Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Billard à trois bandes entre Copé, Le Point et Le Figaro
Publié le 

5 mars 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Billard à trois bandes entre Copé, Le Point et Le Figaro

Billard à trois bandes entre Copé, Le Point et Le Figaro

Le Point tire sur Copé, Copé tire sur les médias, Goldnadel tire sur Le Point, Le Point tire sur Le Figaro, Le Figaro tire sur Copé… Étrange billard à trois bandes, ou comment une simple affaire sème la zizanie au sein de la presse de « droite ».

Tout a com­mencé avec l’édition du Point du jeu­di 27 févri­er. L’hebdomadaire y accu­sait Jean-François Copé, patron de l’UMP, d’avoir favorisé l’agence Byg­mallion, dirigée par deux de ses proches, en lui « sur­fac­turant » des con­trats « hors appel d’offre ». Dans la foulée, Copé dénonçait « un coup mon­té de manière absol­u­ment igno­ble » auquel il décidait de répon­dre par « la voix des tri­bunaux ». Il accu­sait égale­ment Franz-Olivi­er Gies­bert, ancien PDG du Point, d’être à l’origine de ces accu­sa­tions et de vouloir le « détru­ire ». Con­tin­u­ant sur sa lancée, Jean-François Copé en prof­i­tait pour accuser l’ensemble des médias de vouloir sa peau…

Dans une tri­bune pub­liée sur le FigaroVox le lun­di 3 mars, la nou­velle plate-forme de débat du Figaro.fr, Me Giles-William Gold­nadel, avo­cat de Patrick Buis­son, et acces­soire­ment secré­taire nation­al à l’UMP, dénonçait les méth­odes du Point. « Les jour­nal­istes accusa­teurs se sont con­tentés de rap­porter des ragots de com­mu­ni­cants con­cur­rents qui con­firmeraient la “sur­fac­tura­tion” alléguée. Cer­tains éman­eraient du PS… », écrivait-il. Et de con­clure en sig­nifi­ant qu’il en voulait « moins aux jour­nal­istes du Point, qu’à une par­tie de la presse qui a embrayé allè­gre­ment par suiv­isme, oppor­tunisme, cor­po­ratisme et pourquoi non, sadisme incon­scient ».

Le jour-même, Le Point con­tre-attaquait en pub­liant un arti­cle titré : « L’av­o­cat de Buis­son défend Copé dans “Le Figaro” ! » L’hebdomadaire se van­tait que ses révéla­tions soient « une inépuis­able source d’in­spi­ra­tion pour la presse ». Dénonçant le choix de Me Gold­nadel pour traiter ce dossier, Le Point écrivait : « Pour étay­er une telle accu­sa­tion, il fal­lait choisir un juriste de poids totale­ment impar­tial. Par­mi les 56 000 avo­cats exerçant en France (dont 23 000 à Paris), Le Figaro s’est finale­ment résigné à deman­der les lumières de Gilles-William Gold­nadel, con­seil de Patrick Buis­son… » Sauf que Le Figaro n’a pas « choisi » Gold­nadel, sa tri­bune étant pub­liée dans le cadre de ses chroniques heb­do­madaires sur le FigaroVox.

Mais le mag­a­zine con­tin­ue sa plaidoirie : « Incroy­able, mais vrai ! Un avo­cat qui, il y a trois semaines, avait annon­cé haut et fort (sans join­dre pour l’in­stant le geste à la parole) que son client déposerait plainte con­tre Le Point à la suite de nos révéla­tions sur ce con­seiller de l’om­bre de l’ex-prési­dent Sarkozy, qui enreg­is­trait les con­ver­sa­tions sen­si­bles qu’il a eues avec lui à l’Élysée. Un mod­èle d’analyse juridique, on s’en doute… »

Un peu plus tôt dans l’après-midi, Éti­enne Ger­nelle, le nou­veau patron du Point, s’en était déjà pris à son con­cur­rent favori. Inter­rogé sur Canal+ dans « La Nou­velle Édi­tion » sur les aides de l’État touchée par son heb­do­madaire, il fai­sait aus­sitôt le par­al­lèle : « Il y a une aide à la poste de 4,6 mil­lions d’eu­ros. On est le jour­nal qui en touche le moins. Le Figaro qui défend beau­coup Jean-François Copé touche le triple. » Invité plus tard à réa­gir sur les fameuses unes « FOGi­en­nes » sur les francs-maçons, Ger­nelle rebondis­sait : « Ça fait très très longtemps qu’on a pas fait ça dans Le Point, c’est le Figaro Mag­a­zine qui l’a fait la semaine dernière. »

Con­nivent avec Copé, Le Figaro ? Dans son dernier édi­to­r­i­al, Yves Thréard a, sem­ble-t-il, voulu démon­tr­er le con­traire en cri­ti­quant la con­férence de presse de Jean-François Copé. Selon lui, le patron de l’UMP a com­mis une « erreur tac­tique » en pro­posant de ren­dre les comptes des médias trans­par­ents, moquant « des mots par­fois exagérés et des propo­si­tions qui traduisent plus une fébrile impro­vi­sa­tion qu’une mûre réflex­ion ». « Hors de tout réflexe cor­po­ratiste, quelle entre­prise privée peut accepter qu’on aille fouiller dans ses options stratégiques, ses choix compt­a­bles ? », a inter­rogé le directeur adjoint de la rédac­tion du Figaro. Et de con­clure : « On a con­nu le prési­dent de l’UMP plus libéral, et plus soucieux de la défense de la lib­erté d’ex­pres­sion… »

Une cri­tique suff­isante pour puremedias.com qui titre ce mar­di : « “Le Figaro” prend ses dis­tances avec Jean-François Copé ». La boucle est bouclée ?

Lire notre portrait d’Yves Thréard, un réac’ dans son genre

Crédit pho­to : ghis­lain­mary et jan­lauter­bach­er via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision