Accueil | Actualités | Médias | Aymeric Caron menacé après un débat avec BHL
Pub­lié le 17 septembre 2014 | Éti­quettes : , ,

Aymeric Caron menacé après un débat avec BHL

Après son débat virulent avec Bernard-Henri Lévy sur le plateau d'« On n'est pas couché » sur France 2, Aymeric Caron a été la cible de menaces.

Samedi 6 septembre, il avait interpellé BHL sur la question palestinienne. « Pourquoi ne vous entend-on pas dénoncer la politique de Netanyahu contre les Palestiniens, contre Gaza qui a mené cet été à la mort de 2000 personnes dont les trois quarts sont des civils, 500 enfants, des écoles de l'ONU, des personnels, des enfants sur une plage bombardée par l'armée israélienne ? », avait-il demandé au présumé philosophe.

Celui-ci avait alors répondu : « Ne jouez pas à cela, je suis prêt à pleurer chacun de ces enfants palestiniens morts, c'est inacceptable. Les responsables sont le Hamas qui par leurs roquettes, par pure provocation, a voulu déclencher cette guerre. »

Mais la question orientée de Caron n'aura pas été du goût de tout le monde, et en particulier des militants sionistes les plus agressifs. Depuis ce passage télévisé, le numéro de téléphone et l'adresse du chroniqueur, ainsi que ceux de ses parents, circulent sur la toile. Les voisins de ses parents ont même eu droit à des coups de fil anonymes leur demandant de défoncer leur porte suite à une fuite de gaz…

Toujours dans les bons coups de ce genre, le militant et hacker israélien Ulcan est à la baguette. Le producteur d'« On n'est pas couché » a d'ores et déjà contacté la police et la préfecture de police de Paris a renforcé les rondes autour de l'appartement d'Aymeric Caron.

Voir notre portrait d'Aymeric Caron

Crédit photo : bertranddelanoe via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux