Accueil | Actualités | Médias | Bobards 2017, Yann Barthès et Guillaume Auda, un bon cru
Pub­lié le 8 février 2017 | Éti­quettes : , , , , ,

Bobards 2017, Yann Barthès et Guillaume Auda, un bon cru

La huitième édition des Bobards d’or une cérémonie parodique où la Fondation Polemia remet chaque année des récompenses aux « meilleurs menteurs » s’est tenue à Paris le 6 février 2017.

Une vidéo retraçait – entre autres – un florilège des « animateurs » et « humoristes » de France Inter. Un condensé où mépris de la France d’en bas (la sous-France de Guily) , grossièreté et entre soi confit dans le doux cocon du service public (merci la redevance) voisinaient avec le délicat sentiment de l’impunité de celui (ou celle) qui est du côté du manche. Forts avec les faibles, faibles avec les forts, de quoi réussir à France Inter.

Si des bobards estimables comme celui sur « la théorie du genre qui n’existe pas » ont rencontré un certain succès, c’est un récidiviste Yan Barthes encore dans ses œuvres à Canal Plus qui a reçu avec son complice Hugo Clément le Bobard suprême pour une série de reportages bisounours sur le « vivre ensemble à Moleenbek. »

Mais Guillaume Auda sur i>Télé n’a pas démérité pour ses tweets sur la campagne de Trump où il voyait – entre autres – des partisans du KKK tout vêtus de blanc venus soutenir le candidat républicain alors qu’il s’agissait d’afro-américains déguisés venus protester contre Trump. Il est vrai que le pauvre Auda n’a fait que suivre la plupart de ses confrères américains comme européens...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This