Accueil | Actualités | Médias | Big bang chez Amaury
Pub­lié le 6 juillet 2015 | Éti­quettes :

Big bang chez Amaury

Le Parisien, qui sera vendu à LVMH à la rentrée, déménagera de son siège actuel fin 2017. L’Équipe passera en tabloïd à la rentrée. Les deux titres phares des Éditions Amaury connaissent des bouleversements sans précédent.

Le site historique de Saint-Ouen, où Le Parisien est arrivé au milieu des années soixante-dix, après un conflit de 18 mois avec le syndicat du Livre CGT, appartiendra au passé d'ici deux ans et demi. D'ores et déjà, au mois d'octobre, l'imprimerie la Sicavic sera fermée. Ses ouvriers transférés dans une autre usine du groupe, basée à Mitry-Mory. Seul l'immeuble du Parisien restera occupé sur un site de cinq hectares, que les personnels administratifs du groupe ont quitté depuis deux ans pour rejoindre Boulogne (92). Le quotidien y achèvera son bail qui le lie aux Éditions Amaury jusqu'en décembre 2017. Si sa destination d'atterrissage n'est pas connue, celle du site de Saint-Ouen ne fait aucun doute. Ce dernier, situé non loin de la future gare Carrefour Pleyel du Grand Paris, permettra à la famille Amaury de réaliser une belle opération immobilière.

La rentrée sera aussi chargée du côté de L’Équipe. Le quotidien sportif, imprimé en grand format (format Broadsheet dans le jargon de la presse écrite), passera en tabloïd le 18 septembre. Le groupe avait plusieurs fois hésité, notamment en 2008, à entamer cette véritable révolution, de peur de froisser les lecteurs. Avec une diffusion en baisse de 10% en 2014, L’Équipe a désormais moins de scrupules. Surtout qu'un test réalisé le 10 juin s'est révélé très positif. Le journal a vendu 30% d'exemplaires en plus ce jour-là. Par ailleurs, 80% des personnes sondées parmi les acheteurs se sont déclarées favorables à la réduction du format.

L’Équipe, qui se prépare à un chantier estival de grande ampleur, poursuit deux objectifs. D'une part, le quotidien espère reconquérir une partie de ses ventes grâce à un format plus ramassé et nettement plus pratique que le format actuel. D'autre part, le groupe table sur des économies de papier non négligeables. Même s'il affirme que la quantité de contenu ne baissera pas, la pagination sera moindre au final. De là à imaginer d'autres réductions de coûts, issues d'un nouveau plan social ?

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux