Accueil | Actualités | Médias | BFMTV change « cimetières chrétiens » en « cimetières municipaux »
Pub­lié le 22 février 2015 | Éti­quettes :

BFMTV change « cimetières chrétiens » en « cimetières municipaux »

Jeudi 19 février, en pleine actualité médiatique sur la profanation de cimetières juifs, BFMTV publiait un tableau comparatif des profanations de cimetières en 2014.

BFMTV change « cimetières chrétiens » en « cimetières municipaux »

BFMTV change « cimetières chrétiens » en « cimetières municipaux ». Cliquez pour zoomer.

Ainsi sur le premier tableau, diffusé dès l'édition de 8h, on pouvait voir une nette disproportion entre les profanations de cimetières juifs (6 en 2014) et musulmans (4 en 2014) d'un côté, et celles visant des cimetières chrétiens (206 en 2014) de l'autre. De quoi s'interroger sur le traitement médiatique qui est donné aux attaques contre des sépultures juives par rapport à celles commises toute l'année contre des lieux de cultes et cimetières catholiques, dans l'indifférence quasi-générale.

Mais l'information, aussi pertinente soit-elle, n'aura pas survécu longtemps. Dès 13h09, les « cimetières chrétiens » étaient devenus, sur BFMTV, des « cimetières municipaux »...

Les cimetières juifs et musulmans ne seraient donc pas, eux aussi, « municipaux » ? Seraient-ils en dehors de la République ? Il faut dire qu'aujourd'hui, relater les actes anti-chrétiens est devenu un tabou. Visiblement, se risquer seulement à prononcer le mot « chrétien » est également perçu comme un gros mot. Une insulte au « vivre ensemble » ?

Quoi qu'il en soit, la rectification de BFMTV devrait ravir l'ancienne ministre Michèle Delaunay qui, sur Twitter, avait estimé qu'« il n'y a pas de cimetières catholiques ». « Ce sont des cimetières républicains et non dédiés à une confession », avait-elle ajouté.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This