comité d'investigation tous les deux mois. On doit aller avec nos petits projets voir la direction et demander l'autorisation de faire des enquêtes. En gros, sous l'ancienne direction, ça passait à 80 ou 90% des cas. Depuis que Vincent Bolloré est sorti des fougères et a manifesté son pouvoir dans l'entreprise, ça se passe beaucoup plus mal. On est retoqué régulièrement ».

Pour preuve : lors de la dernière réunion, 11 sujets ont été proposés et 7 refusés. Et M. Rivoire de lister ces enquêtes rejetées par la direction de Canal : « Volkswagen, entreprise de tous les scandales », « Le monde selon YouTube », « François Homeland » (une enquête sur le président et les guerres), « Attentats : les dysfonctionnements des services de renseignement », « Les placards dorés de la République » (sur les emplois fictifs dans la haute fonction publique), « La répression made in France » (comment la France exporte des outils de répression, à des régimes pas toujours recommandables), et « Nutella, les tartines de la discorde ».

Nul doute que ces aveux publics seront de nature à alimenter d'avantage la crise interne qui sévit au sein de Canal+, avec à la clé de nouvelles tensions.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This